La demande en protéines intensifiera la concurrence sur le marché des produits laitiers

par JM Moreau, le 23 Novembre 2012 17h47

A l'occasion d'une conférence faite devant quelques 200 agriculteurs néo-zélandais la semaine passée, Mme Hayley Moynihan, analyste laitière chez Rabobank, a affirmé que la concurrence sur les marchés mondiaux des produits laitiers s'intensifiera à mesure que les populations des pays en développement voudront des protéines.
Selon elle, la plus forte croissance de la consommation mondiale de produits laitiers se ferait aux portes de la Nouvelle-Zélande, soit en Asie et au Moyen-Orient, régions qui auront des difficultés à atteindre l'auto-suffisance en protéines. Alimenter la croissance de la classe moyenne dans ces régions sera un défi mondial et, selon l'experte, la part du lion de la nouvelle demande serait satisfaite par les Etats-Unis et par les pays à coûts compétitifs d'Europe.
Les fournisseurs traditionnels de ces régions comme la Nouvelle-Zélande, ne seront en mesure de ne fournir qu'une modeste contribu...

Propète
le 24 Novembre 2012 13h22

Pour acheter de la protéine, il faut de l'argent et un prix rémunérateur. Pour L' AVENIR aussi de nos produits laitiers d'ici.
www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20121124_00236072 



Martin
le 24 Novembre 2012 15h22

C'est pas le moment de protéiner, avec la nouvelle -zélée...
On voit bien que vous êtes à coté de la matières grasse ...
Ce n' est que l'âne Martin qui vous le dit, hi han pour la N Z
Mr Moreau, vous devenez un âne pour notre pays ...à moins que l'âne ne prenne le mor eaux aux dents.. Vous êtes complétement têtus.............. dans ce marché illusoire européen à la dérive . Vos enfants vont à dos d'ânes ?

Enibob
le 24 Novembre 2012 18h35

@ Martin
Si des informations de ce type ne vous intéressent pas, si vous vous souciez des perspectives offertes par le marché comme un poisson d'une pomme, dispensez-vous d'être insultant envers celui qui les poste.
Ce genre d'analyse ne concerne pas que la NZ : si vous savez lire, vous verrez que certains EM de l'UE seront en mesure de fournir les pays qui auront besoin de ces protéines laitières. Si vous regardez un plus plus loin que le bout de votre museau, vous auriez retenu des billets de Moreau que les fusions récentes de Arla (avec MUH notamment) ont pour objectif de sécuriser les approvisionnements en lactoserum afin de garantir les fabrications de ces protéines/ingrédients, outre les poudres maigres. Vous auriez retenu que Sodiaal et le producteur chinois de produits infantiles Synutra vont construire des tours de séchage de lactoserum en Bretagne afin de garantir à ce dernier ses approvisionnements. De même, Fontera et A-Ware Food group vont construire une unité conjointe aux Pays-Bas, afin de garantir à Fontera un approvisionnement suffisant en lactoserum. En septembre 2011 déjà, sur ce site, un billet annonçait divers investissements allant dans ce sens.
Le marché laitier européen est très dynamique contrairement à ce que vous imaginez. Mais pas en ce qui concerne le lait de consommation ...
Cela aidera peut-être à comprendre pourquoi certaines laiteries, coopératives ou autres, sont en mesure de payer plus leurs fournisseurs ...

Martin
le 24 Novembre 2012 19h12

Je regarde un peu plus loin que mon portefeuille, mr le bobine à l'envers.. mais pas dans votre rayon d'action de chinoiserie.. copiage du bout du monde .
Le marché chinois, je l'ai dans la brayette quand elle ne ferme plus....
Vous êtes sur un autre continent ... comme si vous étiez un incontinent à nos revendications de chez nous.... Allez pisser avec toutes vos simagrées de marché mondialisé

titeuf
le 24 Novembre 2012 21h49

a martin
vraiment n'importe quoi !!

Marcel
le 25 Novembre 2012 13h57

Qui chez nous gagne le plus à ce que les marchés asiatiques ou autres soient alimentés par les producteurs européens "compéitifs" ou autrement dit au rabais? Les producteurs, les organismes auquels ils contractent des crédits, l'industrie?

