Production laitière durable

par JM Moreau, le 03 Février 2012 11h49
http://www.filierelait.be/pdf/86-Duralait_fascicule_2012.pdf

La durabilité, proposée comme principe fondamental pour apporter une réponse pertinente aux problèmes posés par le développement au niveau global, est un de ces concepts faisant l'objet de nombreux débats, notamment en agriculture. Le principe est basé sur 3 piliers :économique, sociétal, environnemental (l'économique est souvent oublié par les "sauveurs de la planète") et toute analyse au niveau d'une exploitation agricole implique d'intégrer les dimensions biologiques, physiques, ainsi que les aspects socio-économiques des systèmes de production.
Assurer un revenu correct aux agriculteurs, assurer la pérennité de l'exploitation (foncier, reprise de l'exploitation...), mettre sur le marché des produits à un prix et à un niveau de qualité acceptables pour le consommateur, répondre aux demandes des industries de transformation, préserver la qualité de l'environnement, mettre en œuvre des systèmes de production...

tirelipimpon
le 05 Février 2012 21h23

Mr Moreau, vous croyez dans la recherche, l'innovation, la technologie. D'autres soupconnent les éleveurs de ne pas vouloir s"adapter au nouveau monde qui se présente à nous, de ne pas gérer en entrepreneur, de maitriser ses couts,.. En fait chacun choisit plus ou moins sa facon de travailler et d'avancer.Mais je constate que ce ne sont pas les plus productifs, les plus automatisés(exploitationsde 100 vaches, 800 000 litres, 90 hectares) qui dégagent le plus de revenu, au contraire, ces exploitations fortement automatisées perdent 2,8 euros par 100 litres. A l'opposé, les exploitations qui ont peu investi (47 vaches, 400 000 l et 47 hectares) dégagent un revenu de 15 euros par 100 litres.
Quel système est le plus durable? 1000 exploitations qui travaillent à perte, qui auront besoin encore plus de subsides et 1000 couples au chomage ou 2000 exploitations deux fois plus petites mais qui gagnent correctement leur vie?

JM Moreau
le 06 Février 2012 09h34

@ tirelipimpon
Vous rejoignez ce que je dis depuis toujours et qui me vaut souvent des volées de bois vert : chacun doit choisir sa façon de travailler.
J'y ajoute : si les choix, faits en toute liberté, se sont avérés aventureux car non pertinents face au marché, ce n'est pas à la collectivité d'en supporter les conséquences.
Chacun doit bien connaître ses capacités, son environnement, les caractéristiques physiques, chimiques et biologiques des terres de son exploitation et, surtout, les contraintes du marché auquel il entend répondre. Et il n'y a pas de réponse unique en la matière.
Le commentaire de notre efferves100 en réponse à Papy Joseph (voir plus bas) montre qu'il est possible de répondre sans agressivité, qu'il n'est nul besoin de dénigrer ceux qui sont d'un avis contraire. Si j'attire régulièrement l'attention sur le fait qu'être bon technicien ne suffit plus, qu'il faut conduire une exploitation en "entrepreneur", cela ne signifie pas que je considère l'ensemble des producteurs comme des attardés d'un autre siècle. Mais combien d'investissements sont faits sans analyses sérieuse, sans tests de sensibilité aux prix ou aux coût des intrants, sans analyse du marché visé, simplement pour "faire moderne" ou en mettre plein la vue du voisin (entendu personnellement sur le champ de foire de Libramont autour d'un tracteur dernier cri) ?
Pour revenir à votre question finale (structures de production), je regrette que nous ne développions pas plus chez nous de systèmes associatifs. Richard Blanc, le nouveau président de l’Apli (que l'on ne peut pas soupçonner de défendre l'agriculture industrielle) est associé en GAEC dans le département du Nord sur une exploitation de 327ha, dont 170 en culture, maïs, blé, le reste en herbe avec un quota de près de 2 millions de litres faisant vivre cinq familles. Il y a donc d'autres solutions que le modèle classique belge auquel vous vous référez ... mais la législation sur les sociétés est fédérale tandis que l'agriculture es

