Produire autrement et bien vivre en production laitière

par JM Moreau, le 28 Décembre 2012 17h28
http://agriculture.gouv.fr/Bien-vivre-en-production-laitiere ...

Laurence et Erwan Le Roux, de l'EARL du Coteau de l’Aber (Finistère), ont mis en place un système de production laitière totalement innovant, en rupture avec les méthodes traditionnelles.
Depuis 10 ans, ils ne pratiquent qu'une seule traite par jour (améliore la santé des vaches et donc leur longévité et maximise la rentabilité horaire du travail), ont métissé leurs vaches (croisement de Holstein, de Jersey, de Montbéliarde et de Rouge Suédoise, afin d'exploiter la complémentarité des races - courant en Nouvelle-Zélande) et ils synchronisent la production avec la pousse de l’herbe en privilégiant le pâturage pour leurs 90 vaches laitières... Leur priorités : dégager un revenu suffisant (efficacité économique et risque financier faible privilégiés), conserver du temps libre, respecter l’environnement et rester maîtres de leurs choix.
Bilan ? 30 % de travail en moins que la moyenne et 30 % de revenu ...

PA25
le 28 Décembre 2012 19h14

@moreau ; les laitiers reviendront en arrière le jour ou il n y aura plus d'électricité,imaginez vous comment devrait il faire avec votre système décrit pour produire 100 000l par mois et plus...

JM Moreau
le 28 Décembre 2012 19h37

Cher PA25, je ne décris dans ce billet aucun système "pour produire 100 000l par mois et plus...". Je rends compte ci-dessus d'un système qui produit 300.000 litres avec 90 vaches sur 70 hectares avec une seule traite par jour ... et qui assure un revenu de 30% supérieur à la moyenne des plus performants de la Bretagne.
Merci de m'éclairer ...

PA25
le 29 Décembre 2012 08h03

Oui d'accord,vous rendez d'un système qui se passe dans une région ou les terres sont à un prix qui ne sont pas comparables aux notre,imaginez un peu, 70 hectares à 50 000 euros...

ally
le 29 Décembre 2012 08h20

d accord avec PA25
c'est des agris sans investissements qui ont eu la ferme a papa ou papy pour rien
c'est des hobby farmers
il loue surement toutes leurs terres
si le proprio vend ils seront meme pas achete

LE REALISTE
le 29 Décembre 2012 10h49

chez les laitiers entre-autre,il faut une véritable révolution culturelle!!
vouloir assurer une production laitière avec autant d'investissements luxueux n'est et ne sera pas rentable!!il faut être moderne tout le monde est d'accord là-dessus mais depuis deux ou trois ans il y a un pètage de plomb: étables gigantestes, super équipées (robot(s) ou roto giganteste... sans compter tout le machinisme ultra-sohpsitiqué en annexe.
bonne chance à ceux et celles qui ont fait ce genre d'investissement(s); aux autres, ne vous laisser pas tenter!!!

par le carolo
le 29 Décembre 2012 13h50

@ Jm Moreau ; Je devine bien maintenant qui vous paye .... c'est le Gouvernement .

