Rapport annuel de la CBL

par Enibob, le 22 Juin 2014 11h31
http://www.bcz-cbl.be/www/images/stories/pdf/public/Menus_we ...

Pour ceux qui se soucient de la santé du secteur laitier, la lecture de ce rapport leur apportera de nombreuses informations (en français).
Un large chapitre est consacré à la situation au niveau global. Un autre traite de l'UE et des tendances en termes de production. La situation en Belgique est bien entendu passée en revue : évolution des structures, de la production, de la consommation.
Sur ce dernier point, on pourra lire page 54
"Les chiffres relatifs aux achats ménagers de produits laitiers traduisent les tendances suivantes :
– La consommation totale de lait repart poursuit sa diminution, elle atteint 50,5 litres par
habitant et par an en 2013 (note : elle était de plus de 76 litres en 1980) ;
– La consommation de yaourt continue son évolution à la baisse, passant sous la barre des 10 kg
par habitant et par an ;
– La consommation de crème stagne ;
– La consommation de beurre reste stable, au même nive...

LE REALISTE
le 22 Juin 2014 20h47

Est-ce prudent de dépendre de l'exportation à hauteur de 60%??

Enibob
le 23 Juin 2014 15h31

Pensez-vous que réduire votre production à due concurrence (- 60% comme vous dites) pour ne plus dépendre de l'export assurera un avenir au secteur dans le marché unique qui est le nôtre ?
Que faites vous des investissements de des emplois créés dans le secteur et qui garantissent que votre lait est acheté et transformé ?
Relisez la présentation de M Bellamy et la longue analyse développée dans le rapport de la CBL ainsi que le bulletin de Fonterra que j'ai mis en lien sur ce site ...
Vous devriez être en phase avec votre pseudo : le réalisme, c'est agir en fonction du marché qui absorbe vos produits et de la concurrence qui existe. Le réalisme, c'est être conscient que nous vivons dans un monde qui change, un monde globalisé ... et que ce n'est pas avec les solutions d'hier que l'on résout les problèmes de demain. Et surtout, qu'un repli sur soi n'apportera strictement rien de positif, n'en déplaise au porte parole de d19-20.

tirelipimpon
le 23 Juin 2014 22h18

Dans les sillon belge du 30 avril, on peut lire ceci "Cette "nouvelle dynamique" dans l'industrie laitière belge se traduit par un marché de l'emploi stable. Actuellement, le secteur emploie plus de 5.700 personnes en Belgique."

Et en l'espace de trente ans, le nombre de producteurs est passé de 40 000 à 8 500. Et certains appellent cela de la création d'emplois
Pendant ces trente ans, les éleveurs encore en activité ont multiplié leur production par 5. Pas si mal pour des producteurs anesthésiés. Ce qui veut dire qu'ils ont acheté 80 % du quota qu'ils détiennent aujourd'hui. Sans ces investissements en quota, on ne parlerait meme plus de l'industrie laitière belge.

LE REALISTE
le 24 Juin 2014 08h13

Nous serons les esclaves des pays émergents, des traders, des banques....et si les marchés se retournent, nous serons ruinés par nos ambitions démesurées!
mais...chacun pense à sa façon!
l'industrie laitière sera peut-être le prochain Mital ou la prochaine Fortis Banque (on connaît la triste fin de ces deux méga structure!) et ce jour là, ça fera vraiment mal!!
mais ce qui est le plus inquiétant est que:
les étables laitières deviennent trop grandes, que les coopératives laitières deviennent elles-aussi trop grandes avec à la clé un endettement considérable ;de plus, on exporte de plus en plus loin avec des risques commerciaux eux-aussi considérables!
Tant va la cruche à l'eau qu'elle se brise!!
bon, je continue a faire mes petites affaires en essayant de gagner quelques euros et d'en épargner quelques uns (rires)!!


Enibob
le 24 Juin 2014 10h02

Je répète ma question :
"Pensez-vous que réduire votre production à due concurrence (- 60% comme vous dites) pour ne plus dépendre de l'export assurera un avenir au secteur dans le marché unique qui est le nôtre ?"

carolo
le 24 Juin 2014 10h25

Réduire sa production c'est cédé sa place et pour cédé ma place je suis beaucoup trope jeune, mais convaincu que la crise va frapper très fort les producteurs et très peut l'industrie qui quand la crise du lait de 2009 Manuel Besnier a doublé sa fortune en a peine un ans, c'est aux producteurs anticiper la crise ( il faut faire comme Delhaise exemple a suivre) ou produire pour un marchez qui vous appartiens chers producteurs, mais a contrario produire pour un marchez qui existe pas ou plus sa sert a rien .

