Outils de gestion

par JM Moreau, le 08 Août 2012 10h54

Pour ceux que cela intéresse, une série d'outils de gestion visant à aider à améliorer l'efficacité et la rentabilité de la production développés par l'Université du Wisconsin. Leur objectif est de maintenir l'industrie laitière du Wisconsin concurrentielle ...
dairymgt.uwex.edu/tools.php#1 

Les autres onglets donnent accès à diverses publications et présentations intéressantes.

LE REALISTE
le 08 Août 2012 17h51

LES CALCULS,C'EST BIEN!!
mais le plus important est de ne pas "surinvesrtir" et de faire des investissements en partie, sur fonds propres!
sinon....les calculs seront difficiles à digérer!!! même avec du motilium (rires)

LE REALISTE
le 08 Août 2012 18h55

le retour sur investissement?
impossible à calculer dans un contexte de volatilité de prix!
c'est justement ce calcul qui nécessite l'utilisation du marc de café!

Sucellos
le 09 Août 2012 08h03

Oui, vous avez tout compris ... Les universitaires du Wisconsin et d'ailleurs sont des ignorants et des charlatans. Vous ferez certainement fortune comme consultant en nous vendant votre formule !
Pour la forme, bien que je sache que vous êtes imperméable à ce genre de raisonnement, l'avantage d'un modèle, c'est que l'on peut faire des simulations avec les divers facteurs. Et donc le faire "tourner" avec des coûts et des recettes différentes. Bref, tester différentes hypothèses autour des données fixes telles que investissements, production, etc ...

par le carolo
le 09 Août 2012 08h59

@ sucellos: Je voie dans mon marc de café ; les regroupement de producteurs, type gaec, les coopérative etc..., ne serve que le système industriel, fournir toujours plus et moins chers, et les problème des producteurs c.a.d un prix de vente trope bas pour un coup de production trop haut ne changera pas . La gestion changera seulement et SEULEMENT quand des pavé envoyé par des crève de faim vont atterrir dans la vitrine des gens qui nous dirige et ceux qui les entour de leurs bon conseil ....

par le carolo
le 09 Août 2012 09h05

@sucellos; vous ne répondez pas a mon commentaire du 08 aout de 13h44, sur chronique d'une faillite annoncée, cela m'étonne de votre part vous qui aimé le dernier mots...

Le paradis
le 09 Août 2012 09h58

Les chiffres ? Il faut arrêter de rêver du Wisconsin...... Nous sommes en Belgique.Et je bois une bonne jatte de café le matin sans trop me soucier de la calculette.
www.lapresse.ca/international/etats-unis/201208/07/01-4562904-wisconsin-du-reve-au-cauchemar-americain.php 

LE REALISTE
le 09 Août 2012 12h13

@SUCELLOS
j'ai aussi fait des études en économie et je sais ce qu'est un modèle économétrique!!
on peut l'utiliser effectivemeent pour faire des simulations mais ce sont des résultats issus dc'un modèle avec tellement de paramètres que la fiabilité est quasi nulle et ce d'autant plus qu'on se trouve dans des marchés volatils !
mais chacun son avis (rire)!!!

Sucellos
le 09 Août 2012 17h51

@ le carolo
Votre café doit être trop fort et vous joue des tours de mémoire.
Le 28 juillet dernier, vous aviez commenté le billet "Nouvelle Zélande : les fermiers contre les subventions" avec ces mots (copié/collé) : "Le belle exemple des subside c'est poulet Doux qu'il le montre en 2011 la commission Europe a donné un montant de 50 millions Euro pour que Doux relève la tête et 2012 patatras". Je vous avais alors répondu, mais vous avez déjà oublié ... Allez donc voir ma réponse d'alors ...
@ Le Réaliste
Selon ce que j'en sais, l’économétrie s’intéresse au traitement mathématique des données statistiques concernant les phénomènes économiques. Les modèles économétriques entendent décrire l'activité économique par des systèmes d'équations de grande taille et se fondent sur une théorie économique. La Commission utilise par exemple le modèle NEMESIS (www.erasme-team.eu/modele-economique-econometrie-nemesis-vp14.html) 
Les outils proposés par l'Université du Wisconsin concernent le niveau micro-économique de l'exploitation agricole. Ce qui n'est pas de l'économétrie ...
Désolé si les paramètres d'une exploitation agricole sont trop difficile à identifier pour vous ou alors l'anglais vous rebute tellement que vous n'en n'avez ouvert aucun ... J'en conclus que votre réalisme fonctionne en se basant sur une navigation à vue, au "pifomètre" ...
:-)))

Sucellos
le 09 Août 2012 18h09

@ le paradis
Qu'une exploitation laitière soit ici, au Danemark, au Wisconsin, au Canada, en Nouvelle-Zélande ou au Brésil, la nature des paramètres est identique : bâtiments, terres, cultures, emprunts, bétail, aliments, frais vétérinaires, matériel, prestations de services de tiers, fiscalité, droits de production le cas échéant, prix de vente, etc ...
A chacun de définir les valeurs de chaque paramètre selon son exploitation et pour introduire la volatilité, de déterminer, lorsque c'est pertinent, un valeur haute et une valeur basse ... JM Moreau vous a de nombreuses fois présenté l'IFCN qui compare les coûts de production dans 49 pays.
Mais effectivement si vous ne vous souciez pas de la calculette comme vous dites, c'est que vous n'avez besoin de rien et que tout baigne pour vous ! Vous m'en voyez heureux : pour une fois quelqu'un qui ne se plaint pas !!! :-)))

Jean Pierre
le 09 Août 2012 18h30

@Sucellos

Les hommes et les femmes ont des manières différentes d'approcher les événements.
Ca ne les n'empêche pas de se rencontrer.