JM Moreau
le 29 Décembre 2012 15h18

Cher Ally, quelle importance que l'on soit propriétaire ou pas pour gagner sa vie avec le lait ? Est-ce une obligation ?
Si vous lisez attentivement l'histoire de Laurence et Erwan Le Roux, ils ne sont pas "fils de". Ils ont repris une exploitation, qu'ils ont choisie, il y a 10 ans après avoir pensé un système de production résultant de leurs observations en tant que conseillers agricoles et "poussé très loin les projections comptables pour s’assurer de la viabilité économique de leur modèle" [nb : vous voyez M Benjy que c'est possible de faire des projections -:) ...], preuve que cela a été mûrement réfléchi. Le système qu'ils ont développé leur permet de vivre selon leurs choix ... N'est-ce pas cela le plus important dans la vie ?
Vous n'avez probablement pas remarqué qu'ils sont aussi soumis à des contraintes environnementales, leur exploitation étant située dans un parc naturel ...
Vous n'avez manifestement pas non plus remarqué que les exploitants parlent de transmettre cette exploitation ... et que ce ne sont certainement pas des "hobby farmers" comme vous dites de façon méprisante, mais qu'ils gagnent leur vie avec leur lait. Vous trouverez une synthèse de la performance économico-financière de cette exploitation sur la fiche du dossier de candidature que l'on trouve sur le site officiel de la préfecture de Bretagne (www.bretagne.pref.gouv.fr/Actualites-Agenda/Breves/Archives-Annee-2011/Archives-fevrier-2011/Trophees-de-l-agriculture-durable-Ceremonie-de-remise-des-diplomes-regionaux/(language)/fre-FR).  Vous y verrez aussi qu'ils ont eu l'honneur de quelques articles dans la presse spécialisée en France, Angleterre, Irlande, Nouvelle-Zélande et Espagne.
Mais il est clair que dès que l'on sort des sentiers battus, pour des personnes comme vous, c'est négatif ...
Mais je suppose que M Agro ou Mme Figaro ne vous suivront pas, que du contraire ... : Laurence et Erwan Le Roux, 37 et 38 ans, démontrent qu'avec une exploitation moyenne, il est possible de bâ

JM Moreau
le 29 Décembre 2012 15h43

suite
Laurence et Erwan Le Roux, 37 et 38 ans, démontrent qu'avec une exploitation moyenne, il est possible de bâtir un système durable et avoir une qualité de vie.
Pour compléter, les principaux indicateurs suivis sont
• La rentabilité de l’activité : EBE hors main-d’oeuvre/chiffre d’affaires
• La rentabilité du travail : revenu net/heure travaillée
• La rentabilité économique brute : EBE – rémunération obligatoire du travail/capital investi

Noël
le 29 Décembre 2012 16h11

A mon avis ce sont des gens de villes qui vivent à la campagne en douceur et en pleine liberté, sans contraintes et avec le soleil pour témoin. Si tout va bien, avec 90 laitières et mono traite pour produire le quota, dans 2 ans après quota, ils vont traire tous les 2 jours....Bonne chance, mais l'avenir est super, ils peuvent vivre d'amour et de lait frais....avec yaourt bio sans doute et bon marketing via conférences... C'est durable ??

JM Moreau
le 29 Décembre 2012 16h50

Sans contraintes avec 90 vaches dans les conditions de ce coin de Bretagne !
Qu'attendez vous cher Noël : à vous la belle vie !

PA25
le 29 Décembre 2012 18h49

@moreau ; Tant mieux pour la famille Leroux.

Pour 2013, essayé de raccourcir vos post....

ally
le 29 Décembre 2012 20h01

mr moreau
quand vous etre agri comme moi et mon epouse et que le proprio a decide de vendre 45 ha de ta ferme tu fait quoi ?
nous avons contruits,maison, batiments,etables et acheté quota lait, allaitantes.........
tu fais quoi, tu a 3 solutions (1) tu prend ta valise et tu essayes de vendre maison, batiment.........et tu pars a recherche d une autre ferme ? (2)je trouves un financier qui les achete et donner un chapeau de 5000,10000 euro / ha en black?(3) et ce que on a fait tu vas a la banque et tu les achete
alors c'est pas avec une mono traite que tu vas payer ca!....
vous en pensez quoi les agris raisonnés?

le terrien
le 29 Décembre 2012 22h49

@ Mr Moreau
Pensez-vous que la contractualisation va permettre à ces producteurs de lait de livrer du lait 9 mois sur l'année sans contrainte aucune. Lorsque l'on lit les divers contract danone, lactalis, etc ce n'est pas le cas....

Benjy
le 30 Décembre 2012 00h22

Ok av ally...

JM Moreau
le 30 Décembre 2012 14h01

@ ally
Ce sont bien entendu des aléas imprévisibles et je ne peux que vous souhaiter bonne chance.
Je reprends la fin de mon billet relatif aux besoins alimentaires de la Chine :
"L'économie est d'abord et avant tout une activité humaine qui repose sur la capacité de faire des choix et de prendre des décisions, une activité soumise à tous les aléas, et aussi aux coups de chance. On ne produit pas pour produire, mais pour répondre aux besoins des hommes ... et, bien entendu, il est impossible de tout prévoir, de tout prévenir et de tout réguler. Il faut accepter une part de risque ..."