Sollecus
le 24 Juin 2014 12h05

La Suisse montre un exemple parmi d'autres mais les exportateurs ont leurs comptes chez UBS. 60 % comme vous dites se font la malle avec le fric dans un marché unique...

Enibob
le 24 Juin 2014 13h38

Je vais probablement encore me faire allumer par notre troll censeur, mais je ne peux qu'abonder dans le sens du commentaire de notre ami le carolo !
"produire pour un marchez qui existe pas ou plus sa sert a rien"
Le bon sens même ... C'est la raison fondamentale de la recherche de débouchés hors marché domestique pour les quantités supplémentaires qui seront produites vu l'atonie, voire la régression, du marché européen.
"produire pour un marchez qui vous appartiens chers producteurs"
Une solution très ... libérale ... à encourager !

carolo
le 27 Juin 2014 09h02

Question a Enibob ??? Quand les Chinois vont dire a 'Europe on a plus besoin de votre poudre de lait (406000 ton ) c'est qui qui va trinquer ?, c'est qui qui va liquider la moities de c'est vache ? ou c'est qui qui va baiser sons froc pour trouver des nouveau marchez ? ( tu peut répondre S.V.P )

LE REALISTE
le 27 Juin 2014 10h23

revenons sur terre car on est en train de créer une belle bulle !!
l'industrie laitière développe des installations gigantesques, capables de produire des quantités de beurre et de poudre considérables et par conséquent s'endette fortement!
les producteurs de lait développent des étables, elles aussi gigantesques à grands coups de
millions d'euros!
tous ces emprunts doivent être remboursés et finalement tout le monde compte sur les pays émergents afin de rembourser lesdits emprunts!
et oui ..... si les pays émergents n'achètent pas ou moins =) pas d'exportation ou moins=) pas de bénéfices ou moins =) l'industrie aurait très vite des difficultés à faire face à ses engagements financiers =)les producteurs laitiers perdent des débouchés=)quid du prix du lait =)quid des remboursements de ces grosses étables
plus simplement: on compte sur les pays émergents pour payer nos dettes: Est-ce cela créer une filière laitière durable!
à chacun son avis!!!!!


Enibob
le 27 Juin 2014 19h15

@ Monsieur dit le réaliste, je répète ma question :
"Pensez-vous que réduire votre production à due concurrence (- 60% comme vous dites) pour ne plus dépendre de l'export assurera un avenir au secteur dans le marché unique qui est le nôtre ?"

le realiste
le 27 Juin 2014 19h56

pour ma part, je ne suis pas contre une limitation du volume(au minimum:ne pas l'augmenter); certaines industries doivent avoir le lait pour faire tourner leurs gigantesques installations: puisque le volume serait restreint, alors elles devraient payer le prix pour avoir ce lait (ce serait une bonne manière de leur faire distribuer leurs immenses bénéfices-les firmes seraient moins riches... et alors!-).
mais ça, les syndicats ne l'ont pas encore compris !!!
produire moins et être mieux payé: où est le problème!!
moins de vaches, moins de capitaux immobilisés, moins de travail...
on mettrait de la concurrence entre laiteries=) on aurait vraiment besoin de nous!!!!
mais chacun son avis !!!!!

Enibob
le 27 Juin 2014 20h52

Votre "solution" ne pourrait se réaliser que si la Belgique ferme ses frontières et interdit toute importation et exportation ... Fini donc de mettre du parmesan sur vos pâtes-bolo ou de déguster un steak sauce roquefort !
Pensez vous que ce soit ... réaliste ? Ou alors vous souhaitez, comme Cameron le souhaite pour le RU, de voir la Wallonie sortir de l'UE ...
Par ailleurs, plus de 60% du lait produit en Belgique est collecté par des coopératives qui sont propriétés de ... producteurs laitiers. Étonnant que vous soyez heureux de voir des entreprises propriété d'agriculteurs s'appauvrir !!
Remarquez bien que si on se place au niveau européen, c'est pareil : fermeture des frontières et interdiction d'exporter ou d'importer.
Mais comme vous dites, on ne peut pas vous empêcher de rêver tout éveillé ... et de partager votre avis avec ceux qui veulent la fin de notre système.

carolo
le 27 Juin 2014 21h39

@ Enibob Alors c'est trope vous contraindre que de répondre a mes question ou serait elles embarrassante
pour vous ?

le realiste
le 27 Juin 2014 22h01

@ENIBOB
moi, je ne parle pas des fermer les frontières, ni de vivre sur une île!
simplement en n'augmentant plus l'offre, les usines vont devoir payer pour assouvir leur soif d'exportations!
et là le prix va être soutenu!
je pense à des firmes comme danone,lactalis... Elles se mettront moins d'argent dans les poches tout en faisant du commerce!
pour les coopératives de producteurs: est-ce que Arla, Campina sont encore de vraies coopératives?
et puis, où est le problème: elles payeront plus cher le lait des membres et paieront moins de ristournes coopératives.
le producteur aura de suite le fruit de son travail et de plus, les gérants des coopératives devront se battre bien plus qu'aujourd'hui!
mais je vois que cela n'est pas bien compris!

