Coopératives en action

par JM Moreau, le 24 Novembre 2011 16h17

Afin de rencontrer la demande croissante de l'industrie alimentaire en ingrédients laitiers (mon billet du 23/11), les coopératives laitières DMK (Deutsches Milchkontor) et Arla Foods ont créé une joint-venture à 50/50 pour la fabrication de dérivés laitiers à base de lactosérum. L’entreprise s’appellera ArNoCo GmbH & Co KG et l’investissement global représente 44 Mio EUR. 35 Mio EUR seront employés à la construction d’une nouvelle unité de transformation de lactosérum à Nordhackstedt (site fromage de DMK) et 9 Mio EUR seront investis à Nr. Vium (site Arla « Denmark Protein ») dans la modernisation de tours de séchage afin d'augmenter la capacité de production d'alpha-lactalbumin et de caseinoglycomacropeptide (CGMP), produits offrant des bénéfices nutritionnels avérés et donc recherchés par l'industrie alimentaire.
ArNoCo, qui doit fonctionner à partir de décembre 2012, achètera annuellement à...

Le Pompier
le 24 Novembre 2011 18h31

Donne-t-on encore à la base des coopératives le droit de s'exprimer ? Je veux dire aux fondateurs indépendants qui ont créés la croissance................
Voir le commentaire de 007 concernant l'office du lait à Avranches.

Monsieur Moreau : vous reléguez à chaque fois les producteurs au dernier rang de ce qu'ils ont créés.... c'est vraiment intolérable de tenir avec les cravateurs... bleus qui prennent les producteurs comme des primates... ....
Bientôt l'agriculture aux mains des industriels et le petit fermier qui prend tous les risques sanitaires, de Ls, .... aux salaires minima pour un risque et une allocation dérisoire comme en Hollande avec Rabobank ... . êtes -vous Monsieur Moreau coopérateur quel que part ???

JM Moreau
le 25 Novembre 2011 10h13

@ Le Pompier
Posez la question aux coopérateurs de DMK et de ARLA. Je ne peux m'exprimer en leur nom.
Toutefois, je suppose qu'ils ont validé les décisions d'investissements qui se traduisent dans des prix moyens plus élevés que ceux que l'on paye en Belgique.
C'est en effet l'assemblée générale qui a le pouvoir de décision et qui est seule à même de déléguer à ses instances de gestion ou de reprendre ces délégations si elle n'est pas satisfaite du résultat. Si les coopérateurs ne réagissent pas dans le cadre légal, qui est en faute ?
Enfin, vos commentaires désobligeants montrent que vous n'avez rien compris : reconnaître que ceux de vos collègues laitiers, danois, allemands, suédois, néo-zélandais, américains, français, ... qui investissent pour répondre à des demandes très fortes des marchés en produits à haute valeur ajoutée, ne me semble pas "reléguer les producteurs au dernier rang de ce qu'ils ont créé", que du contraire, puisque ces producteurs sont mieux rémunérés pour leur production que vous !
Le monde a changé : auparavant, pour réussir, il suffisait d’être un bon chef d’atelier alors qu'aujourd'hui, il est nécessaire d’être également un décideur, c’est à dire un chef d’entreprise, un véritable entrepreneur : la confrontation au marché et la volatilité des prix obligent en effet les exploitants à anticiper, notamment
en élaborant des scénarios pour choisir les meilleures opportunités. Certains coopérateurs semblent l'avoir compris avant d'autres !
D'autres, par contre, troquent leur pouvoir de décision au profit d'une forme de salariat déguisé et se contentent d'une apparence de statut indépendant, qui se limite à une certaine liberté de gestion de leur temps.

Le pompier
le 25 Novembre 2011 17h37

@ Moreau
Je vous comprends mieux quand vous n'êtes qu'un acteur inactif qui touche un petit dividende de la société coopérative bancaire... que votre action ou réaction reste alors envers les profiteurs du système coopératif indécent de certaines entreprises qui avalent aussi les syndicats.....
Non, ce ne sont pas des commentaires désobligeants de non compréhension, mais le feu a déjà brûlé des personnalités danoises..., alors le dumping continue de plus bel pour écraser les petits au profit des multinationales européennes qui tuent l'agriculture familiale indépendante ... malgré une formule coopérative qui n'a plus que le nom ......................