JM Moreau
le 30 Décembre 2012 14h23

@ le Terrien
Le mieux, cher monsieur, c'est de leur poser la question (on trouve facilement leurs coordonnées). Je n'ai pas de boule de cristal pour savoir ce qui va se passer pour cette exploitation particulière. Ce que l'on peut voir sur les divers reportages au sujet de leur exploitation, c'est qu'ils arrivent au bout de leur "conversion" bio ...
Par ailleurs, en Nouvelle-Zélande, la production est saisonnière. Idem en Irlande pour une majorité de producteurs. Ce n'est donc pas quelque chose d'exceptionnel et je suppose que Laurence et Erwan Le Roux, qui ne donnent pas l'impression de jouer à la roulette, ont intégré cela dans leur programme futur.
Permettez moi une réflexion : vous et d'autres sur ce site ne cessez de pleurer l'agriculture familiale qui disparaît, en accusant mondialisation, banques, agro-industries, consommateurs, coopératives, distribution, Europe, etc .... Et lorsque je porte à votre connaissance un exemple de réussite d'une exploitation familiale qui gagne sa vie correctement avec du lait tout en préservant du temps pour la vie familiale, qui a intégré la gestion de la nature avec une sorte d'agriculture "écologiquement intensive" (ce qui sera de plus en plus exigé par les contribuables pour accepter les aides, il ne faut pas l'oublier), vous vous acharnez à critiquer le modèle que ces collègues à vous ont développé après mûre réflexion ... J'ai des difficultés à comprendre vos réactions.

obelix
le 30 Décembre 2012 15h49

on est quand meme une profession, ou on vous regarde de travers quand vous sorter des sentier battus !!!!!!!

www.paysan-breton.fr/article/4288/la-monotraite-n'est-pas-une-technique-au-rabais.html 
un des agri citer sur le lien ci dessus, est souvent intervenu sur terre net, avec egalement beaucoups de sarcasmes de la par de ces collègues........ et il derange, car il n'a pas peur d'aligner ces chiffres !!

c'est sur que ces gars la, on ne sait pas discuter avec eux... il n'ont pas investit 1 million ou plus, il n'ont pas de robot, pas de mélangeuse automotrice, pas de tracteur vario ...... et en plus, ils ne se pleignent pas ...

JM Moreau
le 30 Décembre 2012 17h11

L'article que vous citez, M Obelix, fait aussi référence à M Le Roux de Rosnoën.
Ces cas illustrent ce que je répète souvent : chacun doit rester libre de ses choix et doit en assumer les conséquences.
Mais comme vous le relevez, ce qui est étrange, c'est que souvent une réussite obtenue autrement qu'en suivant les habitudes ou les recommandations "officielles" enseignées, ne suscite qu'incompréhension, si ce n'est jalousie. Et ce qui m'étonne, c'est que cela vient de défenseurs acharnés de l'agriculture familiale.
Dans les deux cas (GAEC des frères Glinec et GAEC du couple Le Roux), on constate des coûts de production inférieurs à la moyenne des groupes concernés. Et même si cela est obtenu parce que les intéressés se contentent de peu d'investissements [M le Wallon n'est pas tout seul dans le cas -:) ], l'important n'est-il pas de gagner sa vie correctement en dégageant du temps pour soi et sa famille ?
Encore une fois, c'est une question de choix individuel. Qu'il faut respecter. Et assumer.

le terrien
le 30 Décembre 2012 19h59

@ Mr Moreau
je ne me permets pas de critiquer ceux qui "sortent des chantiers battus", j'essaie juste de poser des questions!
D'autre part, je ne vois aucunement le lien entre ma question et la défense ou non de l'agriculture familiale.