Enibob
le 25 Novembre 2012 16h17

N'avez vous pas compris, M Titeuf, que ce sieur martin est un avatar de sollecus qui a perdu son souffre douleur, 007 et l'effervescent : même style "amphigouri", mêmes "vannes" scatologiques, même orthographe, même méconnaissance des marchés, même mépris pour tout investissement de coopératives orientées vers le futur ... Il prend un nouveau pseudo qu'il trouve amusant avec pour seul objectif de cracher sa haine envers JM Moreau ...
Ce personnage n'existe qu'en s'en prenant à quelqu'un pour évacuer ses frustrations, surtout lorsque les analyses sont correctes et reflètent l'évolution du marché, les tendances économiques ... Rabobank a une reconnaissance de l'ensemble du secteur et ses analyses sont toujours attendues, sauf par ce personnage ... Des milliers de membres de plusieurs coopératives décident d'investir afin de se placer dans cette course à l'approvisionnement, notamment d'un pays qui dans quelques années sera la première économie du monde, il ramène cela à sa braguette !
Et comme il n'a jamais le moindre argument, il attaque celui qui ne fait que rapporter la teneur d'une conférence afin d'informer les lecteurs des perspectives future, et se croit le plus intelligent du monde ...
Comme vous dites M Titeuf, c'est du n'importe quoi et de tels "commentaires" ne devraient pas avoir de place sur un site comme Agri-web, car ils n'apportent rien. M Louvigny est bien gentil ...

Enibob
le 25 Novembre 2012 16h19

@ Marcel
Demandez aux coopérateurs d'Arla, de FrieslandCampina, de Fonterra, de Sodiaal ...

Noël
le 25 Novembre 2012 17h17

@ Enibob
Rabobank ne voit que le fric apporté par les agriculteurs. C'est aussi du n'importe quoi et cela vous rapporte des cacahuètes. Vos arguments ne sont que financiers et pas la réalité du terrain
Les coopératives doivent être gérées par des agriculteurs.

FRV100
le 25 Novembre 2012 21h16

@enibobi
Pauvre chou va!, martin, je ne le connait pas !je le rencontrerai peut-être demain à Bruxelles.Car demain je fais partie des gars qui vont montrer leur raz le bol, et comme tu aimes a le dire, je vais demander une régulation de la production européenne, et comme tu ne l'a pas encore compris cette régulation doit être faite non pas par l'Etat" mais bien par NOUS c a d producteurs, consommateurs et transformateurs, pour le reste, blablabla....................
Et pour dire qlques chose de plus sensible, aujourd'hui, les banques continuent d'investir dans le lait pour la simple et bonne raison quelles non rien a perdre car elles ont un oeil tous les mois sur la santé des investissements quelles font.

tirelipimpon
le 25 Novembre 2012 22h13

Je vois surtout, Enibob, que vous ne voulez pas voir la réalité révélée par l'étude de Benoit Leblanc.

Enibob
le 25 Novembre 2012 22h34

Quel est le rapport entre cette étude qui compare des systèmes de production canadiens et US et le sujet du billet qui concerne l'approvisionnement en protéines laitières des marchés émergents ?
Merci pour votre éclairage.

tirelipimpon
le 26 Novembre 2012 17h10

Vous croyez qu'un général qui ne paye pas ses soldats va envahir un pays, vous croyez qu'une industrie laitière qui ne rémunère pas ses fournisseurs, sauf ses meilleurs éléments, et encore, à un prix en dessous du seuil minimal, va conquérir de nouveaux marchés.
Cette étude montre que pour sortir un revenu,un actif par vache de maximum 10500 $ avec 1 hectare de terre est permis. A de telles conditions l'Europe de l'ouest est déjà condamnée.Ce n'est pas les éleveurs qui feront baisser le prix du foncier quand dans le meme temps les légumiers et les industriels font monter les prix.

