Secteur laitier : réflexions

par JM Moreau, le 01 Juin 2012 16h38
Secteur laitier : réflexions

Deux billets récents ont fait part de regroupements dans le secteur laitier, dans lesquels des coopératives sont à la manœuvre : fusions Arla-Foods – MilkLink – MUH faisant suite aux précédentes et aux investissements en Angleterre et coentreprise Fonterra aux Pays-Bas avec une entreprise privée.
Aux Pays-Bas, A-ware entend fabriquer lui-même ses fromages une fois le système de contingentement de la production arrivé à son terme, ce qui élargira la concurrence pour les achats de lait avec l'autre géant, FrieslandCampina. Fonterra de son côté, élargit ses sources d'approvisionnement en lactoserum et se positionne dans le marché unique pour ses ingrédients issus du lactoserum, véritable source de développement pour l'avenir selon les experts du secteur.
Il faut aussi citer Lactalis qui, après son achat de l'italien Parmalat (fortement présent à l'international), a obtenu en ce début mai le feu vert de la ...

herbagère
le 02 Juin 2012 12h56

Bonjour Monsieur Moreau,

Hé oui ! Je constate comme vous mais ne partage pas le même enthousiasme …
Tous ces regroupements augurent à mon avis deux ou trois choses :
1) Les entreprise se regroupe pour assurez leur avenir en terme de volume de matière à transformer car même si moins de producteurs n’est pas toujours égale à moins de lait, plu de producteur égale plu de lait. En 2009 j’ai eu l’occasion de rencontrer Fischer Boel et je lui avais dit que donner 5 % de plus à produire à toute l’Europe était l’arrêt de mort des producteurs laitiers. Elle me répondit que c’était pour atterrir en douceur vers la fin des quotas ! Mais j’avais compris alors que la Wallonie risquait de disparaître de la carte des bassins producteurs de lait. La stratégie des laiteries aujourd’hui est de se positionner pour être là ou le lait sera produit, afin d’assurer le fonctionnement de leurs outils au lieu de protéger leurs fournisseurs (Politesse bien ordonnée commence par soit même n’est ce pas !)
2) Il me semblait qu’il y avait de la marge en termes de production mondial toujours selon Fischer Boel ! Pourquoi les transformateurs se regroupent-ils pour faire de la recherche sur des nouveaux débouchés. Vous vous contredisez également en fustigeant les laiteries qui se contentent soit disant de beurre-poudre. Les laiteries qui font des fromages ne gagneraient-elles plus assez ? Allons-allons soyez franc et avouez qu’il y a simplement trop de matière sur le marché ! Une petite remarque : Coferme et Walhorne sont associés à un grand groupe qui valorise soit disant du fromage et de la crème et où est la différence de prix ?
3) Le risque de ces grands groupes est clairement la non possibilité du contrôle sur le juste retour de la plus value obtenue par la transformation. Aujourd’hui la vente du lait tétra pack ne tient pas compte le la valeur du produit de départ car les grandes surfaces font pression sur le prix. Quand va-t-on légiférer cette pratique scandaleuse ? Pourquoi ne pas impose

JM Moreau
le 02 Juin 2012 17h02

Bonjour M Herbagère,
Merci pour votre commentaire.
Une première observation : je me contente de rapporter des faits et je tente de les analyser. Si vous pensez que je suis enthousiaste face à cette évolution, c'est votre perception ...
Je constate que certaines coopératives estiment qu'il est de leur intérêt à long terme d'avoir une certaine taille pour pouvoir assurer une croissance des revenus de leurs membres. Une coopérative est, normalement, un modèle démocratique de gestion et je suppose qu'il s'agit de décisions de la majorité qualifiée selon les statuts, donc une décision de producteurs laitiers comme vous qui voient leur avenir ainsi. L'avenir nous dira si leur pari a été le bon ...
Pour suivre ces évolutions, les perspectives d'avenir, les difficultés de relations avec les grands groupes de la distribution, je pense que la stratégie d'Arla est cohérente : une taille suffisante permet non seulement des économies d'échelle et une recherche efficace, mais aussi de mieux se positionner pour discuter avec la distribution. C'est en réalité adopter leur modèle de centrales d'achats.
Quant à Fonterra, cette coopérative veut être présente sur les principaux marchés, lesquels ne se limitent pas au lait Tétra Pack ni à la poudre maigre. Les perspectives de croissance à moyen terme (j'en ai parlé dans divers billets) résident dans les ingrédients issus du lactosérum. L'espace manque ici pour développer ces marchés. Un rappel : 10 L de lait = 1 kg de fromage 9 L de lactosérum ou 600 g de poudre de lactosérum. Composition : lactose, protéines et matières minérales.
Le lactosérum, a longtemps été considéré comme un sous-produit de la fabrication du fromage que l'on mettait parfois à l’égout. Ce n'est plus le cas aujourd'hui où l'on a mis au point les techniques d'extraction des composants et développé toute une gamme d'applications en raison de leurs propriétés (solubilité, gélification, émulsification, foisonnement etc ...) : correction protéique des laits infantiles,