Benjy
le 31 Décembre 2012 01h55

A obélix,

Vrai, l'avenir de l'agriculture, est a ceux qui soigne leurs bêtes a la brouette et trait à la main...
Bin oui économie oblige...

ally
le 31 Décembre 2012 08h42

et la traite 3 fois par jour alors, comme les robots
plus de lait par vaches

Le paradis
le 31 Décembre 2012 11h32

www.la-croix.com/Actualite/S-informer/Economie/Des-eleveurs-laitiers-a-la-recherche-de-l-innovation-_EP_-2012-12-17-888858 

Voici un autre article sur l'agriculture biologique. Il vend son lait a 45 cts...
il a du améliorer les 66 ha de prairies en fermage...avec des graminées et des légumineuses . Je ne connais pas le bail, ni le montant à payer, et si c'était un bail emphytéotique ? Pour 80 laitières et plus . C'est vivre 9 mois sur l'année sur l'exploitation...
Il aurait pu aller en Nouvelle Zélande, mais je ne crois pas qu'il existe des primes là-bas....

Dans le temps, mon père a encore trait 3 fois par jour les 15 vaches et vivait bien sur 20 ha...qu'il a élevé sa famille nombreuse et a acheté des terres pour la progéniture.
Les temps ont changé. Ce n'est plus possible maintenant. Croyez-vous que le prix de ce lait bio va durer ?.....

Benjy
le 31 Décembre 2012 11h43

Et que fait on quand une collecte de lait bio est abandonné par une laiterie??? Et qu'elle est la seule a aller dans cette région?? Ces producteurs doivent maintenant produire vers le traditionnel, après avoir invessti pour le bio ^^ suivez l'guide...

JM Moreau
le 31 Décembre 2012 12h47

@ Benjy
L'économie est d'abord et avant tout une activité humaine qui repose sur la capacité de faire des choix et de prendre des décisions, une activité soumise à tous les aléas, et aussi aux coups de chance. On ne produit pas pour produire, mais pour répondre aux besoins des hommes ... et, bien entendu, il est impossible de tout prévoir, de tout prévenir et de tout réguler. Il faut accepter une part de risque ...

Ce que vous dites est étonnant : lorsque j'entends les discours, le bio c'est l'avenir ... Serais-je naïf ?

Benjy
le 31 Décembre 2012 14h22

Certains producteurs ont belle et bien été abandonné par la laiterie qui collectait...

Vous le dites si bien il est impossible de tout prevoir, même la volatilité des prix !! voilà pq on est dans une situation pareil dans le secteur lait...

Quand tout le monde arrive chez les amis ce 31, nous producteurs on continuent a travailler pour finir, si pas d'imprévu?? Travailler, travailler, pour quoi?? Un salaire de misère??? C est une passion qui se paye cher...

Leopold
le 02 Janvier 2013 12h28

Je ne suis pas toujours du même avis que Monsieur Moreau.
Mais cet article démontre pleinement que l'agriculteur a des difficultés de remise en question.

- peur du risque?
- on fait cela depuis des lustres, pourquoi changer?
- faire comme papa et maman?

Dites moi quel métier n'a pas du s'adapter aux nouvelles contraintes depuis ces 5 dernières décennies?

Innovons bon sang!

Enibob
le 03 Janvier 2013 15h32

Attention M Leopold, avec de tels propos qui ont déjà été postés sur ce site, vous allez faire partie de la confrérie de ceux qui sont considérés comme ayant du mépris pour la profession, au mieux, comme n'ayant rien compris ...

titeuf
le 03 Janvier 2013 16h16

a léopold
bien d'accord avec vous

puz
le 07 Janvier 2013 15h31

@ jm Moreau
je partage votre point de vue. Dès qu'un agriculteur sort des sentiers battus et qu'il s'en sort, il suscite jalousie et commentaires nauséabonds. Je parle en connaissance de cause : il y a près de 20 ans, on s'est installé en "vaches allaitantes" mais pas avec des blancs bleus. Sarcasmes et quolibets de la part des éleveurs BBB qui n'ont jamais vu une autre race de leur vie, mais qui savent eux,qu'avec les "françaises" ça ne peut pas aller... Tollé de la part des vétos qui rajoutent de l'huile sur le feu ( ils craignent pour leurs césariennes, mais de là à mentir sur les autres races...). Il nous est arrivé de participer à un souper du Comice: les BBB forment un groupe et critiquent les" races françaises" devant nous... : c'est sidérant. Alors moi, j'essaie de ramener le débat à plus de fantaisie, on est là pour passer une bonne soirée qd même. Je leur demande comment se sont passées leurs dernières vacances d'été, qu'elle est leur station de ski préférée, quel est le bon resto qu'il ont fréquenté récemment, si ils ont vu l'expo de Hockney, s'ils ont emmené leur femme voir les illuminations de Paris, s'ils aiment les bouquins de Vargas... ;-)