: "Les exportateurs américains sont beaucoup plus actifs que par le passé et sont en concurrence avec plus de vigueur que jamais".
Cette phrase sous-entend que tout va bien pour les fermiers américains, or l'étude de Mr Leblanc démontre que les trois quarts travaillent à perte.Les arguments financiers, les promesses vis-à-vis de la réalité du terrain.
Meme chose en Irlande . Soit disant tout va bien et pourtant cette année, les primes pac représentent 90% du revenu. www.boerderij.nl/Home/Nieuws/2012/11/Ierse-boereninkomen-bijna-kwart-lager-1113216W/ 
je crois que le problème des économistes d'aujourd'hui c'est de ne pas tenir compte de la psychologie des hommes, ils croient que les producteurs, les consommateurs, les hommes quoi, sont"manipulables " à merci. on verra.
Le jour de la prise de la Bastille, un roi de France écrivait "rien de spécial" dans son journal

JM Moreau
le 26 Novembre 2012 18h04

M tirelipimpon, je pense que vous oubliez que si il y a une demande, il y aura une offre pour y répondre. Certains acteurs ne semblent pas vouloir se placer pour répondre à cette demande en matière de protéines laitières qui fait l'objet d'un consensus des analystes, d'autres bien. Et les rappels d'Enibob de quelques opérations récentes montrent quels sont certains des opérateurs qui mettent en oeuvre une stratégie pour être acteurs dans ce marché porteur de perspectives intéressantes. Les dizaines de milliers de coopérateurs qui soutiennent ces développements sont-ils tous des rêveurs ? Ils sont parmi ceux qui reçoivent les prix les plus élevés pour leur lait ...
Mme Hayley Moynihan, en se basant sur les perspectives d'augmentation de la production, a voulu informer ses auditeurs néo-zélandais qu'ils devraient faire face à une concurrence des autres acteurs importants du secteur, même si la demande se développera à leurs portes. Je pense avoir rapporté qu'en NZ la croissance ne se fera plus aux mêmes taux pour diverses raisons et que leurs avantages compétitifs diminuent.
Vous oubliez aussi, me semble-t-il, de prendre en compte que seulement 7% de la production mondiale de produits laitiers est écoulée sur le marché mondial, et que toute modification légère de l'offre (ou de la demande) a, de ce fait, d'importantes implications sur les prix. Ce qui est certain, lorsque vous examinez l'évolution des prix, c'est une tendance à la hausse : chaque pic est supérieur au précédent, même s'il est suivi d'une baisse.

tirelipimpon
le 27 Novembre 2012 17h01

si une demande existe il y aura une offre. A une condition .Si une demande existe en lait, il y aura une offre à condition que le prix suive. Parce que la concurrence commence entre secteurs.Le blé, le mais sont devenus des concurrents, les nouveaux CONTRATS (ca, c'est du réel, pas des promesses)pommes de terre sont à des plus hauts historiques.Ce n'est pas avec des 35cents que l'on va attirer les producteurs laitiers à produire plus.

Mr Moreau, surveillons bien les graphiques, quand un pic ne dépassera pas le précédent ou l'égalera, ce qui formera un M, il faut s'attendre à une baisse, mais voila, je ne peut me permettre du stock picking avec ma ferme laitière et je ne peux spéculer avec mon lait.

JM Moreau
le 27 Novembre 2012 20h27

M tirelipimpon, si l'offre diminue, le prix monte : vous avez la mémoire courte. Cela s'est produit il n'y a pas si longtemps pourtant ! 5 ans !
Le revers de la médaille, c'est que lorsque le prix d'un produit agricole, quel qu'il soit, est bon, les fermiers, et c'est normal, produisent plus. Si vous produisez du froment, vous savez de quoi je parle n'est-ce-pas ! Et dans le cas du lait, comme je le rappelais, de faibles différences sont exacerbées au niveau des prix, surtout si les stocks sont faibles.
Si vous suivez l'actualité, ce dont je ne doute pas, vous n'êtes pas sans ignorer que certaines coopératives françaises ont, avec les suppléments produits, sorti de trop grandes quantités de briques UHT ce qui a provoqué une guerre des prix, dont la victime, comme toujours, est le producteur. D'où, les applaudissements lorsque fut annoncée l'investissement du fabricant chinois de produits infantiles qui entend ainsi sécuriser son approvisionnement en protéines laitières ...
Les prix sont dépendent fortement du "mix produits" de la laiterie comme disent les français, au point où leur système de fixation du prix y est lié. Vous n'ignorez pas que ceux qui sont dépendant du "beurre-poudre" peuvent diminuer le prix si les cotations internationales sont basses ...
Une chose est certaine : il y a 1 milliard 300 millions de chinois et la classe moyenne, selon les chiffres de 2010, s'élevait à environ 250 millions d'habitants. Il est prévu qu'elle croîtra de 2,5 à 3% par an et ces personnes sont demandeurs de produits laitiers que la Chine ne sera pas en mesure de produire elle-même. D'autres pays asiatiques sont dans le cas, et la classe moyenne se développe aussi au Brésil, en Inde, dans certains pays d'Afrique. Une récente étude de Ernst & Young prévoit que le nombre des ménages dans les pays émergents disposant d'un revenu annuel de plus de 30.000 dollars par an, soit 2.500 dollar par mois, va plus que doubler d'ici à 2020. Il passera à quelque 149 millions de foyers dans