JM Moreau
le 02 Juin 2012 17h16

A ces utilisations alimentaires (leur avantage est principalement de ne pas dénaturer les goûts des préparations) s'ajoutent de nombreuses applications pour la cosmétologie en raison des propriétés des protéines (principes actifs hydratants, substitution aux tensio-actifs de synthèse dans l'élaboration des shampoings, lutte contre le vieillissement cutané de certaines d'entre elles, ...).
Il ne suffit pas de vendre du lait Tétra Pack ou en poches et de fabriquer du fromage affiné à la bière : il y a aussi l'échelle qui permet de financer un service de recherches indispensable et la valorisation du lactosérum ... C'est ce que visent les fusions que j'ai rapportées, et ce dans le contexte de l'après quota.
Quant à légiférer pour imposer des prix, ce n'est certainement pas une solution. N'oubliez pas que nous vivons dans un marché unique ... La solution réside plutôt dans un autre rapport entre les acteurs de la chaîne visant un partage de la valeur ajoutée plus équilibré.

JM Moreau
le 02 Juin 2012 17h29

Le commentaire de 17H02 a été amputé ...
... correction protéique des laits infantiles, substitution des protéines de l'oeuf (en raison de ses propriétés fonctionnelles uniques, qui imitent les fonctions des protéines d'oeuf), utilisation pour influencer la texture de nombreux produits de boulangerie, utilisation dans la préparation de pain de viande et pâtes de viande (propriétés liantes), utilisation dans les saucisses pour réduire les pertes de graisse à la cuisson, utilisation des propriétés de gélification dans la préparation de soupes et divers desserts (par exemple, rendre un yogourt maigre aussi onctueux qu'un yogourt entier). Une des protéines les plus populaires est la lactoferrine, utilisée dans de nombreux compléments alimentaires.
On le voit, les applications agro-alimentaires sont vastes : produits diététiques, aliments fonctionnels, crèmes glacées, confiseries aérées, panification, viennoiserie / biscuiterie, produits laitiers, yaourts, soupes et sauces.

JM Moreau
le 02 Juin 2012 18h49

En relisant votre commentaire M Herbagère, je relève une erreur. Vous dites "Vous vous contredisez également en fustigeant les laiteries qui se contentent soit disant de beurre-poudre."
Je ne fustige personne. Les choix stratégiques de LDA/Solarec, un exemple que vous connaissez bien je pense, relèvent de son Conseil. Qui suis-je pour me permettre de le fustiger ou même de le critiquer ? Non, c'est une chose que je ne fais pas. Je constate seulement que la valorisation du lait permise par le couple beurre-poudre, qui lié aux contraintes des cours mondiaux, est largement inférieure aujourd'hui à la valorisation fromage-beurre-lactoserum (mon billet du 21 mai) et je dis à ceux qui se plaignent du prix qu'il ne doivent pas attendre des miracles si leur acheteur est actif sur ce marché. Ni plus, ni moins.
Maintenant, si Walhorn et Coferme s'alignent sur ce prix selon vous, c'est de la responsabilité de leur Conseil et c'est à eux à fournir des explications. Pas à moi.
Je donne à chacun des lecteurs de ce site la possibilité de comparer le prix qu'il reçoit par rapport [1] à la moyenne belge et [2] au prix moyen des autres EM. A chaque laiterie la responsabilité d'expliquer la manière dont le prix payé est calculé et la différence éventuelle.

JM Moreau
le 02 Juin 2012 18h49

Je répète : les groupes cités investissent dans la recherche et dans le développement de produits à haute valeur ajoutée qui sont susceptibles de leur assurer un développement et par là, les coopérateurs propriétaires veulent assurer leur avenir et d'autres veulent s'y associer. Je pense personnellement qu'ils le font non pas en examinant une boule de cristal ou du marc de café mais en s'appuyant sur des analyses fiables. Et pour y arriver, il est nécessaire d'atteindre une taille critique. J'ai rapporté d'autres exemples de coopératives qui ont cette vision, notamment en France.

