Biopesticide de venin d'araignée pour remplacer les néonicotinoïdes

par bobine, le 07 Juin 2014 18h51
http://espace-temps.blogs.nouvelobs.com/archive/2014/06/05/l ...

Des solutions existent:
"Une mygale au venin mortel pour l'homme pourrait venir en aide aux colonies d'abeilles, selon des chercheurs britanniques. Son venin, combiné à une protéine de perce-neige, a été utilisé pour élaborer un bio-pesticide sans danger pour les abeilles."

En savoir plus:
www.maxisciences.com/abeille/du-venin-de-mygale-pour-sauver-les-abeilles_art32776.html 

www.7sur7.be/7s7/fr/2625/Planete/article/detail/1908004/2014/06/04/Les-araignees-au-secours-des-abeilles.dhtml 

Enibob
le 08 Juin 2014 20h39

Je suppose que vous exigerez que l'on s'assure de l'absence de risque à long terme ... pour les araignées, les musaraignes, les papillons ou les enfants. Diantre, la technique de recombinants est suspecte lorsqu'il s'agit de modifier génétiquement une plante ! Je cite les chercheurs "One strategy is to use recombinant fusion proteins containing neuroactive peptides/proteins linked to a ‘carrier’ protein that confers oral toxicity. Hv1a/GNA (Galanthus nivalis agglutinin), containing an insect-specific spider venom calcium channel blocker (?-hexatoxin-Hv1a) linked to snowdrop lectin (GNA) as a ‘carrier’, is an effective oral biopesticide towards various insect pests.
En outre, les chercheurs ont appliqué les tests selon les normes de l'OCDE, ce repaire de "vendus aux multinationales" selon la logorrhée de vos amis ... Faut-il leur faire confiance ?
Et si l'abeille, à force de côtoyer ce biopesticide, se ferait contaminer et que son venin devenait toxique comme celui de la fameuse araignée ... Brrr, j'en frissonne rien que d'y penser ...

bobine
le 09 Juin 2014 09h30

triste...

broutard grognon
le 09 Juin 2014 10h28

@ bobine
laisse le causer,la culture c'est comme la confiture,moins on en a,plus on l'etale

bobine
le 09 Juin 2014 19h31

pathétique même...
Enibobleponge, arrête de projeter tes fantsames : si je remets en cause les ogm, ce n'est pas pour ma santé, c'est pour celle de la biodiversité et plus globalement de la société dans laquelle on vit. La seule chose que j'ai soutenu dans l'étude de Séralini c'est que c'est la première sur la durée de vie du cobaye testé. Vous êtes comme un roquet. Peu importe ce que je dis, vous avez toujours à redire. Si je dis la terre est ronde, vous me répondrez, non, elle est elliptique. C'est sans fin. C'est puéril. Vous devez soit être bien seul, soit être empli de colère, soit les deux. Je vous plains.

Enibob
le 09 Juin 2014 19h47

Le troll se sent des ailes ! Mais il n’arrive jamais à décoller !
Mis face à ses incohérences, il devient pathétique !
Si vous dites "la terre est ronde", cher troll, je dirai "Enfin, il devient réaliste" ... afin de vous donner l'occasion une fois encore de lancer vos remarques agressives et se voulant blessantes, inutiles traits franchouillards stupides de mépris qui ne font pas avancer le débat ...
Mais sachez que par humanité je ne m'offusque pas des agressions verbales et des insultes proférées par un esprit simple, perturbé ou déséquilibré ...

bobine
le 09 Juin 2014 19h57

Dans la même logique, d'après moi l'intérêt de tester sur la santé, en profondeur, le mon810, c'est pour le roundup qu'on y associe. Le maïs BT, pour la toxine qui y est associé... Par contre une pomme de terre ogm qui produirait plus d'amidon, la je m'en fous. Donc oui les bio-pesticides doivent eux-aussi être testé. C'est cela être nuancé.
Par contre le problème de l'impact potentiel sur la biodiversité (avéré) et du modèle de société que ça engendre (évidemment subjectif), ne concerne que les ogm.
Salut