JM Moreau
le 27 Novembre 2012 20h33

Suite
Une récente étude de Ernst & Young prévoit que le nombre des ménages dans les pays émergents disposant d'un revenu annuel de plus de 30.000 dollars par an, soit 2.500 dollar par mois, va plus que doubler d'ici à 2020. Il passera à quelque 149 millions de foyers dans 8 ans, un chiffre qui sera alors supérieur à celui des États-Unis (120 millions) et des pays de la zone euro (116 millions). C'est cela aussi une réalité que certains de vos collègues européens entendent exploiter pour augmenter leurs revenus.

Sophie
le 02 Avril 2013 23h55

C

Envoyer
Fermer

Opportunités de développement de l\'abattage à la #ferme en Wallonie

par Benoît GEORGES, le 22 Mai 2022 18h13

Du 1er mai 2021 au 31 janvier 2022, l’Université de Liège a été mandatée par la Région Wallonne pour la réalisation d’une étude sur les opportunités de développement de l’abattage à l

Rejoignez le réseau de fermes en agroécologie !

par Benoît GEORGES, le 21 Mai 2022 21h34

Agroécologie : rejoignez le réseaux ! forms.office.com/r/BWC2F4FpiX  Vous êtes agriculteur.trice et vous souhaitez mettre ou mettez déjà en place des pratiques agroécologiques dans votre ex

[Vidéo] Des cultures plus résistantes au manque d\'eau,...

par Benoît GEORGES, le 17 Mai 2022 23h04

À Gembloux, RTL Info s\'est rendu sur une plateforme d\'expérimentation consacrée à la culture du blé dur. C\'est ici que Guillaume Jacquemin, ce sélectionneur de céréales au Centre wallon de Rec

[Vidéo] Des cultures plus résistantes au manque d\'eau,...

par Benoît GEORGES, le 17 Mai 2022 22h57

À Gembloux, RTL Info s\'est rendu sur une plateforme d\'expérimentation consacrée à la culture du blé dur. C\'est ici que Guillaume Jacquemin, ce sélectionneur de céréales au Centre wallon de Rec

Herbe sur pied

par Ouvaton, le 04 Mai 2022 09h40

Bonjour à tous, alors que la saison pédale déjà par manque d\'eau et de chaleur. Les terres ne se réchauffent pas. Je viens de trouver du foin à acheter sur pied à 20€ la boule. J\'ai de l\'e

De la crasse

par Stechou , le 27 Avril 2022 08h40

J\'ai le levier de clignotants qui déconne, il fait tout le temps des appel de phare, rien de grave, je demande à la concession pour un nouveau levier !! Le prix htva 483 € ????? Pour un morceau d

Les plus commentés

    29 commentaires
  1. Engrais
  2. 9 commentaires
  3. Surchargé travail
  4. 6 commentaires
  5. Les circuits courts : une filière encore rentable?

Les plus aimé

    30 j'aimes
  1. par Jacques Martin : Perso je fais appel à l'entreprise. S'équiper coûte trop pour une ferme d'élevage de taille moyenn...
  2. 18 j'aimes
  3. par Phil.0: Ha les gaillards, toutes les excuses sont bonnes pour nous fourrer leurs foutues haies. ; ) ; )
  4. 15 j'aimes
  5. par Stechou : Et 25 hectares de sûr, qui ne souffriront plus de la sécheresse a Villers le bouillet, pour commen...