Vos infos sont en général d'un bon niveau, mais le caractère de plus en plus condescendant de vos commentaires...

LE REALISTE
le 09 Août 2012 19h11

@sucellos
comment voulez-vous faire des prévisions sur des paramètres micro-économiques sans d'abord tenir compte des paramètres macro-économiques!!
ce sont les éléments macro-économiques qui influencent directement la micro-économie!
il y a des modèles économétriques relatifs à la conjoncture....
d'abord la macro puis la micro!
il faut que je retourne à l'école des savants pour comprendre tout ce bazar!! (rire)

bobine
le 09 Août 2012 19h30

...hé oui, moi aussi j'ai essayé de lui faire comprendre, mais il n'y a pas pire sourd...

par le carolo
le 09 Août 2012 20h43

@ sucellos; je suis retourné voir votre réponse mon chers Luc, je ne comprend pas pourquoi >Doux a investi aux Brésil pour ensuite faire marche arrière et puis jeté l'éponge sur la totalité de c'est activité en France ( les oiseaux de loin on toujours de belle plumes) et pourquoi un groupe aussi puissant a besoin de restitution avec des filiale dans les quatre coin du monde .

Benjy
le 10 Août 2012 01h23

A sucellos
Nô comment! Ça me saoule...

Sucellos
le 10 Août 2012 10h56

@ le carolo
C'est une fois de plus raté : je ne m'appelle pas Luc ! Changez de marque de café !
Quant à Doux, ils ont probablement oublié que si on vend un produit moins cher que ce qu'il a coûté, si on a eu les yeux plus grand que le ventre en faisant des investissements hors de propos, c'est comme pour Sabena, la faillite vous ouvre les bras à partir du moment où on ne parvient plus à payer ses dettes. M Doux a été au Brésil, persuadé pouvoir y gagner de l'argent, mais s'est tellement endetté qu'il a dû céder Frangosul pour des clopinettes. Quant aux restitutions, il y avait droit, lorsqu'elles étaient de mise, comme tout exportateur de volailles de l'UE. Mais contrairement à ce que vous semblez imaginer, des restitutions ne valent que pour des volailles européennes ...

Sucellos
le 10 Août 2012 11h35

@ MM les censeurs et moralistes
Relever que les mentalités de certains, inféodées et anesthésiées par l'étatisme et la pensée magique, ne sont pas l'expression d'une approche entrepreneuriale est, je le conçois très bien, aller à l'encontre des thèses bienséantes qui imputent les problèmes de certains au déni de justice sociale, à l'ultra-libéralisme, à la loi des marchés, au pouvoir des banques et de l’argent et à la volonté des coopératives et de l'agro-industrie d'asservir les pauvres petits agriculteurs. Regretter que certains n'utilisent le merveilleux outil, vous savez, celui qui fait qui fait que l'on nous distingue des autres animaux, l'intelligence, que pour fuir la réalité plutôt que pour l'affronter en l'analysant, vous appelez cela "condescendance" ou "arrogance" ... C'est plus aisé, lorsque les arguments font défaut, de discréditer ...
Comment appelez-vous le refus de regarder avec modestie comment s’en sortent avec succès d'autres producteurs, le refus d'examiner les outils proposés qui permettent à certains de s'adapter avec succès aux réalités du marché de demain ? Comment appelez vous l'attitude de ceux qui traitent un producteur de "traître à la cause laitière" de "honte de la profession" parce qu'il ne souscrit pas aux vues d'un petit groupe qui veut imposer sa façon de voir à la majorité ? Comment appelez vous l'attitude de certains vis à vis de la communication de résultats de recherches économiques, la confusion permanente et allègrement entretenue entre des faits, des slogans et des opinions ? Sur ces sujets on ne vous entend pas ... Le jour où vos "leçons", qui servent de paravent à l'absence d'arguments, ne seront plus à sens unique, elles deviendront peut-être crédibles.

Sollecus
le 10 Août 2012 12h21

Faites un référendum à la cause laitière et vous allez compter sur vos doigts les traîtres.....
Votre esprit est asservi à la cause industrielle.

LE REALISTE
le 10 Août 2012 12h33

@SUCELLOS
en ce qui me concerne, je ne suis ni censeur ni moraliste
moi, j'au eu comme professeur de macro-économie, le directeur du bureau du plan de l'époque
et c'était le crédo de l'EUROPE qui allait tout résoudre: créartion d'emplois, concurrence donc bénéfice pour les consommateurs, création d'entreprises...
c'est tout le contraire qui s'est passé!!
puis il y a eu la création de grandes banques et la mise sur le marché de produits financiers spéculatifs et boum les banques !
si j'avais placé mes économiques grâce aux conseils de ces banquiers, aujourd'hui, mes économies seraient partie en fumée..
et bien d'autres exemples....
voilà pourquoi il ne faut pas ou plus faire confiance aux outils proposés, aux produits financiers vendus par ces banquiers,aux comptables qui pressent les chiffres en tout sens...
MAIS CHACUN SON AVIS
bon, je mange une tartine et je retourne travailler (rire)

