Fin des quotas laitiers. Produire plus et pour quel résultat financier ?

par tirelipimpon, le 09 Mars 2013 13h57
http://www.ardennes.chambagri.fr/uploads/media/Synthèse_ét ...

Je m'excuse pour la longueur de cette étude , mais elle en vaut la peine. Pour ceux qui pensent gagner plus en produisant plus à partir de 2015 : attention.
Voilà la conclusion de ces ingénieurs de l'élevage : dès le moment où l'éleveur construira un nouveau batiment (tableau 8), il va perdre de l'argent quel que soit son système d'exploitation.Alors, si un éleveur, à mi-carrière, n'a pas intérèt à construire une nouvelle étable, je me dis qu'un jeune qui veut s'installer n'aura surement plus la possibilité de s'en sortir.
Et alors, par quel genre de producteurs vont etre approvisionnées nos laiteries qui font des investissements pour exporter encore plus. Par des éleveurs super endettés qui auront construits des nouvelles étables pour traire le lait que d'autres collègues auront arrèter de produire. Et par manque de perspectives, ces éleveurs fermeront boutique, feront faillite.
Mr Christophe Diss l'explique bi...

Enibob
le 09 Mars 2013 17h25

Le lien : www.ardennes.chambagri.fr/uploads/media/Synthèse_étude_Fin_des_quotas_dans_les_systèmes_laitiers_de_l_Est_de_la_France___01-2013.pdf  (ne pas oublier de le sélectionner et de le recopier dans son browser).
Intéressante analyse en effet. Je suis content de voir que vous ne traitez pas ces experts d'incapables ne connaissant pas la réalité, ce qui était le cas lorsque des études semblables étaient portées à votre connaissance par Moreau ... Il faut cependant voir comment on peut transposer les conclusions qui sont valables pour les systèmes laitiers en force dans l'Est de la France où les conditions ne sont pas toujours pareilles (transformation du lait, système de contrats avec double prix, produits de terroir, AOP, etc ...). Chez nous, pas de production de bœufs, Holstein ou autres ... Mais je pense que dans les grandes lignes, cela peut s'appliquer, notamment le système 4.
M Benjy, s'il a le temps de la lire, constatera lui que les test de sensibilité ne concernent pas "le marché" comme il se moquait dans son commentaire du 8 à jeune agri, mais portent sur les coûts (variation du prix des céréales et des concentrés de ± 50 €/t.) et les recettes lait (± 30 €/1000 l autour de l’hypothèse centrale soit lait à 300 € - défavorable - ou à 360 € - favorable).

Enibob
le 09 Mars 2013 17h29

Suite
Votre conclusion pessimiste M tirelipimpon ne tient pas la route : si vous arrivez aux même conclusions que les experts des Chambres d’Agriculture de Lorraine, Alsace et Champagne-Ardenne et que vous êtes responsable, vous n'investissez pas dans de nouvelles structures. Là où vous avez raison, c'est qu'il faut être prudent, bien connaître ses coûts et analyser correctement en testant différentes hypothèses de prix et de coûts. Et avoir la garantie de pouvoir livrer son lait ...
Enfin, pour ceux que cela intéresse, une étude détaillée pour le système 4 (Polyculture élevage avec du maïs
et des taurillons, situées dans les zones à bon potentiel où la part de terres labourables est importante) peut être téléchargée ici : www.ardennes.chambagri.fr/uploads/media/systeme_4___quel_inetret_de_produire_plus_de_lait_dans_les_systèmes_de_polyculture_élevage_avec_du_maïs_et_des_taurillons___01-2013.pdf 

bobine
le 09 Mars 2013 17h42

Enibob, la conclusion de M tirelipimpon tient la route, mais vous n'arrivez pas à la même. Est-ce que vous comprenez la nuance?

Enibob
le 09 Mars 2013 20h46

M tirelipimpon part de l'hypothèse que les seuls producteurs qui resteront seront des producteurs endettés. Comme personnellement, j'ai confiance dans le bon sens des producteurs et que je sais qu'avant d'investir, les producteurs sensés analyseront de façon approfondie leur projet, je pense qu'ils ne se lanceront pas dans une voie sans issue. Et donc sa conclusion est sans objet.
Vous pensez peut-être le contraire, ce qui voudrait dire que vous n'avez aucune confiance dans le discernement des producteurs ...

laitier
le 10 Mars 2013 12h20

voici un resp ja ancien pro de la regulation et maintenant qu il est vice pdt de sa coop, il devient pour l augmentation des volumes a tout va!!!!