1tiensvautmieuxque2tul'auras
le 05 Août 2013 14h01

A ceux qui parlent d'investissement, un banquier vous répondra favorablement à deux conditions : soit vous avez des garanties patrimoniales (merci papa maman) et vous hypothéquez, soit vous leur présentez les résultats d'un systèmes qui génère de l'argent depuis dix ans avec un revenu disponible qui permet de payer les annuités en cours, qui permet de se sortir un salaire et laisse une marge pour réinvestir. un banquier ne cherche pas les quantités de lait mais celles d'argent.

1tiensvautmieuxque2tul\'auras
le 05 Août 2013 14h07

A PA25 et ally, ce système montre que l'on peut sortir un revenu avec un peu moins de surfaces et donc être moins dépendant des propriétaires un peu trop gourmands !

fanfan
le 24 Février 2014 20h18

Tous les jeunes agriculteurs en formation devraient pouvoir avoir l'occasion de visiter ce genre de ferme avant de s'installer. Et d'étudier le dossier de fonctionnement de près. De l'extérieur j'ai souvent l'impression que certains sont plus amoureux de leurs mécaniques que respectueux du bien-être de leurs animaux .Et c'est la course à l'équipement dernier cri qui fait plonger dans les affres des crédits à rembourser .Ces fermiers là sont modestes et réfléchis.

DIDIER LE BELGE
le 11 Janvier 2018 00h47

CA FAIT MAINTENANT 2 ANS QUE JE M INSPIRE DE CE QUE LE COUPLE LEROUX A DEVELOPPE . JE LE CONSIDERE COMME COMME UNE METHODE NON UNE RECETTE . PERSONNELLEMENT JE SUIT EN ADMIRATION DEVANT CE QU ILS ONT MIS EN PLACE ET JE SALUE LEUR COURAGE POUR LE PARTAGE DE LEUR EXPERIENCE MALGRES LES PAROLES BLESSANTES DE CERTAINES PERSONNES ; PERSONNELLEMENT J Y CROIS ;POUR QU UNE EXPOLITATION PERDURE IL FAUT QUE L ELEVEUR SOIT PRESEVE ET QUOI DE MIEUX QUE LE SYSTEME QU ILS ONT MIS EN PLACE; JE PENSE QU IL FAUDRAIT QUE LE MONDE AGRICOLE ARRETE LA SPIRALE DE L INVESTISSEMENT DERAISONNE COMME C EST SOUVENT LE CAS ET COMME C ETAIT CHEZ MOI ; J AI 47 ANS J AI MOI MEME SIGNE DES CREDITS POUR UN PEU PLUS DE 3 000 000 EUROS ET C ETAIT TOTALEMENT INVIVABLE ; ACTUELLEMENT EN DEUXIEME ANNEE DE RECONVERSION BIO JE COMMENCE A SOUFFLER MES LIVRAISON LAIT SONT PASSEE DED 1 600 000 PAR AN A 630 000 EN 2017. TOUT CA AVEC TRES TRES PEU DE FACTURE; JE NE PEU PAS EPILOGUER SUR LE FAIT MAIS JE PENSE QUE LE COUPLE LEROUX AEST CONPLETEMENT DANS LE BON.

