La Nouvelle-Zélande se danemarkise

par Jean Pierre, le 20 Juin 2013 16h34

La dette du secteur laitier néo-zélandais a triplé au cours de la dernière décennie.
Ce passif est réparti de manière inégale : la moitié de la dette est logée chez 10% des producteurs.
L'augmentation du financement du secteur laitier par endettement au cours de cette période est due à un certain nombre de facteurs, l'un de ceux-ci étant le besoin de fonds pour un nombre important de conversions à haute intensité capitalistique vers le lait.
Bien qu'il y ait une forte corrélation entre l'augmentation de la dette et la superficie laitière pendant le sextennat finissant en 2009 (càd la période de la plus forte croissance de la dette), l'augmentation des emprunts est de 15,5% alors que l'augmentation de la superficie laitière n'était que de 2%, explique le ministère néo-zélandais des industries primaires.
Une proportion significative de la dette accumulée pendant cette période peut être attribuée à l'augmenta...

JM Moreau
le 20 Juin 2013 19h09

Merci M Jean-Pierre pour ce document intéressant. Je ne vous savais pas pessimiste : vous ne donnez que le contenu de l'encadré dont le titre est "Dette du secteur laitier : fardeau ou opportunité?"
Le chapitre de cette analyse des secteurs primaires consacré aux produits laitiers met en relief les bonnes perspectives globales du secteur laitier néo-zélandais ... Je pense que la hausse du foncier ne cessera pas lorsque vous examinez les mouvements des entreprises chinoises qui ont pour "mission" de garantir les approvisionnements du vaste et croissant marché chinois. Il n'y a pas qu'en Afrique [ou au Condroz :-)))] que les terres agricoles suscitent des convoitises ...
Le graphique 2.2 est parlant ...
Les services officiels australiens viennent aussi de sortir leur analyse : ils sont d'avis que les prix seront soutenus la prochaine saison 13/14 en raison de la demande ferme des pays en développement d'Asie, du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord et de la croissance limitée de l'offre des principaux pays exportateurs (plus 1% en UE, plus 1 à 2% en NZ). La dernière enchère a vu une remontée des prix qui baissaient depuis avril en raison d'un départ morose de la saison de production en Argentine, et ce malgré la fin des craintes générés par la sécheresse NZ.

Jean Pierre
le 21 Juin 2013 16h16

M.Moreau,
Il n'est pas pessimiste de considérer que nos concurrents des antipodes ne sauront plus jamais produire du lait bon marché (à moins de faire faillite avant).

JM Moreau
le 21 Juin 2013 19h37

Vous semblez avoir oublié que le prix payé aux producteurs néo-zélandais a quasi rejoint le niveau européen ou américain.
La force des néo-zélandais réside dans une production de lait basée essentiellement sur l'herbe. Cela se traduit par la production par vache. Le coût du foncier impacte une partie des exploitations, pas toutes. Par contre les effets de la sécheresse (terminée à ce jour) ont induit des coûts inhabituels de supplémentation du bétail. Ceux qui n'ont pu faire face ont réformé leur vaches (cela s'est traduit par une offre de viande supplémentaire). Ils vont rebondir la prochaine saison car la valeur du foncier ne baissera pas et leurs crédits ne seront pas dénoncés.
Vous signalez la hausse annoncée par Fonterra pour la prochaine campagne (début juillet-août). Les producteurs laitiers néo-zélandais sont en mesure de faire leurs comptes. Ce qui n'est pas le cas chez nous : voyez M silvanou qui, le 19 juin, demande aux internautes quel sera le prix de son lait pour le mois de ... mai.

Envoyer
Fermer

[Vidéo] Des cultures plus résistantes au manque d\'eau,...

par Benoît GEORGES, le 17 Mai 2022 23h04

À Gembloux, RTL Info s\'est rendu sur une plateforme d\'expérimentation consacrée à la culture du blé dur. C\'est ici que Guillaume Jacquemin, ce sélectionneur de céréales au Centre wallon de Rec

[Vidéo] Des cultures plus résistantes au manque d\'eau,...

par Benoît GEORGES, le 17 Mai 2022 22h57

À Gembloux, RTL Info s\'est rendu sur une plateforme d\'expérimentation consacrée à la culture du blé dur. C\'est ici que Guillaume Jacquemin, ce sélectionneur de céréales au Centre wallon de Rec

Reneg\'eat a remporté le 2ème PRIX du YEP Challenge 2022

par Benoît GEORGES, le 14 Mai 2022 02h39

Reneg\'eat, un projet YEP des étudiants de la Haute Ecole Charlemagne, HECh Isia de Huy, a remporté le 2ème PRIX du LJE-YEP Challenge 2022 et le Groupe One Ecolabel Award. Romain Tittelbach, Maelle

Colz\'iso a remporté le 1er PRIX du YEP Challenge 2022

par Benoît GEORGES, le 14 Mai 2022 01h50

Colz\'iso, un projet des étudiants de la Haute Ecole Charlemagne, Isia de Huy a remporté le 1er PRIX du YEP Challenge 2022. Arthur Clarenne, Arthur Geerts, Alexandre Donnay, Marvin Minsier et Lucas

De la crasse

par Stechou , le 27 Avril 2022 08h40

J\'ai le levier de clignotants qui déconne, il fait tout le temps des appel de phare, rien de grave, je demande à la concession pour un nouveau levier !! Le prix htva 483 € ????? Pour un morceau d

\"Sauvons Bambi\", des drones pour sauver les faons

par Benoît GEORGES, le 24 Avril 2022 10h09

Que tous les agriculteurs sachent qu\'il est possible d\'intervenir gratuitement grâce à des #drones pour repérer les animaux (faons, chevreuils, levrauts, nids) qui peuvent se cacher dans les hautes

Les plus commentés

    29 commentaires
  1. Engrais
  2. 6 commentaires
  3. La sécheresse complique le travail des agriculteurs,...
  4. 6 commentaires
  5. Les circuits courts : une filière encore rentable?

Les plus aimé

    21 j'aimes
  1. par Stechou : Peut être, mais je n'ai pas l'impression que nous soyons les principaux bénéficiaires du travail bi...
  2. 21 j'aimes
  3. par Phil.0: La sécheresse floute,
    L'inflation floute,
    La guerre floute,
    La covid floute,
    La nouvelle pac floute....
  4. 18 j'aimes
  5. par Phil.0: Ha les gaillards, toutes les excuses sont bonnes pour nous fourrer leurs foutues haies. ; ) ; )