Quelle agriculture ?

par JM Moreau, le 01 Février 2012 17h38

Un constat amer : en ce début du 21ème siècle, un milliard d’individus, en majorité des paysans et leur famille, souffrent de dénutrition. Un impératif, même si certains commentateurs trouvent cela "bidon" : dans un avenir proche, il faudra accroître la productivité pour subvenir aux besoins des 9 milliards d’habitants qui se presseront sur notre planète Terre avec des attentes en termes de consommation qui ne correspondent pas à ce que nous connaissons aujourd'hui, notamment en viandes et produits laitiers. Avec ces épineuses questions : comment y parvenir ? Comment va t on produire des aliments en quantité suffisante ? En respectant les écosystèmes ? Et en les distribuant de manière équitable entre tous ?
Ce qui est quasi certain, c'est qu'il va falloir multiplier par deux ou trois la production agricole, accroître les rendements massivement, ce qui ne sera pas simple si les terres entrent en compétition av...

par le carolo
le 02 Février 2012 09h43

Comment aider le monde A se nourrir ; tu peut produire assez de nourritures de qualité si devant toi pour client tu a que des faucher tu a travailler pour rien, la souveraineté alimentaire commence dans ton potager, les engrais tu va les trouvé dans ta fosse septique et dans ton petit élevage et gratuitement, et si tu a beaucoup de vaches, de porc, de volaille, ou de mouton vendre tes produit au consommateurs directement lait viande, et vu ta proximité et bien forcément tu sera compétitif, la viande se sera le sous produit du lait, mais ce modèle qui tourne depuis la nuit des temps est attaqué sans cesse par les mondialiste la grande distribution les coopérative car quand les paysans tourne en autarcie les grands de ce monde se retrouve comme des sumo manger pour grossir pour sortir l’autre du cercles et être glorieux la gloire ne nourri pas les familles.

Européen
le 02 Février 2012 10h01

Il faudra certainement créer beaucoup d'emplois dans la croissance agricole future et comment y parvenir ? Si les agriculteurs qui sont en placent ne vivent plus de leur métier, car tout est devenu trop cher par rapport à leur production de base.
Je ne comprends pas " se préparer à la nouvelle donne qui s'annonce"
Une autre manne céleste va tomber du ciel pour des revenus corrects et équitables pour les jeunes entrepreneurs de demain ? Je ne crois à la trinité de B, de W, et D'O..;....

Sucellos
le 02 Février 2012 11h50

@ Européen
Triste pour vous si vous n'avez pas encore compris que le monde change, que la société évolue, que la PAC qui nous attend après 2013 ne sera plus la même et que les modèles de consommation seront différents ...
Et ce n'est pas avec des slogans et des imprécations vis à vis de l'Europe que vous réussirez à vivre de votre métier !

Européen
le 02 Février 2012 12h22

@ Sucellos
Pour vous rafraîchir la mémoire....
youtu.be/3J3TIORKPPs 
Qu'est-ce qui va changer ? Pour les producteurs ?
Oui la société industrielle évolue vers l'emballage et l'invendable ..... gaspillage alors que des gens mourront de faims..... La pac des Eurocrates .................

Sucellos
le 02 Février 2012 14h36

OK, j'ai compris : ce sont les ennemis de la démocratie, les Le Pen, Cheminade et autres LaRouche qui vous inspirent. C'est encore plus triste.

Européen
le 02 Février 2012 14h57

'Bonjour Tristesse' . C'est un roman de Françoise Sagan que je vous invite à lire.
Quand à vos suggestions constructives en faveur des emplois à venir et à maintenir, vous restez muets .... et sourds ... pour dynamiser le secteur primaire. Du Beethoven, c'est du passé....

Sucellos
le 02 Février 2012 16h41

Je comprends que les théories de l’extrême droite auxquelles vous vous abreuvez ne peuvent que vous conduire au désespoir.

Sucellos
le 02 Février 2012 16h50

Pour les amateurs du complot ultime des vilains capitalistes : www.youtube.com/watch?v=YEiGmt1QFfY 

FRV100
le 02 Février 2012 23h09

@benoit
tiens, qu'est ce qu'il y a de constructif dans vos pleurnicheries, encore une fois vous traitez les autres de raciste, mais seul, vous vous connaissez les réponses, vous vous référez tjrs a Cheminades etc mais je vois que vous les connaissez bien, regarde tt toi d dd dans llle mmi mi miroir, tu veras une POUTRELLE!