bizarre, bizarre ....
www.horizons-npdc.fr/actualite/Lait-:-Ingredia-voit-l-apres-quota-en-grand-941.html 

et remarquez la coherence du monsieur :www.youtube.com/watch?v=E3edn37lZR4 

tirelipimpon
le 10 Mars 2013 15h07

Voilà un cas concret. A terme, l'usine Ingrédia va augmenter sa capacité de transformation de 40 %. Les recensements montrent que presque la moitié de la production laitière est faite par des fermiers de 50 ans et plus. En moyenne, le nombre de producteurs diminue de 3 à 5 % par an. A terme, cette usine pourra et devra travailler 40% de lait en plus avec 30 % de producteurs en moins. Faites le calcul, le producteur -adhérent moyen devra doubler sa production.Doubler ne se fait plus en ajoutant des rallonges, doubler nécessite un nouveau batiment supplémentaire.Alors, soit, les producteurs investissent dans de nouvelles structures qui ne seront pas rentables, dixit les experts comptables de Lorraine,mais l'usine tournera à fond; soit, les producteurs ne font pas de frais et dans ce cas la laiterie ne rentabilisera pas ses investissements et sera en difficulté.Comme ils sont adhérents, les producteurs seront perdants dans les deux cas.

Enibob
le 11 Mars 2013 22h20

Pourquoi "devra" ?
Qui peut obliger quelqu'un à doubler sa production si les conditions ne sont pas correctes ?
Vous oubliez notamment la liaison au sol. Si un producteur se lance dans une aventure comme celle-là avec une étude de faisabilité qui rejoint celle des experts des chambres d'agriculture que vous citez, à qui la faute ?
Vous trouverez probablement une banque qui fiancera envers et contre tout si vous êtes propriétaire en se basant sur l'augmentation potentielle de la valeur du foncier pour se retrouver en cas de pépin. C'est cela même qui a provoqué la crise que nous connaissons ...

Envoyer
Fermer

Opportunités de développement de l\'abattage à la #ferme en Wallonie

par Benoît GEORGES, le 22 Mai 2022 18h13

Du 1er mai 2021 au 31 janvier 2022, l’Université de Liège a été mandatée par la Région Wallonne pour la réalisation d’une étude sur les opportunités de développement de l’abattage à l

[Vidéo] Des cultures plus résistantes au manque d\'eau,...

par Benoît GEORGES, le 17 Mai 2022 23h04

À Gembloux, RTL Info s\'est rendu sur une plateforme d\'expérimentation consacrée à la culture du blé dur. C\'est ici que Guillaume Jacquemin, ce sélectionneur de céréales au Centre wallon de Rec

[Vidéo] Des cultures plus résistantes au manque d\'eau,...

par Benoît GEORGES, le 17 Mai 2022 22h57

À Gembloux, RTL Info s\'est rendu sur une plateforme d\'expérimentation consacrée à la culture du blé dur. C\'est ici que Guillaume Jacquemin, ce sélectionneur de céréales au Centre wallon de Rec

Quand irrigation rime avec recyclage et biodiversité

par Benoît GEORGES, le 15 Mai 2022 11h04

Cultivateur en Hesbaye liégeoise, Amaury Poncelet produit des #légumes de plein champ destinés à la surgélation. S’il s’agit de l’une des très rares cultures qui peut nécessiter une #irri

Reneg\'eat a remporté le 2ème PRIX du YEP Challenge 2022

par Benoît GEORGES, le 14 Mai 2022 02h39

Reneg\'eat, un projet YEP des étudiants de la Haute Ecole Charlemagne, HECh Isia de Huy, a remporté le 2ème PRIX du LJE-YEP Challenge 2022 et le Groupe One Ecolabel Award. Romain Tittelbach, Maelle

Manipulation des produits #phytopharmaceutiques: s\'équiper pour limiter les #pollutions de l\'#eau et savoir réagir en cas d\'accident

par Benoît GEORGES, le 03 Mai 2022 18h25

FORMATION continue PHYTOLICENCE organisée par la FJA Chimay En collaboration avec Protect\'eau et Preventagri le vendredi 6 mai 2022 dès 19h30 à la Salle Familia à 3, Route de Bailièvre à 6591 Ma

Les plus commentés

    29 commentaires
  1. Engrais
  2. 9 commentaires
  3. Surchargé travail
  4. 6 commentaires
  5. Annonce

Les plus aimé

    31 j'aimes
  1. par Jacques Martin : Perso je fais appel à l'entreprise. S'équiper coûte trop pour une ferme d'élevage de taille moyenn...
  2. 18 j'aimes
  3. par Phil.0: Ha les gaillards, toutes les excuses sont bonnes pour nous fourrer leurs foutues haies. ; ) ; )
  4. 15 j'aimes
  5. par Stechou : Et 25 hectares de sûr, qui ne souffriront plus de la sécheresse a Villers le bouillet, pour commen...