Jean Pierre
le 04 Juin 2012 10h05

Gardons les pieds sur terre: à l'échelle européenne, 9 Mio T fromage x 0,6 = 5,4 Mio T de poudre de lactosérum (potentiellement). Quand tout le monde se sera précipité sur ce marché, il donnera exactement la même valorisation que les produits basiques. Ce n'est qu'une question de temps.

marcel
le 04 Juin 2012 13h17

En effet, trop is te veel. Combien de % de quota avons-nous reçu depuis quelques années pour "l'atterrissage en douceur"? 2015: crash total!!! Avez-vous encore des arguments pour défendre ça?

JM Moreau
le 04 Juin 2012 17h59

Adressez vos questions au Conseil d'Arla et de Fonterra : c'est leur stratégie.
Et pour comprendre, intéressez vous aux analyses du secteur.
Réfléchissez aussi à l'usage de ces ingrédients et au marché visé.
N'oubliez pas non plus que la Chine, c'est 1,3 milliards d'habitants et que si la moitié évolue vers la classe moyenne, c'est 30% de plus que la population de l'UE. Sans parler de l'Asie du Sud-Est, j'y ai déjà fait allusion à plusieurs reprises ...

007
le 04 Juin 2012 19h59

Les chinois ne boivent que du petit lait.... et les matières grasses vont dans les poches des stratèges....

Benjy
le 05 Juin 2012 01h05

Encore faut il savoir encore être debout pour quand ces 30% arriveront sur le marché

Benjy
le 05 Juin 2012 01h05

Encore faut il savoir encore être debout pour quand ces 30% arriveront sur le marché

Cricri
le 05 Juin 2012 08h35

@ JM Moreau

Vous pouvez nous raconter tout ce que vous voulez. Cela fait des années qu'on nous promet une augmentation de la consommation, entre autre dans ces pays d'Asie. Mais force est de constater que jusqu'à présent l'augmentation de production n'a jamais su être absorbée. Arla et Fonterra se lancent sur cette voie-là alors que, tout le monde le sait, les agriculteurs danois sont surendettés. Allez comprendre. Je ne suis pas sûr que ce sont encore des vrais agriculteurs qui dirigent la boutique. D'autre part les groupes privés comme Danone auraient tendance a limiter les quantités...

Je vous suggère pour affiner votre analyse de lire le livre d'André Plimlin intitulé "Europe laitière, valoriser tous les territoires pour construire l'avenir". J'ai eu l'occasion de rencontrer et d'écouter cet homme qui a voyagé dans toute l'europe et le monde d'ailleurs et a pu discuter avec les agriculteurs sur le terrain. Il présente une analyse très intéressante basée sur la réalité des fermes. Ce que certains veulent ignorer...

JM Moreau
le 05 Juin 2012 09h19

@ cricri
Permettez-moi tout d'abord de vous faire remarquer que je ne vends rien à personne. Je me contente d'essayer de vous faire part de ce qui se passe sur les marchés. Des producteurs laitiers comme vous, des hommes et des femmes qui vivent de leur lait, sont regroupés en coopératives partout dans le monde où l'économie fonctionne selon les règles non socialistes. Certains adoptent une stratégie visant à pérenniser leur activité et, selon leur analyse, à augmenter leurs revenus. Ils tablent sur le développement de produits à haute valeur ajoutée en s'appuyant sur une recherche qu'ils financent eux-même. Ils visent ainsi le marché de la population vieillissante de nos contrées et l'évolution des modes de consommation qui demande des aliments fonctionnels, à propriétés particulières, parfois appelés "alicaments", produits pour lesquels les protéines laitières sont un débouché. Ils visent aussi le marché en croissance de la Chine, car tout le monde sait que ce pays n'a pas les ressources en terres pour assurer la production de lait que la population en croissance consommera.
Mais vous savez que tout n'est pas linéaire : c'est le propre de l'agriculture ... quand les prix sont bons, tout le monde augmente sa production ... et si le climat est bon, on a ce que l'on connait. La Chine, si vous suivez l'actualité, connait aussi une période de ralentissement, tout comme notre Union. Il faut apprendre à vivre avec cela. C'est aussi le message.

JM Moreau
le 05 Juin 2012 10h16

@ Jean-Pierre
9 mio de tonnes de fromage
C'est à peine plus que la production actuelle européenne.
Quel problème voyez-vous ?

Jean Pierre
le 05 Juin 2012 19h58

@ JM Moreau

Je vois que ça pourrait faire 5,4 Mio T de poudre de lactosérum. Pour un marché de quelle dimension pour l'instant ?

Et est-ce que ça ne fait pas le quintuple de la production européenne actuelle de poudre de lait écrémé ?

