Enchères GDT : nouvelle baisse des prix des produits laitiers offerts

par JM Moreau, le 12 Mars 2012 18h17
Enchères GDT : nouvelle baisse des prix des produits laitiers offerts

Les enchères Fonterra de la semaine passée ont vu les prix conclus à nouveau en baisse, mais nettement moindre que lors de la séance du 15/02 (mon commentaire du 20/02 au sujet d'un billet de Bécassine) qui avait vu l'index pondéré chuter de 3%. La baisse de cette séance du 6 mars a été de 0,9%.
Le butteroil (MGLA) s'est redressé de 3,7% après sa dégringolade de 10,5% de la fois précédente. La poudre grasse a diminué de 0,3% à 3.409 USD tandis que la poudre maigre se tassait encore de 1,9 % à 3.194 USD après sa baisse de 2,6% le 15 février.Le cheddar a atteint son plus bas depuis décembre dernier à 3.497 USD soit une nouvelle baisse de 1,3%.
145 acheteurs ont participé aux enchères et 112 ont emporté l'un ou l'autre lot, soit une nouvelle diminution du nombre de participants.
A noter que les cotations hollandaises du Dutch Dairy Board sont également en baisse : le beurre a perdu 70 euros à 3.100 euros/t, la ...

Propète
le 13 Mars 2012 12h13

Ce qui veut dire que le prix du lait, chez nous, va encore baisser vu les stocks importants et ces enchères mondiales . L'index est donc dans les bottes ... pour nos revenus
Avez -vous des solutions, Mr Moreau à la désindexation ? Si vous êtes producteurs de lait en laiterie uniquement ? Questions précises demandent réponses concises . Merci

JM Moreau
le 13 Mars 2012 15h15

Que voulez vous dire par "désindexation" ?

Propète
le 13 Mars 2012 15h59

désindexation : action de découpler une valeur d'une variable temporelle à laquelle elle était liée.
Le prix du lait depuis des années n'est pas lié aux coûts de productions.
C'est l'offre importante sur le marché qui fait varier la valeur vers le bas. Et on ne prend pas en considération les moyens financiers importants engagés pour arriver à le produire .
Le lait était lié au besoin des consommateurs et également les produits en valeur ajoutée.
Maintenant on parle "des produits laitiers" mais qu'ont-ils encore comme origine et lait de base ? Les laits sont essorés et renfloués... ou manipulés.
Pourquoi faut-il encore produire plus ? Pour un prix encore moindre ? C'est cela la désindexation du prix .

JM Moreau
le 13 Mars 2012 16h51

A problème complexe pas de réponse simpliste. Il fut une époque, bien avant l'instauration des quotas laitiers, où le prix du lait résultait d'une négociation politique, qui prenait en compte, notamment les coûts de production. Le but était d'encourager la production et les résultats ont dépassé les attentes : souvenez vous des montagnes de beurre et de poudre écrémée qu'il fallait liquider en les bradant à coups de restitutions sur le marché mondial. Vint les quotas, supposés régler le problème, mais ± 10% de la production devait toujours faire l'objet de mesures de soutien, fort complexes et coûteuses, pour "aider" leur écoulement. En 1992, premières réformes qui ne concernèrent pas le lait. L'agenda 2000 et sa "mid term review" mirent fin à cette exception laitière. Principe de cette réforme : pour répondre aux règles commerciales internationales, les parties à l'accord GATT devenu OMC, se sont engagées à délier les aides de la production et ce fut donc le découplage et l'instauration des DPU, indépendants des quantités et de la nature de la production. L'aide directe laitière destinée à compenser la diminution des prix d'intervention beurre-poudre qui permettaient d'assurer un certain prix au lait, a été intégrée dans vos DPU. L'objectif est clairement défini : permettre aux fermiers de répondre aux signaux des marchés. Et une chose est certaine, les options EMB, style Canada, ne sont pas à l'ordre du jour.
Mon opinion personnelle, c'est qu'il est très difficile, voire impossible de répondre aux signaux des marchés si le prix auquel votre client laiterie/transformateur vous l'achète ne vous est pas connu à l'avance. Si demain, on vous annonce que votre production des mois d'avril, mai et juin sera payée (base) à 28 cts, il vous est loisible, connaissant les coûts de vos aliments et autres, d'essayer d'ajuster votre production pour ne pas perdre vos culottes. Si vous ne savez rien, vous naviguez dans le brouillard total.

propète
le 13 Mars 2012 17h35

Merci de votre réponse, mais avant, le problème des stocks étaient gérés par l'état membre.
J'aurais donc cette conclusion que plus c'est grand ..et mieux se porte le poisson . Le poisson est le marché et il faut le réglementer mais tout est profit en eau trouble ....
Et c'est pas le petit brouillard du matin qui va éclairer le prix de vente . Mon poisson rouge en bocal me dit : conserve -moi dans le local car en avril, fais la malle avec la laiterie et les quelques 25 euros, moi qui suis déjà en culottes courtes...........DPU compris...