LE REALISTE
le 27 Juin 2014 22h03

REGARDEZ EN SUISSE LE SYST7ME ADOPTE!
le prix actuellement:71 cts/kg
qui dit mieux!!!

le realiste
le 27 Juin 2014 22h06

UNE DERNIERE CHOSE:
regardez le système appliqué en Suisse
résultat:71 ct/kg
qui dit mieux!!!

Enibob
le 28 Juin 2014 00h12

Allez-y, convainquez tous les producteurs européens de limiter leur production ... y compris les néo-zélandais, les australiens, les brésiliens, les américains et les argentins ... comme cela les chinois et les africains devront payer plus ...
Réaliste ?
Permettez-moi d'en douter ! Mais comme déjà dit, vous pouvez rêver, vous ne faites de mal à personne !
En Suisse, ils ont des francs suisses et 71 cts (prix indicatif) c'est 58 cts d'euros. Pour rappel, le pay annonçait la catastrophe en Suisse avec la fin des quotas ... et la ruine de tous les producteurs.

Enibob
le 28 Juin 2014 00h20

@ le carolo
A question idiote, réponse idiote : allez leur demander quand est-ce qu'ils n'auront plus besoin de notre lait !
Ce qui est certain, c'est que les chinois ne réussiront jamais à produire chez eux le lait dont ils auront besoin. C'est la raison pour laquelle ils investissent massivement hors de leurs frontières comme déjà signalé. Fait qui par ailleurs réjouit le pay qui voit là, non pas une menace comme les français, mais une bénédiction. Pour lui, c'est la manière de lutter contre les américains. Lesquels, de leur côté, imperméables aux raisonnements de M le réaliste, produisent plus pour exporter vers la Chine et ne demandent pas mieux que les européens limitent leur production ...

le réaliste
le 28 Juin 2014 08h17

en Suisse,la production est contingentée; cela vous oubliez de le dire!
De plus, La suisse vient de créer en mars dernier, je pense, une société pour retirer du marché suisse les excédents saisonniers fe matière grasse!
pas bête ce truc là !!

Enibob
le 28 Juin 2014 16h58

Cher réaliste, je pense que vous devez revoir vos sources d'information.
Le site "swissmilk.ch" expose le cadre légal de la production laitière en Suisse. On peut y lire ceci "Depuis le 1er mai 2009, il n'y a plus de contingents ni de droits de livraisons ni de quantités de base de droit public. Pour vendre du lait, chaque producteur doit conclure un contrat d'achat de lait d'une durée minimale d'un an comprenant un accord sur la quantité livrée et les prix arrêtés (art. 36b al. 2 de la loi sur l'agriculture). Les quantités convenues contractuellement doivent être annoncées (art. 43 al. 3 de la loi sur l'agriculture). Depuis mai 2009, il n'est plus possible de faire aucune revendication sur la base des anciens contingents.
Le droit public laisse les transformateurs (centrales laitières et fromageries) libres d'acheter autant de lait qu'ils le souhaitent auprès des producteurs ou des organisations de vente de leur choix. Quant aux producteurs de lait, ils sont sur le plan du droit public libres de vendre autant de lait qu'ils veulent aux utilisateurs ou aux organisations de producteurs de leur choix."
Les amis de l'EMB, vous savez ceux qui regardent dans le rétroviseur pour aller de l'avant, ont pondu un pamphlet en 2011 intitulé "Le lait et le contre-exemple suisse. Que l’Union européenne ne répète pas les erreurs de la Suisse !" pour expliquer que la situation suisse était "catastrophique" et qu'il fallait abandonner l'idée d'abandon des quotas ...
Quant à retirer les excédents, la PAC le prévoit aussi ... On appelle cela "l'intervention", mais le prix d'achat est fort bas ...
Je pense que vous devriez suivre une solide formation au sujet de l'organisation de marché du lait ... assortie d'un comparatif avec les principaux pays producteurs !