Papy Joseph
le 05 Février 2012 15h32

@ Moreau
Notre monde agricole ne semble pas conscient des bouleversements qui l'attendent : nécessité de devoir affronter les "lois du marché", avec toutes les conséquences de la concurrence que cela suppose, volatilité de ces marchés, réduction des filets de sécurité, dictature des environnementalistes, transformations plus radicales encore des structures de production avec une possible irruption généralisée des capitaux financiers, modèle technique susceptible de répondre aux enjeux nouveaux, contradiction fondamentale entre nécessité de répondre à une demande fortement croissante en produits agricoles et celle de ménager le capital naturel.
Ce qui est interpellant pour un observateur extérieur, c'est de constater que les principaux concernés, lorsqu'ils sont interpellés pour donner leur vision face à ces contradictions et évolutions, semblent prendre l’attitude de l'autruche, préférant demander une politique de repli (M le carolo), en complète contradiction avec l'évolution de la société. Vos questions au sujet des structures de production, des systèmes techniques de production, des innovations(tant sociales que techniques), des politiques qui devraient les prendre en charge (de quelles façons ? En réalisant quels compromis ? Et avec quelles conséquences ?) semblent considérées comme totalement étrangères à leurs préoccupations.
Les attitudes de ceux qui, comme Européen et FRV100, voient dans les thèses populistes de l’extrême droite la réponse aux difficultés actuelles, traduit leur incapacité à s'adapter et leur propension à rejeter sur les autres la responsabilité de leurs propres incuries. Et comme ils sont incapables de développer quelque argument que ce soit, ils se sont spécialisés dans la vulgarité en dénigrant les commentateurs au lieu d'analyser et contredire leurs arguments. D'autres ont déjà cité Shopenhauer : un rappel ne fait pas de tort. "Si l’on s’aperçoit que l’adversaire est supérieur et que l’on ne va pas gagner, il faut tenir des propos désob

JM Moreau
le 05 Février 2012 19h28

@ Papy
L'élévation du niveau de vie, l'amélioration générale des conditions d'existence et des rapports sociaux, semble s'être perverties en un syndrome d'assistanat généralisé, de dépendance accrue, bref, en une anesthésie qui s'est renforcée à mesure que les transferts publics générés par la PAC augmentaient en ampleur.
Chacun attend dès lors que l'Etat lui apporte la solution toute faite ...
Le réveil risque d'être difficile ...

par le carolo
le 05 Février 2012 20h18

Le marcher; ou la jungle,ou encore la foire d’empoigne,ou le monde de 4 central d'achat qui domine toute l'Europe, si vraiment vous leurs faite confiance et bien votre niveau de vie va en être altéré alors le replis sur sois même ou compter rien que sur sois même, pour vendre sa production au consommateurs, mais ancêtres se bousculais au porte des ville depuis très très longtemps ... et les enjeux des multinationales c'est de faire des profit pas des heureux.

FRV100
le 05 Février 2012 21h02

OU avez vous lu que j'avais des thèses de l'extrême droite?Sans connaître les gens il est facile de "juger". Je suis loin d'être extrémiste, mais face a des personnes ( que je ne connait pas)qui ont des attitudes extrëme, j'ai des attitudes plus extremes!Je ne suis evidemment pas contre l'Evolution, j'y participe!jesuis loin de l'image du fermier "d'antan", j'ai du matériel récent et moderne, et pour faire plaisir au wallon, moi aussi, j'ai touché le mois passé plus de 40 € pour mon lait, et ce n'est que normal, vu les coüts de productions. Quand aux décisions européennes, nous pouvons essayer de les influencé!, rien n'est acquis, et les condition du marché, cela fait belle lurette que l'on en paye les conséquences dans un sens comme dans l'autre. Parce qu'il n'est pas donner a chacun d'acheter ses engrais 6 mois a l'avance ni de vendre ses céréales sur le matif 11mois avant la récolte!!Tous le monde ne cultive pas suffisamment d'ha que pour vendre des lots!financièrement, ce n'est pas la joie tous les jours, on n'est pas a l'abris d'une ou l'autre maladie dans un cheptel! Vous êtes la a me critiquer, mais que connaissez vous réellement, si vous venez chez moi, j'ai tjrs le sourir, je ne vous parlerez pas des 2 vaches qui sont creuvée, l'une de para. et l'autre après avoir avortée, je passerai également sur le lot que j'ai vendu a 300€/pièce parce quelles avaient aussi la para, on peu parler aussi des rendement en céréales de 2010, qui ont été lamentable (chez moi)parce que je n'habite pas la hesbaye liegeoise ni même a gbx. Mais cela fait plus de 20 ans que j'avance, avec ma famille et je reste optimiste, je reste motivé, Je ne suis pas contre tous les ogm, mais il faut rester prudent, l'industrie n'a souvent qu'une pensée, le profis, n'en déplaise a moreaux, le nombre d'exemple est grand.La taille des exploitation, on n' a pas tjrs le choix, on ne s'agrandis pas comme on veux, tous le monde n'a pas les même opportunité, et on peux continué comme ça longtemps,à