Sucellos
le 10 Août 2012 13h59

Les outils dont il est question ici ne sont pas proposés par des banques, ni par des organismes qui font des projections macro-économiques et émettent des prédiction quant à l'évolution globale de l'économie comme celles que vous citez.
Ce que met en ligne l'Université du Wisconsin (ou d'autres organismes comme l'Institut de l'Elevage), ce sont des outils dont l'ambition se limite à apporter une aide à la décision en matière de gestion d'une exploitation laitière ... pas à prévoir la croissance du PIB de la Corée du Sud ou des Comores.
Mais bon, puisque vous avez décidé qu'il ne valent pas la peine, c'est probablement que, aidé par vos connaissances approfondies en sciences économiques, vous les avez analysé en profondeur, par exemple, l'outil "aide à la décision en termes de fonds de roulement" (The Working Capital (WC) decision support system consists of a suite of tools. It is intended to assist dairy producers in identifying annual cash flow balances for the recent past (1-2 years); project expected incomes and expenses for the coming year and identify cash excesses/shortfalls well in advance of occurrence. Stand alone Excel, AGFA compliant, Balance Sheet and Farm Earnings Statements are also offered). Vos capacités me font espérer une analyse de cet outil. Cela aidera tout le monde et sera une première !
Mais comme vous dites, chacun son avis et le votre est certainement fondé sur des arguments solides. Le problème, c'est que vos arguments adressent autre chose que la gestion d'une entreprise, qu'elle soit agricole ou autre ... Vous ne me convainquez donc pas, excusez-moi. J'attends donc une critique argumentée des outils, pas des considérations générales sur les produits spéculatifs des banques qui n'aident pas à gérer une entreprise.

Benjy
le 10 Août 2012 14h54

@ le réaliste:

t'auras jamais raison, ici tout ceux qui veulent défendre ces opinions sont réduit au silence!!

@ sucellos:

apprend a mettre en place tes outils de gestions en VRAI plutot que sur l'écran de ton ordi, et on en reparle dans qq années !
J'en reste la tu fais de ce site agricole ton défouloir !!

Papy Joseph
le 10 Août 2012 14h59

Comme d'habitude, les références à des outils de gestion ne semblent pas enthousiasmer les grands laitiers de ce site toujours prompts à dénoncer coopératives, agro-industrie, banques et GMS oubliant que l'on ne produit pas pour produire, mais pour répondre aux besoins des consommateurs, dont le prix est pour eux le moteur principal.
Entre confusion macro et micro économique et propos hors sujet habituels du spécialiste des amphigouris, on trouve moralistes sans arguments et exploitant progressiste soûlé par des propos qui semblent le dépasser ... ou d'autres qui préfèrent la navigation à vue plutôt que l'utilisation d'outils modernes.
Le lait a donc un bel avenir ... chez ceux qui ne disent rien mais qui avancent en profitant de ces informations et en positionnant leur coopérative sur les produits d'avenir par des investissements réfléchis.
Conseil à JM Moreau : tenez-vous à votre annonce de ne plus parler de gestion. Cela n'intéresse personne sur ce site. Pleurez sur le prix et vous serez adulé ! Dénoncez le capitalisme débridé et on vous élèvera une statue !
Idem à Sucellos. Si vous voulez, comme papa Daerden, être aimé du peuple agricole plutôt que d'être considéré comme un arrogant condescendant malgré le bon niveau de vos commentaires, ne parlez que de ce qu'ils veulent entendre ! Ne les mettez surtout pas devant leurs responsabilités de gestionnaire, ils détestent cela ! Et évitez de dire que la liberté implique un mécanisme économique très bête, que dans une économie de marché les entreprises n’ont qu’un seul moyen de faire des profits sans virer dans le banditisme pur et dur c'est de satisfaire la demande sur le marché. Et que si elles échouent, la faillite leur tend les bras. Ils veulent une économie dirigée par des fonctionnaires, ils veulent que la puissance publique intervienne, qu’elle régule, qu’elle nous dicte nos conduites, qu’elle nous contraigne, nous sanctionne et fasse de nous de bons citoyens heureux d’obéir à ceux qui se déclarent les garant

Papy Joseph
le 10 Août 2012 15h06

Suite
Ils veulent une économie dirigée par des fonctionnaires, ils veulent que la puissance publique intervienne, qu’elle régule, qu’elle nous dicte nos conduites, qu’elle nous contraigne, nous sanctionne et fasse de nous de bons citoyens heureux d’obéir à ceux qui se déclarent les garants de l'intérêt général. Ne l'oubliez pas.
Et n'oubliez pas non plus que puisque vous n'êtes pas du milieu, que par définition vous n'y connaissez rien, que le seul droit que vous avez c'est de vous taire et de soutenir les inefficacités par vos impôts sans droit d'inventaire.

André l'ami
le 10 Août 2012 15h21

Mon outil principal est psychologique et va de soi avec la motivation . Quand le prix va, tout va, hélas quand le prix de base ne suit pas, quel foutu entreprise... et cela fait déjà depuis quelques années, comme dit le boucher : si tu aimes le cochon, prends mon saucisson....
C'est un argument solide.
Comme dit le laitier : si tu aimes la vache, prends dans la cruche : c'est un argument liquide.............................
Lequel est le meilleur argument ? Si ce n'est pas une question de finances ?