le realiste
le 28 Juin 2014 17h24

Les suisses sont plus intelligents!
ils viennent de créer lacta fama (rien à voir avec la pac!!!)
évidemment, si on joue sur les mots; lorsque je parle de contingent, rien avoir avec les quotas; c'est une limitation volontaire via un contrat !
les suisses ne vont pas se faire noyer dans le lait!!!!!
moi, je ne regarde pas dans le rétroviseur ;je constate!
regardez en France: il y a des laiteries qui propose un contrat avec prix A B et D
il ne faut pas être un "yes man" et être dans le droit chemin de la pensée unique!
il y a tout de même des choses intéressantes quoi se font ailleurts et qui méritent une réflexion et une attention!
pour le reste, peu m'importe... Je sais me débrouiller tout seul (rire)

Enibob
le 28 Juin 2014 17h29

M le réaliste s'intéresse au marché suisse et met en exergue les 71 cts (de francs suisses et pas d'euros !). Ce qu'il a oublié de préciser (ou alors il l'ignorait), c'est que c'est le prix INDICATIF pour le lait de catégorie "A" (4 % de matière grasse et 3,3 % de protéines). A côté de cela, il y a la catégorie "B", avec un prix indicatif qualifié de "prix seuil" ou prix fixé sur la base de la valeur de la matière première d’un kilogramme de lait lors de la valorisation en poudre de lait écrémé pour l’exportation sur le marché mondial, et la transformation en beurre pour le marché intérieur, et une catégorie "C", ou prix garanti fixé sur la base de la valeur de la matière première d’un kilogramme de lait lors de la valorisation en poudre de lait entier, poudre de lait écrémé et beurre destinés à l’exportation sur le marché mondial.
Pour le "B", pour mai, il est de 59.5 – 60.5 cts de franc suisse et pour le "C" de 36.7 – 37.7 cts de franc suisse. Soit respectivement ± 0,49 € et ± 0,30 €.

le realiste
le 28 Juin 2014 20h24

bravo!
cela montre que la gestion par contrat et prix différencié est efficace!!
et de plus, le prix est fonction de la valorisation!!
deux fois bravo: à méditer


Européen
le 29 Juin 2014 06h51

Les laiteries et les sucreries se copient, plan et prix selon A, B, C..... Tous les mêmes pour ne pas payer le juste prix... Comment voulez-vous qu'il y ait encore des trayeurs et des betteraviers ?

Envoyer
Fermer

Peta a un pète au casque.

par Bourriquet, le 23 Février 2024 15h12

L\'association Peta veut interdire les chevaux en bois sur les manèges...Ils introduiraient chez les enfants un sentiment de soumission des animaux. Ces gens sont des extrémistes dangereux et doivent

Le regard d un enfant

par joe, le 16 Février 2024 18h18

Ho papy , t as vu les beaux tracteurs à la télé pendant les manifestations , j ai adoré , c était autre chose que le tien ! Oui mon loulou , mais tu vois le mien c était à moi , quand je l ai

Les promesses creuses de Colruyt et Delhaize : Une escroquerie à l\'égard des éleveurs BBB

par FBAW, le 14 Février 2024 10h39

Dans le paysage alimentaire belge, Colruyt et Delhaize ont récemment fait des annonces sensationnelles, promettant une augmentation des prix des carcasses de bovins pour mieux rémunérer les éleveu

L\'industrie ne mise plus sur les éleveurs...

par Eclaireur, le 09 Février 2024 12h49

Interpellant.. grave crise de renouvellement, diminution structurelles de la production en France, suicides, manifestations portée par les jeunes, bref cri d\'alarme sur la pérennité de la filière

Quel avenir pour nos filières agricoles ? On en parle le 19 février lors de l\'AG du Collège des Producteurs à Libramont

par Collège des producteurs, le 09 Février 2024 11h28

Fatigués de faire les frais de la guerre des prix bas ? Envie d’un système 100 % prix juste dans lequel on ne produit pas à perte ? Rendez vous à Libramont ce 19 février à 19h à l’Assembl

Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 08-02-24

par Benoît GEORGES, le 08 Février 2024 22h02

Informations et évènements agricoles en province du Luxembourg et en Wallonie diffusés par le SPW Agriculture, Direction de la Recherche et du Développement, Service extérieur de Libramont. agri

Les plus commentés

    82 commentaires
  1. Le JT de RTB et son agriculteur sprimontois heureux
  2. 30 commentaires
  3. Paiements eco
  4. 24 commentaires
  5. Prime

Les plus aimé

    42 j'aimes
  1. par pinpin: lewallon Quand on a écouté le troll 5 minutes, tout cerveau normalement constitué a vite compris...
  2. 41 j'aimes
  3. par Do: Encore un illuminé... Et sachant la détresse du monde agricole, la rtbf n aurait pas du diffuser ...
  4. 40 j'aimes
  5. par Grrrr: @charlie, Tu es à côté. Le temps où les pays de l'est prenait le matériel d'occasion ici est rév...