Impact des mesures prises par la Russie

par Enibob, le 11 Août 2014 16h52
http://www.openeuropeblog.blogspot.be/2014/08/what-will-impa ...

Une analyse de "Open Europe" avec une série de tableaux et graphiques.
On y voit la confirmation de la part des exportations agricoles vers la Russie ... moins de 10% ! Les exportations agricoles représentant 7% des exportations européennes, cela ne fait même pas 1% du total de nos exportations (0,7%). Et ce chiffre inclut des produits qui ne sont pas visés par les sanctions russes.
On y voit la part des exportations agricoles belges : 5% de nos exportations agricoles allaient vers le pays-modèle pour M le pay, ce qui représente ± 0,2 % de notre PIB.
On y voit aussi que celui qui aura le plus à souffrir ce sera le consommateur russe : hausse des prix alimentaires et réduction de ses possibilités de choix. Et probablement contrebande et marché noir via les partenaires de leur union douanière ...
Le communiqué du MIG face à cette réalité des chiffres : beaucoup de vent ! Et surtout, une ignorance crasse des faits économiques.

Européen
le 12 Août 2014 09h39

" une ignorance crasse des faits économiques "

Cela se vérifiera bientôt par une baisse de tous nos produits de base....

Européen
le 12 Août 2014 09h50
le Pay
le 12 Août 2014 14h01

Pour Le Pen les chambres à gaz sontn détail del'histoirs,pour Enibob, les crises laitières n'ont jamais existé....

chris
le 12 Août 2014 14h23

La Russie importe 35% de sa consommation alimentaire dont 10% de l'UE.De nombreux pays se feront un plaisir de se substituer à nous:l'Argentine pour la viande, Israël pour les fruits et légumes, ...La question est qui va acheter nos produits? Ce n'est pas le regain de consommation nationale (ex les poires) qui va combler la différence. Pour la viande,cela concerne peut être que les bas morceaux, mais que va t-on en faire?

chris
le 12 Août 2014 14h26

La Russie importe 35% de sa consommation alimentaire dont 10% de l'UE.De nombreux pays se feront un plaisir de se substituer à nous:l'Argentine pour la viande, Israël pour les fruits et légumes, ...La question est qui va acheter nos produits? Ce n'est pas le regain de consommation nationale (ex les poires) qui va combler la différence. Pour la viande,cela concerne peut être que les bas morceaux, mais que va t-on en faire?Vous ne notez pas que certains produits seront plus touchés que d'autres.

Chris
le 12 Août 2014 14h27

La Russie importe 35% de sa consommation alimentaire dont 10% de l'UE.De nombreux pays se feront un plaisir de se substituer à nous:l'Argentine pour la viande, Israël pour les fruits et légumes, ...La question est qui va acheter nos produits? Ce n'est pas le regain de consommation nationale (ex les poires) qui va combler la différence. Pour la viande,cela concerne peut être que les bas morceaux, mais que va t-on en faire?Vous ne notez pas que certains produits seront plus touchés que d'autres.

Enibob
le 12 Août 2014 17h42

M le pay, vous devenez insultant !
La chute des prix actuelle n'est pas due à l'embargo russe et je n'ai jamais nié les difficultés que le secteur lait a rencontrés.
Je répète une fois de plus que les grands écarts de prix de revient entre les plus efficaces, qui s'en sortent très bien, et ceux qui, pour des raisons diverses, notamment suite à de mauvaises décisions, font qu'il est illusoire de vouloir réglementer des prix. Cela ne changera rien.
Et vouloir limiter la production n'est pas non plus une solution : vous n'avez JAMAIS répondu à ma question au sujet des milliers d'emplois liés à l'exportation qui seraient perdus et les investissements dans les unités de transformation qui devraient être démantelés.
Et si vos amis russes s'adressent ailleurs, vous savez comme moi que ce sera avec de grandes difficultés : qui sera en mesure de livrer les fromages ? Nous assisteront probablement à un jeu de dominos. Ce ne sont ni les argentins ni les brésiliens qui seront en mesure de livrer les poudres et le beurre qu'ils achetaient chez nous. Et les coûts de transport seront beaucoup plus élevés. Idem pour la viande : l'Argentine a déstocké en raison des politiques de Kirchner, ces mêmes politiques que vous souhaitez chez nous. Seul le Brésil sera en mesure de livrer et encore : suivez le marché brésilien et vous verrez qu'il y a rareté de maigres à engraisser avec des prix en hausse de 16%. Le nouveau pouvoir indien veut mettre fin pour des raisons religieuses au commerce de la viande. L'Australie est aussi sous embargo ...