Papy Joseph
le 10 Août 2012 15h49

@ Benjy
Pour rappel, le billet renseigne la publication par l'Université du Wisconsin d'outils d'aide à la décision qui doivent aider les exploitations laitières à rester compétitives ...
Il ne s'agit pas de modèles bancaires ou d'instituts d'analyses macro-économiques qui font des prédictions ou recommandent des produits d'investissement. Ce sont des choses totalement différentes, n'en déplaise à certains. On ne compare pas des choux et des entrecôtes !
Alors, rejeter ces outils parce que l'on considère que les modèles macro-économiques n'on mené qu'à des échecs, excusez-moi, mais ce n'est pas exprimer des idées en rapport avec le sujet. Autre chose aurait été de dire, par exemple, "J'ai examiné ces outils et ils ne sont pas adaptés à notre situation parce qu'ils ne prévoient pas l'introduction de facteurs tels que le coût des droits de production" ...
Si je dis "Manger des pommes est bon pour la santé" et que vous répondez "Vous n'êtes qu'un ignorant, il faut voyager en avion pour arriver rapidement en Espagne", serais-je en droit de dire comme vous "Vous démolissez mes propositions et me réduisez au silence !" ?

LE REALISTE
le 10 Août 2012 16h02

Pas la peine de discuter
essayons de gagner "des sous" et que tous ces économistes à la noix aillent se faire foutre (rire)!!!

JM Moreau
le 10 Août 2012 16h24

@ le carolo
une analyse sur la filière volaille française qui apportera peut-être une réponse à vos interrogations ...
www.lexpress.fr/actualites/1/economie/la-filiere-avicole-a-la-peine_1147789.html 

JM Moreau
le 10 Août 2012 16h43

@ Papy Joseph
Belle analyse et merci du conseil !
Mais je suis certain que ceux qui expriment de tels avis ne représentent pas la majorité des producteurs, seulement une frange qui exprime de la sorte son impuissance et son désarroi alors que le monde change et que les certitudes d'une PAC protectrice disparaissent. Ils semblent avoir de grandes difficultés à s'adapter à l’apparition brutale de la fluctuation du prix des céréales, des oléagineux, de la volatilité de ce qu'ils appellent "la paie du lait" (ce qui exprime bien l'état d'esprit), le "plafonnement" des prix du porc ou de la viande bovine, l’explosion de certains coûts d'alimentation du bétail, la pression environnementale imposée par la société, ... tout cela sonne comme une perte de repères, comme une rupture pour leur métier d’agriculteur. Et comme souvent, la colère emmagasinée provoque des réactions agressives contre ceux qu'ils rendent responsables de cette situation : banques, société dans son ensemble, analystes, multinationales, chercheurs universitaires, même leurs propres coopératives. Tout qui n'est pas "du milieu" n'y comprend rien et est donc rejeté d'office ...
Probablement que des lacunes en formation, comme l'a relevé notre premier Ministre à Libramont (voir le billet), ne sont pas étrangères à ces réactions de rejet de tout ce qui a une connotation analyse, gestion moderne, intégration de perspectives de marché, nécessaires pour passer du stade de "chef d'atelier maîtrisant la technique" qui suffisait dans un système protégé à "gestionnaire d'entreprise".

Européen
le 10 Août 2012 16h52

Il y a ci-dessous un article "chronique d'une faillite" Comme quoi on peut parfois se tromper avec outils de gestion . Mais j'ai déjà souligné le fait avantageux de rubriques spécifiques sur le site.

Le poulet vient d'ailleurs sans trop de contrôles. ...Doux en fait aussi les frais sans pour cela dire que la viande blanche est fraîche quand elle est produite au Brésil sans taxes....car elle vient par transport fluvial et Agri mer connaît leurs capitaines sponsors.

bobine
le 10 Août 2012 17h17

@ JM qui dit "ceux qui expriment de tels avis ne représentent pas la majorité des producteurs, seulement une frange qui exprime de la sorte son impuissance et son désarroi alors que le monde change".
Ah, si vous le dites. On va vous laisser entre-vous alors. Le site de JM et Sucellos qui accréditeront les bons agriculteurs. Les autres pourront s'exprimer évidemment, mais au risque de se faire descendre en flamme à coup de mauvaise foi radioactive (au nom des droit fondamentaux et de la science, môôôsieur...) Bon je crois que je vais passer de plus en plus mon chemin, moi.

JM Moreau
le 10 Août 2012 17h59

Snif (larmes), vos contributions constructives pour aider à affronter ces changements vont nous manquer ... Celles publiées sur ce billet ont d'ailleurs été remarquables et les réponses aux questions posées, notamment sur les OGM, toujours précises et documentées !
Il ne s'agit pas d'accréditer qui que ce soit ... ni de descendre qui que ce soit ... Il s'agit d'un constat après quelques années de dépôt de billets sur ce site : celui qui rejette ce qui a un "relent", non pas de science, mais de concepts d'analyse, de gestion moderne, d'intégration de perspectives de marché en a parfaitement le droit, c'est de sa responsabilité comme gestionnaire. On ne produit pas pour produire, mais pour répondre aux besoins du marché. Cela ne semble pas toujours être intégré. Je n'y peux rien. Ce que j'écris, c'est le plus souvent le fruit de la réflexion, de l'observation, de l'expérience et non une profession de foi.
Ce qui est dommage, c'est que ces rejets, que je peux comprendre (j'en donne une explication partagée par d'autres observateurs avertis) ne sont pas assortis de propositions alternatives, si ce n'est de réclamer la mise en place de systèmes dirigistes, de manipulation des prix ... qui ne collent pas à la réalité telle qu'elle ressort des politiques existantes et prévisibles et, surtout, qui n'ont jamais démontré que leur inefficacité, ne vous déplaise. Si le rappeler c'est pour vous démolir, c'est que vous n'avez pas idée de la réalité du marché. Construire un système sur des utopies n'est pas durable. Cette mise en ligne d'outils de chercheurs en prise avec la réalité de producteurs laitiers confrontés aux mêmes difficultés que nos producteurs, je l'ai faite de manière neutre, sans commentaire de quelque nature que ce soit. Constatez l'évolution des commentaires. Identique à celle qui m'avait poussé à annoncer que je renonçais à poster des billets en relation avec la gestion vu les rejets exprimés par principe, sans analyse. Dialogue de sourds, confusion des concept