007
le 27 Novembre 2011 10h49
tirelipimpon
le 27 Novembre 2011 21h15

salariat déguisé avec apparence d'i!ndépendant avec liberté de gérer mon temps : Mr Moreau, nous sommes payés au résultat, quantité et qualité. Qui dit indépendant, dit prendre et supporter des risques, or selon vous certains laitiers ne sont qu'une apparence d'indépendant.
Ce week end, j'ai perdu une de mes meilleures vaches, j'ai passé beaucoup de temps pour essayer de la sauver. Serait payé en tant que salarié pour mes heures passées ou devrai-je subir cette perte en tant qu'indépendant "réel"
Quand à la liberté de gérer mon temps, puis je me permettre de traire mon troupeau une fois par jour, le samedi et le dimanche?j'en doute! Le salarié du labo de battice va vite me rappeler à l'ordre avec un fax mauvais taux cellulaire.Meme le week end, on n'a pas droit au travail minimum ou au double salaire. Salarié ou indépendant ?

JM Moreau
le 28 Novembre 2011 09h56

@ tirlipimpon
Relisez les deux derniers paragraphes de mon commentaire : je ne fais aucune personnalisation, à chacun de se positionner par rapport aux conditions du marché : cela n'a rien à voir avec la façon dont chacun conduit son exploitation comme indépendant.
J'ai écrit "troquer son pouvoir de décision", c'est à dire subir sans utiliser les possibilités offertes par la législation, les statuts pour peser sur la politique de la coopérative dont on est membre ...
C'est autre chose que de d'être "un bon chef d'atelier", excusez-moi.

JM Moreau
le 28 Novembre 2011 10h11

Au toujours perspicace agent secret 007,
Ne serait-ce pas plutôt l'inverse : ce sont les adhérents qui se déconnectent de leur coopérative en n'utilisant pas les instruments dont ils disposent ?
La fameuse "course à la taille" n'est-elle pas nécessaire pour que les adhérents puissent lutter à armes égales avec la concurrence ?
En général, c'est l'AG des coopérateurs qui a le dernier mot. Un vieil adage dit "Qui ne dit mot, consent". Je pense que M le Wallon ne me contredira pas !
Si vous êtes resté silencieux face à une décision ou à une parole, vous donnez implicitement votre accord. Par la suite, vous seriez malvenu de nier ou critiquer cette adhésion implicite !
@ tirlepimpon,
Précision : je ne doute pas que vous êtes un excellent "chef d'atelier" et que vous maîtrisez la technique sans compter votre temps.

Benjy
le 28 Novembre 2011 11h52

Les agriculteurs ne s'invesstise pas assez dans leurs coopératives! Ils croyent entrer et se faire servir par "les autres" qui s'y implique eux!!! Quand on leurs demandent leur avis, soit ils ne savent pas, ou n'ont pas d'avis, et puis s'interroge lorsqu'il y a vraiment ou soit une crise ou une position a défendre que la pièce tombe! mais dès que la crise est finie, l'agriculteur retombe dans son cotidien sans de nouveau s'informer de sa coopérative! je sais pas si je me suis bien fait comprendre! Je suis da,s des coopératives d'agriculteurs bien plus petites que la laiteries, et il y a ceux qui tire les autres et ceux qui se laisse tirer... en générale il reste un noyau d'actif, les autres profitent...
La preuve de ce que j'avance, quand la crise laitière était à son appogée, il n'y a jamais eu autant de producteur à l'assemblée générale qu'a l'époque! Si chacun veut être coopérateur, qu'il s'y applique un peu et ca ira d'autant mieux par la suite!!!

Sucellos
le 28 Novembre 2011 17h29

Je ne peux que souscrire au message de M Benjy !
Contrairement à l'opinion méprisante exprimée à mon sujet par M le carolo (billet précédent), je suis convaincu que les coopératives agricoles jouent un rôle important et méritent d'être encouragées : elles soutiennent les petits producteurs, hommes ou femmes et les groupes marginalisés en créant des emplois ruraux durables. Qu'elles soient de petite taille ou qu'elles brassent des millions de dollars au plan mondial, les coopératives opèrent dans tous les secteurs de l'économie, comptent plus de 800 millions de membres de par le monde et fournissent 100 millions d'emplois, soit 20% de plus que les multinationales. Par exemple, au Brésil, en 2009, les coopératives ont contribué à hauteur de 37,2% du PIB agricole et à 5,4% du PIB total. Elles ont gagné, grâce aux exportations, 3,6 milliards de dollars la même année. Que ce soit ici ou ailleurs, notamment dans les pays en développement, les coopératives offrent des perspectives que les petits agriculteurs ne seraient pas en mesure d'entrevoir individuellement. La loi du nombre aidant, les petits agriculteurs peuvent négocier de meilleures conditions contractuelles et, à ce titre, elles méritent d'être soutenues car cela permet à ces petits agriculteurs de s'intégrer dans le marché. Elles leur permettent de prendre leur destin en main, en responsables, leur assurant une place aux côtés de structures plus importantes.
Je rappelle le billet de M Moreau du 4 novembre signalant que, vu l'importance des coopératives pour le développement, l'ONU avait décrété "2012, année internationale des coopératives". Que certains se soient moqués de cette initiative confirme le commentaire de M Benjy : lorsque tout va bien, c'est l'individualisme qui prime. Ce qui explique que M Massol ait jeté le gant en France.
Cela ne signifie pas que je sois favorable aux subventions, quotas et protections en tout genre qui déresponsabilisent les producteurs et coûtent cher aux contribuables. C'est un