JM Moreau
le 06 Février 2012 12h10

Pour poursuivre la réflexion, deux éléments.
- Nous sommes face à une hausse cyclique des matières premières (céréales, aliments, fuel…) et une baisse ou une stagnation des prix (lait, porc, bovins, ... Quand seul le prix de vente varie, chaque agriculteur subit la même variation de revenu. Quand les charges flambent, les systèmes "les plus voraces" en intrants divisent, par 2 ou 3, la valeur ajoutée dégagée par l’exploitation ... Cette baisse est telle que la situation financière se dégrade très vite, et devient de moins en moins redressable sur les années qui suivent.
Les systèmes de demain seront donc les plus autonomes en intrants, ce qui implique un suivi rigoureux de quelques critères de base tels IC et coût alimentaire en porc, grammes de concentré/litre de lait, GMQ en viande bovine …
- L’agrandissement pour augmenter la productivité de la main d’œuvre dans le contexte de crise actuel est souvent mis en avant. Mais dans l’environnement économique que nous connaissons, la première question à se poser est : "mon projet  permet-il de maintenir, voire d’améliorer la valeur ajoutée par 1.000 litres, par 100 kg de porc, de bœuf ?" Si la réponse est "non", il vaut mieux y regarder à deux fois avant de se lancer ! La base d’un système laitier, bovin, ou porcin devrait être le parcellaire agricole. À partir de ce parcellaire, il faut vérifier si le projet rend l’exploitation plus autonome ? S’il permet d’améliorer le coût alimentaire, d’organiser le temps de travail, de limiter le besoin en puissance et en carburant ? Si cette logique n’est pas respectée, le résultat économique n’est pas au rendez-vous et donc vous ne pouvez être "durable"

Envoyer
Fermer

Opportunités de développement de l\'abattage à la #ferme en Wallonie

par Benoît GEORGES, le 22 Mai 2022 18h13

Du 1er mai 2021 au 31 janvier 2022, l’Université de Liège a été mandatée par la Région Wallonne pour la réalisation d’une étude sur les opportunités de développement de l’abattage à l

Rejoignez le réseau de fermes en agroécologie !

par Benoît GEORGES, le 21 Mai 2022 21h34

Agroécologie : rejoignez le réseaux ! forms.office.com/r/BWC2F4FpiX  Vous êtes agriculteur.trice et vous souhaitez mettre ou mettez déjà en place des pratiques agroécologiques dans votre ex

[Vidéo] Des cultures plus résistantes au manque d\'eau,...

par Benoît GEORGES, le 17 Mai 2022 23h04

À Gembloux, RTL Info s\'est rendu sur une plateforme d\'expérimentation consacrée à la culture du blé dur. C\'est ici que Guillaume Jacquemin, ce sélectionneur de céréales au Centre wallon de Rec

[Vidéo] Des cultures plus résistantes au manque d\'eau,...

par Benoît GEORGES, le 17 Mai 2022 22h57

À Gembloux, RTL Info s\'est rendu sur une plateforme d\'expérimentation consacrée à la culture du blé dur. C\'est ici que Guillaume Jacquemin, ce sélectionneur de céréales au Centre wallon de Rec

Reneg\'eat a remporté le 2ème PRIX du YEP Challenge 2022

par Benoît GEORGES, le 14 Mai 2022 02h39

Reneg\'eat, un projet YEP des étudiants de la Haute Ecole Charlemagne, HECh Isia de Huy, a remporté le 2ème PRIX du LJE-YEP Challenge 2022 et le Groupe One Ecolabel Award. Romain Tittelbach, Maelle

De la crasse

par Stechou , le 27 Avril 2022 08h40

J\'ai le levier de clignotants qui déconne, il fait tout le temps des appel de phare, rien de grave, je demande à la concession pour un nouveau levier !! Le prix htva 483 € ????? Pour un morceau d

Les plus commentés

    29 commentaires
  1. Engrais
  2. 9 commentaires
  3. Surchargé travail
  4. 6 commentaires
  5. Les circuits courts : une filière encore rentable?

Les plus aimé

    31 j'aimes
  1. par Jacques Martin : Perso je fais appel à l'entreprise. S'équiper coûte trop pour une ferme d'élevage de taille moyenn...
  2. 18 j'aimes
  3. par Phil.0: Ha les gaillards, toutes les excuses sont bonnes pour nous fourrer leurs foutues haies. ; ) ; )
  4. 15 j'aimes
  5. par Stechou : Et 25 hectares de sûr, qui ne souffriront plus de la sécheresse a Villers le bouillet, pour commen...