JM Moreau
le 10 Août 2012 18h00

Fin de ma phrase
Dialogue de sourds, confusion des concepts, mauvaise foi. Une leçon.

bobine
le 10 Août 2012 18h18

@ JM qui dit: "On ne produit pas pour produire, mais pour répondre aux besoins du marché".
Hé bien non figurez-vous. Vivre de la terre... mais ce serait trop long à vous expliquez et vous détourneriez de toute manière mon propos. On n'a pas les même valeurs.
Concernant mes contributions : je n'ai ni votre ORGUEIL, ni votre égocentrisme, ni surtout la naïveté de croire qu'un forum internet peut faire avancer le schmilblick. Mais c'est mon avis. Je vous laisse à vos besoins existentiels... et je vous plains.

bobine
le 10 Août 2012 18h49

Avant de me faire sniper par le Dieu en personne : c'est encore plus valable pour lui et ses (de plus en plus) nombreux avatars. Pathétique.

JM Moreau
le 10 Août 2012 19h58

L'arrêté du Gouvernement wallon relatif à l’application du prélèvement dans le secteur du lait et des produits laitiers précise en son article 1er qu'un producteur est
"soit l’exploitant agricole, personne physique ou morale, ou groupement de personnes physiques ou de personnes morales ou des deux, qui gère de manière autonome à son profit et pour son compte une exploitation et qui, de ce chef, vend directement du lait ou d’autres produits laitiers ou livre du lait à un acheteur;
soit le groupement de producteurs laitiers: groupement temporaire (de deux à cinq producteurs – AGW du 19 décembre 2008, art. 1er, 1°) tels que définis au point a, qui gère de manière autonome, à son profit et pour son compte, une seule exploitation résultant exclusivement de la mise ensemble (des deux à cinq exploitations – AGW du 19 décembre 2008, art. 1er, 1°) de ses membres, c’est-à-dire, l’ensemble des unités de production que chacun des membres du groupement gérait préalablement à la constitution dudit groupement de producteurs laitiers et qui de ce chef vend directement du lait ou d’autres produits laitiers ou livre du lait à un acheteur
La notion de vente est claire me semble-t-il ...
Si vos valeurs veulent que ne sont considérés comme agriculteurs que ceux qui ne livrent pas au marché, que l'agriculture n'est pas une activité économique, effectivement, vous vivez dans un monde qui n'est pas le monde réel. Je comprends maintenant vos "réflexions" et vos incompréhensions autour de concepts de gestion. Vivre de la Terre pour vous ce n'est pas vivre grâce à la production agricole. L'autarcie a existé ... au Moyen-Age. A l'époque, 95% de la population vivait de la Terre, produisait bio et vivait en moyenne 30 ans.

bobine
le 10 Août 2012 20h01

ahahaha, comme vous disiez : dialogue de sourd... :-p

bobine
le 10 Août 2012 20h15

et pour le détail : je ne suis pas producteur laitier (au sens où vous l'entendez)...

PA25
le 10 Août 2012 21h54

Purée, c'est des romans que vous écrivez....

Vacciné
le 10 Août 2012 21h54

@ aux dieux du site
et la pilule n’existait pas....au moyen âge, il n'y avait pas ce marché de pognon, rien que du troc et la population vivait d'amour et d'eau fraîche . Pourquoi renier ses ancêtres ?
Il faut boire à la source de la vie. La carte d'identité n'existait pas et vous parlez de trente ans . Je vois que vous avez observé l'âge en fonction de la dentition..... on n'est pas des chevaux..........Adieu.. vigo

Benjy
le 10 Août 2012 23h08

Je crois que je vais me tourner plus vers le sillon belge, il me prends moins la tête...(mdr)!

Benjy
le 10 Août 2012 23h27

Pas le temps de faire de long discour, il y a du travail à double... Sur les champs... Pensez ce que vous voulez, j en ai que faire de vos commentaires nous faisant passer pour des ignorants, imbécile assez pour rien comprendre!! J ai pas attendu vos systèmes d analyse de marché pour commencer à investir!!
Messieurs les producteurs de lait, taisez vous et laisser parler les grands! Travaillez sans broncher, ça va pas, mais c est normal, c est le marché...

richard
le 11 Août 2012 12h31

Un peu de gestion (c’est l’art des combinaisons rentables)

Un hectare de maïs aujourd’hui que l’on donne aux vaches chez nous cela peut faire facilement 100 quintaux secs chiffres d’affaires 2000€ pour 4heures de travail/an

Le maximum que vous pouvez tirer en lait sans achat extérieur (concentré, minéraux, véto, bâtiment et j’en passe) 6oool de lait hectare (source ITEB 5OOOl/ha) à 340€ un rêve en ce moment ! 2100€ de chiffres d’affaires à l’hectare pour 30heures/an/vache de galère minimum il faut être fou non ???
He oui nous sommes fous