Enibob
le 09 Juin 2014 22h06

Votre logique est bizarre : le glyphosate est utilisé largement, notamment pour "nettoyer" les champs des CIPAN ou du verdissement après récolte ... A-t-on testé les betteraves assez longtemps pour les effets du glyphosate ? Ou les bintjes ? Ou le froment ? Quel sont les résidus de glyphosate, appliqué après la levée sur les plantules, lors de la récolte du grain soit trois, quatre, cinq mois après l'application ? Vous qui savez tout, dites le nous pour voir ...
Ne soyez pas ridicule svp ...
Quant à la toxine Bt, elle est largement utilisée dans les vergers sans que cela pose problème ... de biodiversité ni de santé humaine ! Surtout si ces vergers sont bio ou en lutte raisonnée et intégrée. Les annonces tonitruantes des agitateurs quant aux effets sur la biodiversité n'ont jamais été confirmées par des études sérieuses, que ce soit le fameux papillon Monarque ou d'autres. Par contre il a été largement démontré que les hyperparasites se portaient mieux dans les champs de coton Bt en Chine et ailleurs et diminuent la pression parasitaire des voraces Helicoverpa armigera et autres chenilles sur les cultures de légumes voisines, notamment les aubergines ... (presse.inra.fr/Ressources/Communiques-de-presse/coton-bt-regulation-biologique)  Et pour votre info, Monsanto n'a pas de monopole du trait Bt en Chine : les variétés sont le produit de la recherche chinoise ...
Mais je sais que vous ne voulez pas admettre que le recours à ces variétés (elles sont "contre nature", n'est-ce pas) diminue considérablement le recours aux pesticides et a des effets positifs sur la biodiversité. Pour le bien des fermiers et de la nature. Il est aussi inutile d'essayer de vous expliquer que l'abandon de la charrue, permis par le recours aux variétés RR, est plus écologique que le bio ...

chris
le 10 Juin 2014 00h01

@ Enibob Qu'appelez-vous variété RR? Round Up Ready? Si tel est le cas, je ne pense pas que ce soit plus écologique. L'abandon de la charrue n'est pas le facteur primordial si on doit recourir à des doses massives de Round Up.

chris
le 10 Juin 2014 00h11

@ Bobine Un dossier sur les possibles causes de la disparition d'un grand nombre d'abeilles.presse.inra.fr/Ressources/Communiques-de-presse/dossier-abeilles 

bobine
le 10 Juin 2014 09h30
Enibob
le 10 Juin 2014 10h05

Le recours aux variétés RR (round up ready effectivement) fait
- que vous simplifiez la gestion des herbicides, comme je l'ai déjà expliqué dans un autre commentaire. Si vous êtes de la partie, vous n'ignorez pas qu'il faut recourir à différentes molécules pour contrôler les adventices (pré levée, post levée), molécules différentes selon la culture.
- là où elles sont utilisées, on pratique le semis direct : outre l'effet positif pour la structure du sol (le retournement perturbe l'écosystème du sol) et la réduction des risques d'érosion il y a moins de consommation d'énergie fossile et donc moins d'émissions de CO2.
Cela apporte non seulement un gain financier au producteur, mais cela présente un bilan "émissions" plus favorable tout en améliorant les caractéristiques des sols. Notez que le recours au semis direct avec des variétés non OGM augmente le recours aux herbicides, le contrôle des adventices étant plus difficile dans ce cas et le gain "environnemental" dû au carburant est quasi annulé par les besoins en énergie fossile liés à la fabrication des herbicides supplémentaires.
En bio, on poursuit le même objectif en ce qui concerne le sol, Agro ne me contredira pas. Mais les passages d'engins sont plus nombreux si on entend éliminer les adventices mécaniquement (herse étrille, bineuse, ...) font que forcément vous "brûlez" plus d'énergie fossile et donc vous augmentez vos émissions de GES ...

Enibob
le 10 Juin 2014 10h10

Vous aurez tous remarqué que notre troll s'empresse de changer de sujet et ne nous donne pas les chiffres de résidus de glyphosate dans les grains récoltés ...

Enibob
le 10 Juin 2014 10h21

@ Chris
"doses massives" ?
Faudrait-il plus de glyphosate (la molécule est dans le domaine public et le prix est très bas si vous prenez des produits génériques) à l'hectare parce que vous traitez un champ semé avec une variété résistante ?
Si plus de glyphosate est utilisé, c'est dû à la popularité du produit qui permet de supprimer efficacement une végétation indésirable sans toucher au sol, c’est-à-dire de manière rapide, simple à mettre en oeuvre, très économique et avec une consommation d’énergie extrêmement faible. Autre atout agronomique non négligeable : il permet de désherber en conservant le mulch intact, sans relancer de germination, contrairement à une destruction mécanique.
Mais cela ne signifie pas pour autant une augmentation des doses à l'hectare ...

bobine
le 10 Juin 2014 18h47

"Vous aurez tous remarqué que notre troll s'empresse de changer de sujet". Eni, Eni, je ne sais pas ce que tu fumes mais c'est de la bonne : le sujet c'est un biopesticide pour remplacer les néonicotinoïdes dont il est prouvé qu'ils sont néfastes pour les abeilles...

tirelipimpon
le 10 Juin 2014 19h13

de nouveau le stratagème 28 de Schopenhauer.