Sollecus
le 28 Novembre 2011 17h38

C'est le jeton de présence qui rétribue parfois le coopérateur en plus de son dividende qui est souvent réinvesti ... pour participer au développement d'une petite coopérative locale et là je rejoins l'avis de Benjy, il faudrait récompenser d'une autre façon celui qui s'applique selon un rapport d'activité ponctuelle.
Mais dans les grosses coop, comme laiterie Milcobel, que voulez- vous faire si ce n'est que d'être en désaccord avec leur point de vue .?.... mais Mr Moreau n'est certainement pas un adhérent, donc il consent toujours ..................sa pension va augmenter avec l'index....

Sucellos
le 28 Novembre 2011 18h33

@ Sollecus
Heureusement qu'il n'y a pas que l'appât du gain qui motive ceux qui s'investissent pour essayer de faire progresser certaines associations ! S'il n'y avait que des gens comme vous, à la recherche perpétuelle de jetons, récompenses et autres index, oubliant respect, dignité, jugement, raison, sens commun, humanisme, la vie en société, l'entraide, ne seraient pas possibles.
Si vous ne savez qu'être en désaccord avec votre coopérative Milcobel, personne ne vous oblige d'y rester. Organisez vous même la commercialisation de votre lait, vous serez votre propre maître !

JM Moreau
le 28 Novembre 2011 18h48

Pour compléter le débat : www.xerfi.fr/XERFINEW_WEB/FR/Etudes_sectorielles_Precepta-Cooperatives_agricoles_a_l_horizon_2013_1IAA47.awp 
Il s'agit d'une étude du cabinet Xerfi, qui conclut que les coopératives agricoles françaises doivent s'adapter aux attentes du consommateur pour survivre dans le contexte économique "chahuté" que nous connaissons et les pressions concurrentielles que la crise ne manquera pas d’exacerber.
A méditer chez nous ...

laitier
le 29 Novembre 2011 00h35
JM Moreau
le 29 Novembre 2011 09h48

@ laitier
Elles sont ce que leurs membres en font .... Le message de M Mangin est très clair à ce sujet ...
Si vous êtes absent ou si vous restez silencieux face à une décision ou à une parole, vous donnez implicitement votre accord. Par la suite, vous seriez malvenu de nier ou critiquer cette adhésion implicite !
André Lefranc (APLI) : "les gens se réveillent au moment où cela ne va vraiment plus chez eux" ... Lucidité : c'est pareil chez nous (et ailleurs aussi je pense).

Charlène
le 29 Novembre 2011 18h08

@ Sucellos Moreau
Vous pouvez facilement changer de crèmerie en temps que consommateur, mais changer de laiterie en tant que producteur devient très difficile vu la conjoncture du monopole. Alors arrêtez de jouer au monopoly avec les coopérateurs producteurs des laiteries... ils n'ont pas tous la chance de repasser par la case départ et recevez votre prime....de fin d'année..... et même si je devais en parler à Albert ....

Sucellos
le 29 Novembre 2011 18h41

@ Charlène
Aux USA, les coopératives ne transforment pas elles-même, mais négocient les prix avec les laiteries.
De quel monopole parlez-vous ? En Belgique le nombre d'acheteurs agréés est très important. Vous ne pouvez parler de monopole. Aux Pays-Bas, en Nouvelle-Zélande, au Danemark, il y a quasi monopole, mais curieusement les coopératives concernées payent mieux qu'en Belgique.
Votre fine connaissance du secteur devrait nous donner une explication quant à cette différence ....

Charlène
le 30 Novembre 2011 09h10

Vous avez pas encore compris que les laiteries s'arrangent entre elles pour ramasser le lait, pour s'échanger des marchés à approvisionner, pour fixer en commun le prix du lait et j'en passe, pour vous dire que le lait voyage ....c'est pas écrit en grand SPA Monopole, mais le prix du lait est bien monopolisé........vers le bas.

tirelipimpon
le 30 Novembre 2011 17h06

La laiterie de Chéoux avait des producteurs en Flandre . Depuis la fusion avec lac, c'est la LDA qui vient pomper notre lait et ce lait va à Langemark, une laiterie de Milcobel. Pour le moment, lda paye 31 cent et va livrer chez Milcobel qui paye ses producteurs à 29,5. Pour ce qui est des clients de Milcobel du coté de Liège, leur lait va à Recogne.Y'a peu ètre pas monopole mais entente oui.
L'an passé, ils étaient mieux payés chez Milcobel. Je connais un client qui voulait quitter LDA,Pour rentrer chez Milcobel, il fallait d'abord donner en garantie l'équivalent de 2 FB par litre de quota.