le Pay
le 12 Août 2014 18h25

En bas descette page les graphiques qui en disent long sur votre mauvaise foi Enibob :
www.boerenbusiness.nl/melkmarkt 

le Pay
le 12 Août 2014 18h32

Enibob
Combien de secteurs n'ont ils pas disparus parce qu'on importe de pays qui expoitent leurs ouvriers, leurs enfants ? Echanger avec ces pays c'est ête complice de ces agissements, je vous ai déjà expliqué celà mainte fois mais vous avez la mémoire courte, produisons ce que nous avons besoin avec nos valeurs et tout le monde aura du travail. Utopie ? c'est le marché libre qui est une Utopie, mais qui rempli les poches de quelques uns.

le Pay
le 12 Août 2014 23h30

Je viens de voire sur arté gazland, émition terrble qui montre coment l'Amrique empoisonne ses citoyens donnant la priorité à lexpoitation de gaz de schiste.
Et on veut ouvritr les marchés avec ses gens là puis donner de bonnes raisons aux industiels qui n'attendent que ça de faire de même Europe !!

Enibob
le 13 Août 2014 09h03

Arte a fait un fonds de commerce, avec l'argent des contribuables, en finançant des agitateurs de peurs que l'on appelle "lanceurs d'alerte", "experts" souvent auto proclamés qui soutiennent un projet politique et qui s'appuient sur ce qu'il convient d'appeler une "science parallèle", une science qu'ils façonnent en fonction de leurs objectifs, conforme à leurs idéologies. En d'autres mots, leurs conclusions précèdent toujours l'expérimentation ...
Et cela marche : le pay, aveuglé par sa haine de notre système, en fait sa vérité, qui ne souffre d'aucune contradiction puisque Arte l'a dit !
Si vous osez contredire, vous êtes immédiatement qualifié de vendu aux multinationales qui orchestrent le complot planétaire de nous soumettre et de nous réduire en esclavage.

Envoyer
Fermer

[Vidéo] Des cultures plus résistantes au manque d\'eau,...

par Benoît GEORGES, le 17 Mai 2022 23h04

À Gembloux, RTL Info s\'est rendu sur une plateforme d\'expérimentation consacrée à la culture du blé dur. C\'est ici que Guillaume Jacquemin, ce sélectionneur de céréales au Centre wallon de Rec

[Vidéo] Des cultures plus résistantes au manque d\'eau,...

par Benoît GEORGES, le 17 Mai 2022 22h57

À Gembloux, RTL Info s\'est rendu sur une plateforme d\'expérimentation consacrée à la culture du blé dur. C\'est ici que Guillaume Jacquemin, ce sélectionneur de céréales au Centre wallon de Rec

Les circuits courts : une filière encore rentable?

par Benoît GEORGES, le 14 Mai 2022 18h40

Reportage de RTBF Info avec Grégoire Bert (Les Jardins de Mimie), Florent Hawotte (Centre Interprofessionnel maraîcher) à Houyet ainsi qu’Eric Gessel et des consommateurs à Woluwé. 16 producte

Reneg\'eat a remporté le 2ème PRIX du YEP Challenge 2022

par Benoît GEORGES, le 14 Mai 2022 02h39

Reneg\'eat, un projet YEP des étudiants de la Haute Ecole Charlemagne, HECh Isia de Huy, a remporté le 2ème PRIX du LJE-YEP Challenge 2022 et le Groupe One Ecolabel Award. Romain Tittelbach, Maelle

Colz\'iso a remporté le 1er PRIX du YEP Challenge 2022

par Benoît GEORGES, le 14 Mai 2022 01h50

Colz\'iso, un projet des étudiants de la Haute Ecole Charlemagne, Isia de Huy a remporté le 1er PRIX du YEP Challenge 2022. Arthur Clarenne, Arthur Geerts, Alexandre Donnay, Marvin Minsier et Lucas

Transmission d\'exploitations agricoles - Enquête pour les cédants et les repreneurs

par Benoît GEORGES, le 07 Mai 2022 16h16

Dans le cadre de son TFE en agronomie à la Haute Ecole Charlemagne, Isia de Huy, et de son stage à la FJA, Léa Rouxhet réalise une enquête. Si vous avez transmis votre exploitation agricole ou a

Les plus commentés

    29 commentaires
  1. Engrais
  2. 7 commentaires
  3. Surchargé travail
  4. 6 commentaires
  5. Les circuits courts : une filière encore rentable?

Les plus aimé

    18 j'aimes
  1. par Phil.0: Ha les gaillards, toutes les excuses sont bonnes pour nous fourrer leurs foutues haies. ; ) ; )
  2. 17 j'aimes
  3. par Jacques Martin : Perso je fais appel à l'entreprise. S'équiper coûte trop pour une ferme d'élevage de taille moyenn...
  4. 15 j'aimes
  5. par Stechou : Et 25 hectares de sûr, qui ne souffriront plus de la sécheresse a Villers le bouillet, pour commen...