Au fait, enibob, vous m'avez pas répondu où j'avais écrit que la NZ exportait du soja.

Enibob
le 10 Juin 2014 19h51

Commentaire de notre troll à 19H57 : "Dans la même logique, d'après moi l'intérêt de tester sur la santé, en profondeur, le mon810, c'est pour le roundup qu'on y associe. Le maïs BT, pour la toxine qui y est associé..." bien dans le thème
Ma question à 22h06 : "le glyphosate est utilisé largement, notamment pour "nettoyer" les champs des CIPAN ou du verdissement après récolte ... A-t-on testé les betteraves assez longtemps pour les effets du glyphosate ? Ou les bintjes ? Ou le froment ? Quel sont les résidus de glyphosate, appliqué après la levée sur les plantules, lors de la récolte du grain soit trois, quatre, cinq mois après l'application ? Vous qui savez tout, dites le nous pour voir ..."

bobine
le 10 Juin 2014 20h47

@ Eni
Réponse: sur le coup, vu que c'est pas le sujet, j'ai pas d'avis à froid. Ce que je sais c'est qu'au niveau ogm ce n'est pas la biotechnologie qui me pose problème ("contre nature", je m'en fous contrairement à vos fantasmes). C'est l'éthique et la biodiversité qui m'intéresse. Mais tout ça c'est pas le sujet...
Donc, et vous: Que pensez-vous de ce biopesticide pour remplacer les néonicotinoïdes dont il est prouvé qu'ils sont néfastes pour les abeilles ?
Et j'ai répondu à votre question: un bio-pesticide doit suivre les même règles qu'un autre au niveau santé publique.
Je vous appelle Digger à partir de maintenant.

Enibob
le 10 Juin 2014 22h51
Envoyer
Fermer

Elevage et agriculture de précision pour répondre aux enjeux écologiques

par Benoît GEORGES, le 22 Mai 2022 19h09

[Vidéo] A l\'occasion des 150 ans du Centre wallon de Recherches agronomiques/CRAW, RTBF Info a réalisé un reportage qui met en exergue la \"PRECISION\" pour l’économie, l’écologie et le rendemen

[Vidéo] Des cultures plus résistantes au manque d\'eau,...

par Benoît GEORGES, le 17 Mai 2022 23h04

À Gembloux, RTL Info s\'est rendu sur une plateforme d\'expérimentation consacrée à la culture du blé dur. C\'est ici que Guillaume Jacquemin, ce sélectionneur de céréales au Centre wallon de Rec

[Vidéo] Des cultures plus résistantes au manque d\'eau,...

par Benoît GEORGES, le 17 Mai 2022 22h57

À Gembloux, RTL Info s\'est rendu sur une plateforme d\'expérimentation consacrée à la culture du blé dur. C\'est ici que Guillaume Jacquemin, ce sélectionneur de céréales au Centre wallon de Rec

Les circuits courts : une filière encore rentable?

par Benoît GEORGES, le 14 Mai 2022 18h40

Reportage de RTBF Info avec Grégoire Bert (Les Jardins de Mimie), Florent Hawotte (Centre Interprofessionnel maraîcher) à Houyet ainsi qu’Eric Gessel et des consommateurs à Woluwé. 16 producte

Colz\'iso a remporté le 1er PRIX du YEP Challenge 2022

par Benoît GEORGES, le 14 Mai 2022 01h50

Colz\'iso, un projet des étudiants de la Haute Ecole Charlemagne, Isia de Huy a remporté le 1er PRIX du YEP Challenge 2022. Arthur Clarenne, Arthur Geerts, Alexandre Donnay, Marvin Minsier et Lucas

Le lait wallon se distingue par sa qualité constante (Le Sillon Belge)

par Benoît GEORGES, le 04 Mai 2022 17h35

\"Le Comité du Lait a publié, voici quelques jours, le rapport de ses activités conduites en 2021. Parmi les nombreuses informations qu’il recèle, on y lit que les éleveurs laitiers ont fait un

Les plus commentés

    29 commentaires
  1. Engrais
  2. 9 commentaires
  3. Surchargé travail
  4. 6 commentaires
  5. Les circuits courts : une filière encore rentable?

Les plus aimé

    29 j'aimes
  1. par Jacques Martin : Perso je fais appel à l'entreprise. S'équiper coûte trop pour une ferme d'élevage de taille moyenn...
  2. 18 j'aimes
  3. par Phil.0: Ha les gaillards, toutes les excuses sont bonnes pour nous fourrer leurs foutues haies. ; ) ; )
  4. 15 j'aimes
  5. par Stechou : Et 25 hectares de sûr, qui ne souffriront plus de la sécheresse a Villers le bouillet, pour commen...