Sucellos
le 11 Août 2012 14h11

@ JM Moreau
Bobo vous a dit "Vivre de la terre... mais ce serait trop long à vous expliquez". J'ai fait dernièrement un rêve. j'avais bien gagné ma vie comme trader. Je me suis alors demandé "Quel sens tout cela ?". Et mon père est mort, me laissant un bel héritage. J'ai donc remis mon affaire, retiré mes fonds de ma banque traditionnelle devenue trop spéculative à mon goût, pour les placer dans une banque équitable qui ne finance que des projets durables utiles à la planète et acheté une propriété au bord d'un ruisseau, dans cette belle campagne que j'aime de la région de Philippeville. Et là, mes arrières couverts par mes dépôts, la conscience tranquille (mon argent prenait du sens car je contribuais à sauver la planète), ma sécurité sociale assurée par un vague boulot de consultant, une bonne assurance hospitalisation, j'ai pu enfin Vivre de la terre ... Vivre de mon petit lopin cultivé en bio grâce aux conseils d'un fermier voisin (chez qui j'achète ce qui me manque) et occuper mes nombreux loisirs à refaire le monde, ce monde qui va droit dans le mur, à l'imaginer sans ces contraintes de toute nature qui nous forcent à être toujours plus performants pour gagner de moins en moins, ce monde que multinationales, banques et tutti quanti veulent asservir alors que tout serait plus simple si on se contentait de Vivre de sa terre ... Mais vous êtes apparu, avec vos discours assommants, vos rappels constants que nous vivons dans un monde globalisé, que les phénomènes climatiques en Patagonie (où est-ce encore ?) influencent notre lait, que (gestion, marché, analyse financière), que (marché, adaptation car fini les protections), que ... et je me suis réveillé. Vous avez gâché, vilain, ma nuit !

Sucellos
le 11 Août 2012 14h15

@ Benjy
Dans le SB vous retrouverez Moreau, et ses articles sont plus longs !
:-)))

JM Moreau
le 11 Août 2012 20h56

@ Sucellos
Il y a dans la vie des choses plus graves qu'un réveil brutal, même si cela fait s'évaporer de beaux rêves d'un monde idyllique. Je suis certain que vous vous en remettrez !

trayeur pn
le 11 Août 2012 22h22

je vous suggère un rêve : vous êtes un producteur laitier en 08/2012 vous devez vous occupez de votre troupeau, faire la moisson, rentrer la paille pour l'hiver(super chère) et on vient de vous annoncer que les aliments ont augmenté de 20 euros la tonne ce mois ci et votre lait reste à un prix de base de 24 euros, vous essayez en vain de calculer vos coûts de pri-oduction avec vos modèles économiques du wisconsin mais vous tournez en rond et ne trouvez pas de solution malgré tout cela votre pile de factures s'accumule et votre compte en banque est peu garni
vous ne trouvez toujours pas la solution..... il faudrait peut être demander à Benjy ....
Allez ce n' était qu'un cauchemar pour un savant comme vous
Bonne nuit quand même (rires.....)

trayeur pn
le 11 Août 2012 22h28

adressé à sucellos bien sûr

de passage
le 11 Août 2012 22h49

Et si le rêve était que les cultos se serrent les coudes et s'entraident ...

Sucellos
le 11 Août 2012 23h05

@ trayeur pn
Contrairement à vous, je finis par modéliser mon exploitation et je conclus que mes coûts sont trop élevés. Alors, la mort dans l'âme, je profite de ce que certains qui, contrairement à moi, s'en sortent et sont à la recherche de quota car ils préparent 2015, pour leur céder tant qu'il vaut encore quelque chose et du bon prix des laitières pour passer à autre chose ...
Mais c'est dans un rêve ...

Benjy
le 12 Août 2012 00h11

même avis que trayeur pn,

Les autres comme sucellos, ne font que rêver... il rêve que tout est simple et élémentaire...
N'ont pas du gratter pour arriver a garder leur patrimoine, et tape sur un clavier pour donner des leçons...mais n'arriverait sans doute pas à arriver a produire du lait en vrai, on vu un reportage a la télé, et s'imagine que c'est juste un assemblage de boulon... y a qu'a pour faire comme ca!!
Petit vous êtes petit...

Benjy
le 12 Août 2012 00h13

Vous ne faites pas de production de lait, mais vous savez donner LES conseils, je le dis et répète, faite le vous même au lieux de vous défoulez sur agri web !!

justeleblanc
le 12 Août 2012 00h43

@ philippe
Ilest plus facile de prendre des decisions quand on est a la droite de ceux ( ou celle ) qui prennent les décisions! Quand tu as arrête de traire, c'est parce que ton ouvrier est parti? Quand tu as vendu tes vaches alllaitantes, c'est toi qui a influencé les decisions a la FWA pour pouvoir "commercialiser " ces primes la dernière année(2001, je ne sais plus juste). Tu as tous de même gardé 1 vache pour pouvoir faire partie du CA de l'AWE. Aujd'hui après avoir investis avec SL, TU viens nous faire la morale en nous disant comment on doit gerer notre exploitation, tu as un peu facile, va d'abord réaliser les rêve d'............. .Merci tu me saou...
Justeleblanc

PA25
le 12 Août 2012 06h53

@ richard; loué vos terres pour des patates.... 1400
euros l' ha, 1 heure de travaille....