Sucellos
le 30 Novembre 2011 20h52

Le lait LDA va à Langemark, une laiterie de Milcobel ; le lait Milcobel collecté du côté de Liège va à Recogne.
Où est le problème ? N'êtes vous pas payé au prix de votre acheteur ? Si Milcobel et LDA s'échangent le lait afin d'économiser le transport, n'est-ce pas finalement les coopérateurs qui en profitent, vu la diminution des coûts ? Et par ces temps où le durable est à la mode, n'est-ce pas une contribution à la diminution des gaz à effet de serre ?
Quant à l'entente sur les prix, chère Charlène, si vous avez des preuves, déposez plainte au SPF économie. Selon M tirelipimpon, LDA paye 31 cts et Milcobel 29,5. Se sont-ils entendus ?

Charlène
le 01 Décembre 2011 12h08

Ce n'est pas par mois qu'ils s'entendent sur le prix mais c'est bien toute l'année.
Il ne faut pas de preuves, faites les moyennes du graphique des marchés du prix de base par colonnes et ajoutez les prix manquants des derniers mois à 31 pour LDA et à 29,5 pour Milcobel et vous arrivez à 29,82 pour LDA et 29,97 pour Milcobel et les autres laiteries ne sont pas loin.
Pouvez-vous comparer avec la France .

Envoyer
Fermer

Quand irrigation rime avec recyclage et biodiversité

par Benoît GEORGES, le 15 Mai 2022 11h04

Cultivateur en Hesbaye liégeoise, Amaury Poncelet produit des #légumes de plein champ destinés à la surgélation. S’il s’agit de l’une des très rares cultures qui peut nécessiter une #irri

Reneg\'eat a remporté le 2ème PRIX du YEP Challenge 2022

par Benoît GEORGES, le 14 Mai 2022 02h39

Reneg\'eat, un projet YEP des étudiants de la Haute Ecole Charlemagne, HECh Isia de Huy, a remporté le 2ème PRIX du LJE-YEP Challenge 2022 et le Groupe One Ecolabel Award. Romain Tittelbach, Maelle

Colz\'iso a remporté le 1er PRIX du YEP Challenge 2022

par Benoît GEORGES, le 14 Mai 2022 01h50

Colz\'iso, un projet des étudiants de la Haute Ecole Charlemagne, Isia de Huy a remporté le 1er PRIX du YEP Challenge 2022. Arthur Clarenne, Arthur Geerts, Alexandre Donnay, Marvin Minsier et Lucas

Transmission d\'exploitations agricoles - Enquête pour les cédants et les repreneurs

par Benoît GEORGES, le 07 Mai 2022 16h16

Dans le cadre de son TFE en agronomie à la Haute Ecole Charlemagne, Isia de Huy, et de son stage à la FJA, Léa Rouxhet réalise une enquête. Si vous avez transmis votre exploitation agricole ou a

Le lait wallon se distingue par sa qualité constante (Le Sillon Belge)

par Benoît GEORGES, le 04 Mai 2022 17h35

\"Le Comité du Lait a publié, voici quelques jours, le rapport de ses activités conduites en 2021. Parmi les nombreuses informations qu’il recèle, on y lit que les éleveurs laitiers ont fait un

\"Sauvons Bambi\", des drones pour sauver les faons

par Benoît GEORGES, le 24 Avril 2022 10h09

Que tous les agriculteurs sachent qu\'il est possible d\'intervenir gratuitement grâce à des #drones pour repérer les animaux (faons, chevreuils, levrauts, nids) qui peuvent se cacher dans les hautes

Les plus commentés

    29 commentaires
  1. Engrais
  2. 6 commentaires
  3. Les circuits courts : une filière encore rentable?
  4. 6 commentaires
  5. La sécheresse complique le travail des agriculteurs,...

Les plus aimé

    21 j'aimes
  1. par Stechou : Peut être, mais je n'ai pas l'impression que nous soyons les principaux bénéficiaires du travail bi...
  2. 21 j'aimes
  3. par Phil.0: La sécheresse floute,
    L'inflation floute,
    La guerre floute,
    La covid floute,
    La nouvelle pac floute....
  4. 18 j'aimes
  5. par Phil.0: Ha les gaillards, toutes les excuses sont bonnes pour nous fourrer leurs foutues haies. ; ) ; )