JM Morea
le 06 Février 2012 10h19

@ le carolo
Si vendre directement aux consommateurs vous assure des revenus suffisants, c'est que vous êtes compétitif, sans quoi ils iront voir ailleurs !
Je vous ferai remarquer que notre production agricole wallonne excède la demande locale (sauf en viande de porc, de volailles et de légumes). Par conséquent, votre solution n'est pas en mesure d'assurer à l'ensemble des producteurs des débouchés pour leur production.
Voyez l'histoire : la croissance de la demande en produits laitiers a permis fin du 19ème l'augmentation de la production. Au début, ce sont des marchands qui collectent lait et beurre dans les fermes et organisent leur expédition vers les villes. Et c'est face à l’insuffisance de recettes et les marges prises par les marchands au désavantage des éleveurs producteurs que sont nées, un peu partout en Europe, les premières laiteries coopératives.

Point barre
le 07 Février 2012 17h47

Vous avez enfin compris, Mr Moreau, que travailler pour l'export ne nourrit pas le producteur artisan agricole..... et si les producteurs ne sont pas rentables, ils sont non durables ... merci de votre compréhension vis à vis des saveurs ... le reste est du vol au vent industriel...

JM Moreau
le 08 Février 2012 10h07

@ Point barre
Je pense que vous n'avez pas compris : je n'ai jamais ni dit ni écrit que "travailler pour l'export ne nourrit pas le producteur artisan agricole".
J'ai rappelé, une fois de plus
- que chacun doit bien connaître ses capacités, son environnement, les caractéristiques physiques, chimiques et biologiques des terres de son exploitation et, surtout, les contraintes du marché auquel il entend répondre. Et il n'y a pas de réponse unique en la matière.
- si les choix, faits en toute liberté, se sont avérés aventureux car non pertinents face au marché, ce n'est pas à la collectivité d'en supporter les conséquences.
Il est évident que si vous visez le marché export en confiant la mise sur le marché de vos produits à un tiers et que vos coûts de production sont au mieux égaux au prix que ce tiers est en mesure de vous payer que vous ne serez pas rentable et donc non durable puisque le volet économique de votre exploitation ne sera pas satisfaisant.
Dans ce cas, soit vous revoyez votre façon de produire, soit vous cherchez d'autres clients, soit vous cessez votre business.
Revoyez mes commentaires du 06/02 en réponse à M tirelipimpon (billet Production laitière durable).

Point barre
le 09 Février 2012 17h00

Non, qui peut dire dans son activité agricole qu'il gagne bien sa vie ? Ce n'est pas avec les industriels qui vous pompent que vous pouvez envisagez de continuer à motiver un fils qui a une motivation, s'il en existe encore ?
En tant que "indépendant", sans aide ETAT, retournez alors au chômage, et vivez de vos rentes ... et de votre patrimoine d'antan... rien ne va dans cette perspective malgré vos billets périmés.