@ de passage; et si les métalurgistes s' entraidaient..... non Mittal à bouffé tout le monde.

tirelipimpon
le 12 Août 2012 08h48

Meme les flamands n'en veulent plus du quota.L'an passé, ils offraient encore 60 euros, aujourdh'ui plus rien.A se demander si ceux qui préparent l'après 2015 ne sont pas des insouciants avec l'apparence d'entrepreneurs avertis. L"avenir nous le dira.

Dans ce monde idyllique, l"éleveur qui trait dix vaches n'a plus le droit de livrer à la laiterie, le producteur de betteraves qui n'a pas 200 tonnes de quota est également exclu.Et c'est pareil pour tous les secteurs.Un monde ou celui qui veut travailler peinard est exclu par le système économique, pas par l'état. Un monde dans lequel celui qui n'a pas grandi et ne s'est pas endetté n'a plus sa place, un monde ou le terme liberté d'entreprendre cache la vérité, l'obligation d'entreprendre, l'interdiction de faire du sur place.
le perroquet simpliste

titeuf
le 12 Août 2012 09h56

même si çà ne nous arrange pas, la politique du tout au marché a des effets souvent négatifs, mais c'est comme çà, nos décideurs le veulent ainsi, alors si votre exploitation n'est plus rentable dans un système pareil, il faut faire autre chose ou s'adapter, vouloir produire sans se soucier des consommateurs, c'est aller droit dans le mur, je sais, c'est pas facile à accepter mais aujourd'hui c'est une réalité . rassurez -vous je suis aussi producteur de lait, mais demain, si je ne suis plus rentable j'arrête il y en a toujours que cela intéressra et tant mieux si il y en a qui croient en un avenir
a Mr Moreau et Sucellos : ce que vous dites est tellement vrai, continuez ainsi ! il n'y que la vérité qui blesse

Sucellos
le 12 Août 2012 16h06

@ Benjy
Continuez à vous défouler sur celui qui n'y connait rien si cela vous soulage ... J'espère pour vous que cela vous aidera à trouver la réponse à vos préoccupations et la solution à vos difficultés. J'aurai au moins fait oeuvre utile !
@ Tirelipimpon
Demandez à Bobine comment faire pour continuer produire sans être tributaire du marché ... il a certainement la solution si je m'en réfère à son credo, à ses certitudes (non orgueilleuse bien entendu) : "@ JM qui dit: "On ne produit pas pour produire, mais pour répondre aux besoins du marché". Hé bien non figurez-vous. Vivre de la terre.."
Personnellement, je reste convaincu, comme M Titeuf, que "vouloir produire sans se soucier des consommateurs, c'est aller droit dans le mur". Mais des consommateurs, il y en a beaucoup, avec des demandes diverses. D'où l'importance de bien les identifier et de se positionner en conséquence. Une filière agro-industrielle, qui dispense de la nécessité de s'occuper de transformer et de commercialiser, n'aura pas les mêmes exigences qu'une filière bio, "terroir", circuit court, AMAP, etc ...
C'est pourquoi je suis d'accord avec JM Moreau quand il attire l'attention sur la nécessité de passer du stade de "chef d'atelier maîtrisant la technique" qui suffisait dans un système protégé à "gestionnaire d'entreprise".

Sucellos
le 12 Août 2012 16h13

Cette nécessité, le premier Ministre, dont je ne partage absolument pas les idées politiques, l'a justement soulignée à Libramont en insistant sur le nécessité de renforcer la formation des jeunes.
Et j'ajouterai, celle des actifs pour les aider à s'intégrer dans ce marché que certains, véritables autruches, rejettent au nom de leurs valeurs ...

Benjy
le 12 Août 2012 16h44

Et pour ce faire, pour plaire aux conssomateurs, il faut mettre a malle les producteurs de lait????
Je dois etre 2 guerres en retard??
Bien sur qu'il faut répondre au marché, mais on ne change pas une "entreprise" comme vous le dites si bien de but en blanc comme ca!! L'historique qui est qq fois des emprunts fait sur plusieurs années, on ne les efface pas 2 ans après pour un virement de situation, ou alors il faut pouvoir amortir tout en 5 ans ou moins !! Je connais aucun éleveurs qui remboursse si vite, sauf le wallon! Pour ca il faut une mini ferme, dans d'autres cas c est impossible!!
Il y a bcp d'exploitation laitières sur le point d'arreter, et on est pas ou bout de nos surprises !!
Pour qui?? Pour quoi?? Pour satisfaire un marché des conssomateurs?? Ou pour une sécurité alimentaire?? Je crois que la sécurité alimentaire elle n'y sera bientôt plus !!! Regardez les céréales???!!! un bug et tout s'emfflame ! Pour ma part on va dans le même mur avec le lait !!

titeuf
le 12 Août 2012 17h03

pas d'accord avec vous benjy, il suffit d'investir en fonction d'un prix de vente du lait pas trop élevé, et si il le faut, reporter son investissement un peu plus tard, la recette à mon avis et la conjoncture actuelle le prouve, c'est de produire du lait avec un maximum de fourrages produits sur la ferme et être indépendant le plus possible du point de vue alimentaire, produire avec des aliments achetés est un non-sens

Sucellos
le 12 Août 2012 17h26

@ Benjy
Vos prédictions apocalyptiques ont toujours été démenties par deux mécanismes très simples qui se mettent naturellement en branle quand une ressource se raréfie et que son prix monte : la hausse des cours incite les producteurs à produire plus ou à développer une alternative et les consommateurs à adapter leur consommation.
En outre, la part des dépenses destinées à l'alimentation est telle chez nous (12 à 15%) qu'il y a de la marge ...