Min
le 27 Février 2019 01h01

Triste est de constater qu’il y a de nombreux jaloux dans le domaine agricole et qu’au lieu de soutenir des méthodes de travail différentes qui fonctionnent, préfèrent descendre ceux qui mènent des réflexions. Messieurs qui écrivaient des commenataires en 2012 ou en 2013, comment se portent vos exploitations ?? Il ne me semble pas que le système 150 Prim’ nourries au maïs ou au soja, qui voient le jour uniquement grâce aux quelques mètres carré du bâtiment qui est à ciel ouvert, traites grâce au robot (et pour faire plaisir à monsieur, il dispose du plus beau joujou : le plus gros des tracteurs du voisinage) soit le meilleur moyen de gagner sa vie. Il ne me semble pas non plus que vous gagner en confort début vie par rapport à des exploitations telles que celle des Le Roux. Il y a quelques années nombreux été les gens comme vous si peu ouvert d’esprit, qui travaillaient en suivant le schéma de papa et maman parce qu’ils n’avaient connu que ça, et que pour eux ça fonctionnait, alors pourquoi pour vous ce serait différent. Et oui, la réflexion n’est définitivement pas votre fort. Suite aux diferentes crises, nombreux aussi sont ceux qui sont venus pleurer des conseils auprès des agriculteurs innovants, parce que c’etait quasiment les seuls à gagner leur vie. Regarder un peu plus loin que le bout de votre nez, allez visiter des fermes différents de la votre, ceci vous ouvrira l’esprit et vous verrez que la meilleure des solutions n’est pas forcément la vôtre vous. Bravo à Laurence et Erwan. Bravo aussi à ceux qui mènent des réflexions dans le domaine agricole. PS: Sachez que monsieur et madame Le roux n’ont absolument pas hérité de la ferme de quelqu’un de la famille. Le but du couple n’a jamais été « de vivre d’amour et d’eau fraîche » comme vous dîtes, leur but était simplement d'avoir des revenus normaux, c’est à dire ne pas compter uniquement sur les aides européennes ou autres pour se dégager un salaire, tout en aillant un certain confort de vie.

Envoyer
Fermer

Opportunités de développement de l\'abattage à la #ferme en Wallonie

par Benoît GEORGES, le 22 Mai 2022 18h13

Du 1er mai 2021 au 31 janvier 2022, l’Université de Liège a été mandatée par la Région Wallonne pour la réalisation d’une étude sur les opportunités de développement de l’abattage à l

Rejoignez le réseau de fermes en agroécologie !

par Benoît GEORGES, le 21 Mai 2022 21h34

Agroécologie : rejoignez le réseaux ! forms.office.com/r/BWC2F4FpiX  Vous êtes agriculteur.trice et vous souhaitez mettre ou mettez déjà en place des pratiques agroécologiques dans votre ex

Surchargé travail

par Travail, le 20 Mai 2022 14h11

Parmi les forumeurs, certains ont-ils plus vite recours au service de remplacement plutôt qu\'à l\'entreprise ou un indépendant ? Quand on est équipé bien sûr. Par exemple, remplacement pour les t

[Vidéo] Des cultures plus résistantes au manque d\'eau,...

par Benoît GEORGES, le 17 Mai 2022 23h04

À Gembloux, RTL Info s\'est rendu sur une plateforme d\'expérimentation consacrée à la culture du blé dur. C\'est ici que Guillaume Jacquemin, ce sélectionneur de céréales au Centre wallon de Rec

[Vidéo] Des cultures plus résistantes au manque d\'eau,...

par Benoît GEORGES, le 17 Mai 2022 22h57

À Gembloux, RTL Info s\'est rendu sur une plateforme d\'expérimentation consacrée à la culture du blé dur. C\'est ici que Guillaume Jacquemin, ce sélectionneur de céréales au Centre wallon de Rec

Reneg\'eat a remporté le 2ème PRIX du YEP Challenge 2022

par Benoît GEORGES, le 14 Mai 2022 02h39

Reneg\'eat, un projet YEP des étudiants de la Haute Ecole Charlemagne, HECh Isia de Huy, a remporté le 2ème PRIX du LJE-YEP Challenge 2022 et le Groupe One Ecolabel Award. Romain Tittelbach, Maelle

Les plus commentés

    29 commentaires
  1. Engrais
  2. 9 commentaires
  3. Surchargé travail
  4. 6 commentaires
  5. Les circuits courts : une filière encore rentable?

Les plus aimé

    30 j'aimes
  1. par Jacques Martin : Perso je fais appel à l'entreprise. S'équiper coûte trop pour une ferme d'élevage de taille moyenn...
  2. 18 j'aimes
  3. par Phil.0: Ha les gaillards, toutes les excuses sont bonnes pour nous fourrer leurs foutues haies. ; ) ; )
  4. 15 j'aimes
  5. par Stechou : Et 25 hectares de sûr, qui ne souffriront plus de la sécheresse a Villers le bouillet, pour commen...