Recycler vous SVP

JM Moreau
le 09 Février 2012 19h30

Le 13 janvier, je postais un lien vers un rapport des services d'études de la Vlaamse Gemeenschap. Vous auriez intérêt à consulter ce rapport ...
lv.vlaanderen.be/nlapps/data/docattachments/Overzicht  ...
Il montre clairement qu'une très grande variation dans les revenus du travail existe entre les différentes exploitations d'un même secteur : les uns gagnent honorablement leur vie, les autres perdent leurs culottes et je sais, d'expérience, que c'est pareil en Région wallonne et ailleurs en Europe. Ne généralisez donc pas votre cas à l'ensemble de la profession ...
Chacun doit bien connaître ses capacités, son environnement, les caractéristiques physiques, chimiques et biologiques des terres de son exploitation et, surtout, les contraintes du marché auquel il entend répondre. Et il faut se fonder sur une comptabilité efficace.
La volatilité des prix agricoles s'accroît depuis trois campagnes maintenant et tout laisse à penser que cette variabilité devient le régime de croisière des futures années. Et les observateurs constatent, sur base des analyses des comptabilités, que cette évolution majeure conduit à une augmentation très importante des écarts de performances entre les exploitations, quelles que soient les productions concernées. En d'autres mots, l'écart entre le quartile (les 25%) le plus performant et le quartile le moins performant s'accroît. Ajoutons-y la suppression des outils de régulation, comme les quotas ou l’intervention, les exploitants vont devoir prendre en compte la gestion du risque commercial, enjeu essentiel pour la pérennité des exploitations.
Relisez mes commentaires du 06/02 en réponse à M tirelipimpon (billet Production laitière durable) : si vous estimez qu'ils sont périmés, j'attends de votre part des pistes pour l'avenir, plutôt que réciter des incantations anti marché qui ne servent à rien.

Envoyer
Fermer

Sommes-nous au service de la société ?

par Jeune agri , le 17 Mai 2022 19h20

Dans un système normal, les services entourant la production sont au service de celle-ci et doivent se démener pour y arriver. Dans notre système actuel, la production doit se mettre au service de

Les méteils et le stockage des céréales à la ferme

par PNPE, le 17 Mai 2022 16h08

Il existe plusieurs méteils ! C’est l’occasion d\'en découvrir quelques-uns sur le terrain et de parler modes de récolte et valorisations. Le Moulin Mobile nous présentera des structures peu on

Reneg\'eat a remporté le 2ème PRIX du YEP Challenge 2022

par Benoît GEORGES, le 14 Mai 2022 02h39

Reneg\'eat, un projet YEP des étudiants de la Haute Ecole Charlemagne, HECh Isia de Huy, a remporté le 2ème PRIX du LJE-YEP Challenge 2022 et le Groupe One Ecolabel Award. Romain Tittelbach, Maelle

Le lait wallon se distingue par sa qualité constante (Le Sillon Belge)

par Benoît GEORGES, le 04 Mai 2022 17h35

\"Le Comité du Lait a publié, voici quelques jours, le rapport de ses activités conduites en 2021. Parmi les nombreuses informations qu’il recèle, on y lit que les éleveurs laitiers ont fait un

Evolution de la consommation d’engrais minéraux en France

par Benoît GEORGES, le 02 Mai 2022 01h51

Des baisses importantes! Apports de N = - 30 % en 30 ans Apports de P divisés par 4 en 40 ans Apports de K divisés par 3 en 40 ans Une évolution qui va dans la bonne direction alors poursuivons dan

De la crasse

par Stechou , le 27 Avril 2022 08h40

J\'ai le levier de clignotants qui déconne, il fait tout le temps des appel de phare, rien de grave, je demande à la concession pour un nouveau levier !! Le prix htva 483 € ????? Pour un morceau d

Les plus commentés

    29 commentaires
  1. Engrais
  2. 7 commentaires
  3. Surchargé travail
  4. 6 commentaires
  5. Les circuits courts : une filière encore rentable?

Les plus aimé

    18 j'aimes
  1. par Phil.0: Ha les gaillards, toutes les excuses sont bonnes pour nous fourrer leurs foutues haies. ; ) ; )
  2. 18 j'aimes
  3. par Jacques Martin : Perso je fais appel à l'entreprise. S'équiper coûte trop pour une ferme d'élevage de taille moyenn...
  4. 15 j'aimes
  5. par Stechou : Et 25 hectares de sûr, qui ne souffriront plus de la sécheresse a Villers le bouillet, pour commen...