Sucellos
le 12 Août 2012 17h31

@ Benjy
Vos prédictions apocalyptiques ont toujours été démenties par deux mécanismes très simples qui se mettent naturellement en branle quand une ressource se raréfie et que son prix monte : la hausse des cours incite les producteurs à produire plus ou à développer une alternative et les consommateurs à adapter leur consommation.
En outre, la part des dépenses destinées à l'alimentation est telle chez nous (12 à 15%) qu'il y a de la marge ...

Sucellos
le 12 Août 2012 18h30

En Australie aussi on recommande aux fermiers de se tailler une stratégie de marketing ...
theland.farmonline.com.au/news/nationalrural/grains-and-cropping/general/farmers-need-to-tailor-marketing-strategy/2618205.aspx 
Mais bien sûr, cela ne nous concerne pas ! Ici, on va demander à l'Etat comment il faut produire et à quel prix ... Car nul n’ignore que l’État, non seulement peut tout, mais aussi qu’il sait tout : présomption fatale oblige ...

Benjy
le 12 Août 2012 23h59

@titeuf,
Je fais exactement ce que tu dis, mais les emprunts ne se déboursent pas pour acheter des matières premières, mais bien pour construire une infrastructure ou du matériel . T inquiète je suis autonome en fourrage!
Et je fais pas des emprunts pour faire des reports et j investi pas pour faire du lait à 40 € toute l année non plus.

Benjy
le 13 Août 2012 00h04

@ sucellos,

Croyez bien que produire à si bas prix frôle de l inacceptable!

richard
le 13 Août 2012 11h28

bizarre mes chiffres ne vous font pas réagir ?????????????????

Un peu de gestion (c’est l’art des combinaisons rentables)

Un hectare de maïs aujourd’hui que l’on donne aux vaches chez nous cela peut faire facilement 100 quintaux secs chiffres d’affaires 2000€ pour 4heures de travail/an

Le maximum que vous pouvez tirer en lait sans achat extérieur (concentré, minéraux, véto, bâtiment et j’en passe) 6oool de lait hectare (source ITEB 5OOOl/ha) à 340€ un rêve en ce moment ! 2100€ de chiffres d’affaires à l’hectare pour 30heures/an/vache de galère minimum il faut être fou non ???
He oui nous sommes fous
j'en rajoute un peu 30 h de travail à 15€ cotisations comprises =450€ les 2100€ =2550€ hé m.....de on perd de l'argent tout les jours
comme mon père disait "en agriculture on est payé pas chère de l'heure mais comme on peut faire beaucoup d'heure cela ne pose pas de problème

richard
le 13 Août 2012 15h27
Envoyer
Fermer

Elevage et agriculture de précision pour répondre aux enjeux écologiques

par Benoît GEORGES, le 22 Mai 2022 19h09

[Vidéo] A l\'occasion des 150 ans du Centre wallon de Recherches agronomiques/CRAW, RTBF Info a réalisé un reportage qui met en exergue la \"PRECISION\" pour l’économie, l’écologie et le rendemen

Opportunités de développement de l\'abattage à la #ferme en Wallonie

par Benoît GEORGES, le 22 Mai 2022 18h13

Du 1er mai 2021 au 31 janvier 2022, l’Université de Liège a été mandatée par la Région Wallonne pour la réalisation d’une étude sur les opportunités de développement de l’abattage à l

Montzen: un distributeur automatique de viande

par Benoît GEORGES, le 19 Mai 2022 19h29

[Vidéo] \"Du pain, des fruits ou encore des pizzas, disponibles 24h sur 24 et 7 jours sur 7 via un distributeur automatique. Le concept n’est pas neuf mais il tend à se développer dans notre régi

Sommes-nous au service de la société ?

par Jeune agri , le 17 Mai 2022 19h20

Dans un système normal, les services entourant la production sont au service de celle-ci et doivent se démener pour y arriver. Dans notre système actuel, la production doit se mettre au service de

Reneg\'eat a remporté le 2ème PRIX du YEP Challenge 2022

par Benoît GEORGES, le 14 Mai 2022 02h39

Reneg\'eat, un projet YEP des étudiants de la Haute Ecole Charlemagne, HECh Isia de Huy, a remporté le 2ème PRIX du LJE-YEP Challenge 2022 et le Groupe One Ecolabel Award. Romain Tittelbach, Maelle

Herbe sur pied

par Ouvaton, le 04 Mai 2022 09h40

Bonjour à tous, alors que la saison pédale déjà par manque d\'eau et de chaleur. Les terres ne se réchauffent pas. Je viens de trouver du foin à acheter sur pied à 20€ la boule. J\'ai de l\'e

Les plus commentés

    29 commentaires
  1. Engrais
  2. 9 commentaires
  3. Surchargé travail
  4. 6 commentaires
  5. Les circuits courts : une filière encore rentable?

Les plus aimé

    30 j'aimes
  1. par Jacques Martin : Perso je fais appel à l'entreprise. S'équiper coûte trop pour une ferme d'élevage de taille moyenn...
  2. 18 j'aimes
  3. par Phil.0: Ha les gaillards, toutes les excuses sont bonnes pour nous fourrer leurs foutues haies. ; ) ; )
  4. 15 j'aimes
  5. par Stechou : Et 25 hectares de sûr, qui ne souffriront plus de la sécheresse a Villers le bouillet, pour commen...