JM Moreau
le 13 Mars 2012 18h22

Correction : les stocks publics issus de l'intervention sont gérés par la Commission. C'est elle qui accepte ou pas les quantités à acheter ou vendre sur base des offres des opérateurs. Les organismes des EM agissent pour compte de la Commission et ne gèrent pas les stocks.

propète
le 15 Mars 2012 16h20

Encore une fois les personnes inconnues de cette commission qui nous dirige, ne sont pas recrutées par le suffrage universel . Ce sont des polyglottes qui ont été choisis par les politicards des EM et pas pour leurs compétences dans le système déterminé .
Ils sont donc coke en stock et nous sommes tintin à nouveau ....

JM Moreau
le 15 Mars 2012 18h55

Je vous ferai aimablement remarquer que les institutions européennes sont établies par les traités ratifiés par les 27 parlements des EM. Les Commissaires qui constituent la Commission, organe collégial (c'est à dire que les décisions dans les compétences qui sont celles que les traités ont dévolues à la Commission sont le fait de l'ensemble des Commissaires), sont désignés par les gouvernements, désignation approuvée par le Parlement européen dont les membres sont élus au suffrage universel. Les politicards comme vous le dites de façon élégante, sont eux élus aussi ... Mais n'a-t-on pas les politiciens que l'on mérite ?

tirelipimpon
le 15 Mars 2012 22h25

aux dernières élections, la NVA était le premier parti de Belgique. Qui est au pouvoir, pas la NVA. Alors la Démocratie !!!

JM Moreau
le 16 Mars 2012 21h01

Si je ne m'abuse, ce parti a refusé les discussions ...

Envoyer
Fermer

Main d\'œuvre agricole en Wallonie : Solutions et perspectives

par Elise Burlet, le 01 Mars 2024 10h20

Vous êtes producteur en Wallonie ? Vous faites face à des problèmes réguliers ou occasionnels, de main d’œuvre ? Quelles sont les mesures pour faciliter l’emploi dans le secteur agricole ? Ve

L\'hypocrisie des élites européennes

par tirelipimpon, le 23 Février 2024 06h54

Coup de poignard dans le dos des agriculteurs l\'Union européenne a donné son feu vert au renouvellement pour une année supplémentaire de la suspension des droits de douane et des quotas sur les e

Ça ne pouvait pas mieux tombé !

par Oeil, le 22 Février 2024 14h22

Comme je n\'ai que les médias et réseaux pour m\'instruire et pas la version des syndicats, il y a comme une impression de beau travail avant les élections. La FJA semble seule aux manettes (ce qu\'o

Les promesses creuses de Colruyt et Delhaize : Une escroquerie à l\'égard des éleveurs BBB

par FBAW, le 14 Février 2024 10h39

Dans le paysage alimentaire belge, Colruyt et Delhaize ont récemment fait des annonces sensationnelles, promettant une augmentation des prix des carcasses de bovins pour mieux rémunérer les éleveu

L\'industrie ne mise plus sur les éleveurs...

par Eclaireur, le 09 Février 2024 12h49

Interpellant.. grave crise de renouvellement, diminution structurelles de la production en France, suicides, manifestations portée par les jeunes, bref cri d\'alarme sur la pérennité de la filière

Quel avenir pour nos filières agricoles ? On en parle le 19 février lors de l\'AG du Collège des Producteurs à Libramont

par Collège des producteurs, le 09 Février 2024 11h28

Fatigués de faire les frais de la guerre des prix bas ? Envie d’un système 100 % prix juste dans lequel on ne produit pas à perte ? Rendez vous à Libramont ce 19 février à 19h à l’Assembl

Les plus commentés

    82 commentaires
  1. Le JT de RTB et son agriculteur sprimontois heureux
  2. 30 commentaires
  3. Paiements eco
  4. 24 commentaires
  5. Prime

Les plus aimé

    42 j'aimes
  1. par pinpin: lewallon Quand on a écouté le troll 5 minutes, tout cerveau normalement constitué a vite compris...
  2. 41 j'aimes
  3. par Do: Encore un illuminé... Et sachant la détresse du monde agricole, la rtbf n aurait pas du diffuser ...
  4. 40 j'aimes
  5. par Grrrr: @charlie, Tu es à côté. Le temps où les pays de l'est prenait le matériel d'occasion ici est rév...