Le problème que je vois, c'est qu'il n'y a pas un marché pour toute cette quantité.

Cricri
le 06 Juin 2012 08h24

C'est bien ça, vous ne faites que des "copier-coller" de toutes sortes d'articles et rapports rédigés pas très souvent par des agriculteurs. Mon grand-père disait toujours: "Dans le journal on écrit ce qu'on veut...". André Pfimlin, à l'inverse, a pris la peine d'aller à la rencontre des agriculteurs dans leur quotidien.

JM Moreau
le 06 Juin 2012 09h39

@ cricri
Je pense que vous ne m'avez pas compris : pour qu'une idée, un concept, une politique puisse se concrétiser, elle nécessite une majorité politique. M Pfimlin traduit ce que ressentent quelques paysans, pas tous cependant car vous pouvez constater comme moi que certains sont heureux dans l'intensification à outrance, ne recherchent que l'agrandissement, etc ...
Et vous n'avez pas de majorité pour que cela soit la règle applicable à tous.
C'est un constat. Vous le regrettez. Personnellement je suis d'avis qu'il faut laisser à chacun la responsabilité de ses choix et que moins les autorités imposent de contraintes, mieux on se porte.

cricri
le 06 Juin 2012 12h39

@JM Moreau

Mais vous ne rencontrez pas les agriculteurs!

JM Moreau
le 06 Juin 2012 20h12

Qu'est-ce que vous en savez ? Vous me surveillez ?
Combien de fermiers en Europe ?
Quelle est la représentativité de ce que vous voulez ? 1% ? 5% ? 10%? Plus ? Quelles preuves de cette représentativité ?
Vous semblez aussi oublier que vous produisez pour un marché, dans un système de concurrence.
Si vous voulez imposer un autre système qui vous plait mieux, commencez par convaincre qui de droit avec autre chose que des slogans creux.

Sucellos
le 06 Juin 2012 20h30

@ JM Moreau
Certains s'imaginent être les seuls à détenir la vérité et oublient qu'ils produisent dans une économie mondialisée. Selon eux, seuls les agriculteurs y connaissent quelque chose ... Si pas, passez votre chemin, taisez vous, contentez vous de payer ...
A voir les réactions, ils imaginent encore que le lait se vend seulement en bouteilles, un peu de beurre et de la maquée. Les recherches pour valoriser autrement ? du bidon ... Que des évènements qui arrivent à l'autre bout du monde ont un effet ici, ce sont des inventions et puis, "YA QU'A" l'interdire et tout ira bien.
Triste !

Benjy
le 07 Juin 2012 01h47

Cher ami au lieu de discuter d économie mondialisée, essayer un peu d y travailler dans une ferme, mais surtout d en détenir les Rennes!! Vos dialogues changeront croyez moi...
Dans notre cas Ya Qu a crever en ferment sa g....le
Des investissements à long terme avec un prix qui baisse à cour terme!! Adaptez vous les gueus de p tit paysans, mais ces mêmes paysans deviennent de moins en moins nombreux!! Bizarre serais se devenu un métier à part??? Nous sommes les marginaux des temps moderne!! On travail double quand le soleil est présent quand le peuple prend son bain de soleil... Ça me dérange pas, mais que l on me paie de mon travail,de ma sueur, de mes privations!
Vous vous permettez de nous donner des conseils sans être lproducteur, c est une chose, mais surtout éleveur.
Je ne fais pas d analyse de marché et dire que si le marché n est pas bon c est du à des gens comme vous!!

JM Moreau
le 07 Juin 2012 09h59

@ Benjy
Sans vouloir vous faire la leçon, je suis dubitatif quant à la façon dont vous conduisez votre exploitation : "Je ne fais pas d analyse de marché" dites vous. Lorsque l'on produit quelque chose à l'échelle que vous annoncez, que ce soit du lait ou des ordinateurs, des vélos ou des céréales, des costumes ou de la viande, je pense que la première chose à connaître c'est de savoir si on a la possibilité de vendre ce que l'on produit plus cher que ce que cela a coûté. Donc de faire une analyse de marché et de l'appuyer avec une analyse de sensibilité aux coûts et aux prix.
Peut-être que si vous pratiquiez de la sorte, même avec un élevage de rennes comme vous le suggérez, vous changeriez d'optique par rapport aux commentaires déposés.
Le marché, il existe, il est comme il est et il ne se décrète pas car ce sont des hommes qui le composent. Si vos coûts d'alimentation augmentent, c'est parce qu'ailleurs dans le monde, d'autres que vous veulent aussi acheter le soja, le maïs, etc ... dont votre fabricant d'aliments a besoin, paarce que les coûts de l'énergie augmentent ... Si les prix baissent, c'est pour de nombreuses raisons que depuis plusieurs semaines je répète dans mes billets. Et je ne vous mets pas en cause : même sans tenir les rênes d'une exploitation, je sais que vous n'en n'êtes pas responsable. Je sais aussi que d'autres exploitations peuvent supporter cette situation. Je constate aussi que d'autres producteurs qui se sont associés en coopérative, ont une perception du marché différente de la votre ... et s'engagent résolument dans des investissements visant de nouveaux ... marchés.

Benjy
le 08 Juin 2012 00h08

J en avais à sucellos. Je ne veux pas être désagréable dans mes commentaires, mais vous pouvez faire les analyses à l avance, quand vous avez plusieurs années médiocre qui se succède et que les charges sont la il est plus difficile d àvoir le sourir. Comment pouvez vous prévoir un marche, des prix des denrées même 5 ans après avoir commencé à investir?? Sinon dites moi le résultat des 5 prochaines années????

JM Moreau
le 08 Juin 2012 07h07

@ Benjy
Je suis d'accord avec vous lorsque vous dites "quand vous avez plusieurs années médiocres qui se succèdent et que les charges sont là il est plus difficile d'avoir le sourire".
C'est justement le but des analyses de sensibilité : essayer de voir ce qu'il se passe lorsque les coûts et les prix varient. Mais on est souvent optimiste ...
Et je suis aussi d'accord avec vous : cela ne sert probablement à rien de courir derrière d'autres investissements et d'encore augmenter les charges.
Mais je suis persuadé que vous tireriez un grand profit en partageant votre expérience avec vos collègues de l'EDF ...

Envoyer
Fermer

\"Qui veut la peau des vaches ?\" - Nouveau livre de Claude Aubert

par Terre vivante, le 30 Novembre 2022 10h30

Les vaches ont mauvaise réputation : elles éructent du méthane, leurs viande et lait seraient mauvais pour la santé, elles ne sont plus rentables après quelques années… Et si le problème vena

Rappel : Expiration des phytolicences

par Benoît GEORGES, le 20 Novembre 2022 11h04

Pensez à renouveler vos phytolicences avant le 24 novembre en vous inscrivant à des formations continues. Sans celle-ci, vous ne pouvez ni acheter, ni stocker, ni vendre, ni utiliser, ni conseiller

SPW

par Frank, le 18 Novembre 2022 11h16

J\'ai payé la taxe sur les eaux usées au mois d\'août et , surprise... ce matin ladite taxe est déjà de retour à payer pour le 14 janvier 2023 !!!! ça devient carrément du harcèlement là. Ils

L\'application Fumier - Pour gérer l\'enregistrement du stockage des engrais de ferme

par LEON, le 09 Novembre 2022 14h12

Aujourd\'hui je vous parle de l\'application FUMIER. Très pratique si vous stockez vos fumier au champs car vous devez alors enregistrer cela dans un cahier. Avec LEON, enregistrez vos tas simplement.

Douceur record en octobre: tout bénéfice pour nos agriculteurs

par Benoît GEORGES, le 05 Novembre 2022 00h23

Un reportage de VEDIA avec Vincent Schyns de Bilstain : \"Il n’y a plus de saison. Avec des températures qui dépassent de 10 degrés les normales saisonnières, ce mois d’octobre pourrait être l

Marcel JEANPIERRE était sourcier, radiesthésiste et guérisseur reconnu ... en plus d’être doté de bon sens et d’humour.

par Benoît GEORGES, le 04 Novembre 2022 12h10

C\'est dans le village d’Aisomont, sur les hauteurs de Trois-Ponts, que Marcel Jeanpierre avec son épouse, Minnie Thonon, exploite une ferme. Très jeune, Marcel Jeanpierre développe des dons de so

Les plus commentés

    20 commentaires
  1. Quel avenir
  2. 14 commentaires
  3. SPW
  4. 8 commentaires
  5. Location panneaux coffrage

Les plus aimé

    25 j'aimes
  1. par Pipo : Quand j etais petit avec 1 L de lait tu pouvais t acheter un Mars maintenant c est 3 L de lait pour ...
  2. 19 j'aimes
  3. par Laitier.: Même à 65 cents....y aura plus de repreneur...traire 365 jours par ans, plus personne ne veux fair...
  4. 19 j'aimes
  5. par Phil.0: C'est bien joli de laisser monter les prix par des spéculateurs mais quand nos enfants devront payer...