Coopératives en action

par JM Moreau, le 11 Septembre 2011 00h06

Après les annonces des coopératives Arla et DMK (qui résulte de la fusion des coopératives allemandes Nordmilch and Humana Milchunion) de création d'une joint venture (ArNoCo) pour la production de protéines de lactoserum concentrées et de lactose (investissement de 44 MIO d'euros) et de coopération renforcée dans le domaine de la production de poudres par le biais de la construction d'une usine commune afin de faire face à la demande croissante sur le marché mondial, les coopératives Néo-zélandaise Fonterra et Britannique First Milk ont annoncé dans un communiqué commun la création d’une société commune (joint venture) visant la production de protéines laitières de qualité "en vue de satisfaire la demande européenne grandissante". Les deux coopératives laitières vont associer leur propriété intellectuelle et leur expertise de l’industrie en vue d’ajouter de la valeur aux flux secondaires de lactos...

Sucellos
le 11 Septembre 2011 11h15

Les appels à la révolution ne sont pas parvenus de ce côté de l'Europe !
Certains agriculteurs parient sur l'innovation et finançant leur recherche afin de valoriser leur production avec des produits à haute valeur ajoutée et rationalisent leurs capacités de transformation en créant des synergies pour affronter la concurrence à l'export. Ils tablent sur une demande en croissance, ici pour des produits à haute valeur ajoutée, là-bas pour des poudres de lait dont la consommation croît avec la hausse des revenus.
D'autres réclament une limitation de production pour faire monter les prix en créant de la pénurie et veulent s'isoler des marchés où la demande croît ...
N'en déplaise aux apôtres du dirigisme étatique, ceux qui ne jurent que par quotas et prix réglementés, la réalité c’est le marché. Même en Union soviétique, le marché existait toujours et ses lois faisaient la nique aux planificateurs, par le biais du "marché noir" approvisionné par ... les producteurs (mais c'est peut-être ce que nos révolutionnaires espèrent !).

JM Moreau
le 12 Septembre 2011 21h00

Puisque M tirelipimpon ne nous fait pas l'honneur de nous donner la suite de l'article, voici en quoi elle consiste et vous comprendrez aisément pourquoi ce silence.
En fait, M Detroy est un conseiller en investissements, spécialisé en matières premières et en énergie et il recommande de suivre de près les entreprises du secteur solaire, maintenant que "les compteurs sont remis à zéro avec les faillites de nombreux acteurs".
Voici ses conclusions : "Une chose est sûre, les constructeurs chinois semblent promis à un grand avenir, à en croire l’engouement autour de ces valeurs. Signe de cette confiance, l’introduction sur la Bourse de Shanghai de la firme solaire Jingyuntong Technology devrait rapporter ce mois-ci trois fois le montant initialement annoncé, du fait de la forte demande.
Mais côté américain, les opportunités sont assez nombreuses également. Après un second semestre 2011 rouge sang, certaines opportunités devraient émerger. Affaire à suivre de près, donc.
Et n’oubliez pas : c’est l’atout technologique qui fera la différence. Quant aux compagnies comme First Solar ou JA Solar, elles apparaissent survendues actuellement. Au prix où sont leur action, ces valeurs méritent qu’on s’y intéresse."
Avis aux amateurs ....

tirelipimpon
le 13 Septembre 2011 10h53



? Pourquoi garder un oeil sur le solaire ?

Un conseil : ne vous détournez pas trop rapidement du solaire.

Certes, les gouvernements des pays développés ont fait un constat simple : l’énergie solaire coûte encore trop cher comparée à ce qu’elle rapporte. On estime à deux ans le temps pour un panneau solaire de produire autant d’énergie qu’il en a consommé lors de sa construction.

Investir dans le solaire est donc encore inutile et coûteux… pour l’instant. Les foules pro-environnementales tressent aujourd’hui des lauriers aux constructeurs d’éoliennes offshores, la nouvelle énergie à la mode. Mais comme toutes les foules, cette-ci est versatile, et pourrait très vite revenir vers le solaire. Pourquoi ?

D’abord parce qu’aucune énergie renouvelable ne peut être écartée à l’heure actuelle, au risque de tirer un trait sur ce qui sera peut-être une bonne partie de l’énergie de demain.

D’autre part, nos gouvernements ne peuvent pas laisser la Chine devenir le seul et unique producteur de panneaux photovoltaïques au monde. Cette nouvelle dépendance serait vécue comme un échec alors que nous luttons pour nous sortir de notre dépendance au pétrole.

Enfin, lorsque les Etats-Unis auront suffisamment développés leurs technologies, ils pourraient alors recommencer à gagner des parts de marché dans le solaire. Les jeux ne sont donc pas faits.

Si Pékin mène actuellement la danse, l’empire du Milieu sait qu’il a encore un lourd déficit au niveau technologie. Ce n’est pas pour rien que les Chinois guettent à présent des constructeurs américains à la pointe de la R&D sur le solaire, comme Applied Materials.

? Sur qui garder un oeil ?

Le secteur du solaire est en creux de vague. Après la remise des compteurs à zéro avec la faillite de nombreux acteurs cette année, on y verra désormais plus clair.

Une chose est sûre, les constructeurs chinois semblent promis à un grand avenir, à en croire l’engouement autour de ces valeurs. Signe de cette confiance, l’introduction sur la Bour

JM Moreau
le 15 Septembre 2011 17h51

Intérêt bien compris des chinois, l'Europe est leur premier client avec quelques 23% de leurs exportations qui prennent le chemin de notre Union. Il est donc important pour la Chine que les pays européens soient en bonne santé économique, qu'ils continuent de consommer et d'importer ses produits. Par ailleurs, comme la Chine a déjà un paquet d'emprunts d'Etat dans ses coffres, elle n'a aucun intérêt à voir ces dettes perdre de leur valeur. En outre, la Chine a d'énormes réserves de change à placer ...
Ils appliquent votre réflexion : si nous sommes en faillite, avec qui vont-ils commercer ? Ils font pareil avec les USA, leur deuxième client, avec 17% de leurs exportations.
Et une fois encore, ne confondez pas libéralisme qui repose sur l’idée que chaque être humain possède des droits fondamentaux qu'aucun pouvoir n'a le droit de violer, avec capitalisme sauvage : ce sont deux choses différentes.

Envoyer
Fermer

[Vidéo] Des cultures plus résistantes au manque d\'eau,...

par Benoît GEORGES, le 17 Mai 2022 23h04

À Gembloux, RTL Info s\'est rendu sur une plateforme d\'expérimentation consacrée à la culture du blé dur. C\'est ici que Guillaume Jacquemin, ce sélectionneur de céréales au Centre wallon de Rec

[Vidéo] Des cultures plus résistantes au manque d\'eau,...

par Benoît GEORGES, le 17 Mai 2022 22h57

À Gembloux, RTL Info s\'est rendu sur une plateforme d\'expérimentation consacrée à la culture du blé dur. C\'est ici que Guillaume Jacquemin, ce sélectionneur de céréales au Centre wallon de Rec

Reneg\'eat a remporté le 2ème PRIX du YEP Challenge 2022

par Benoît GEORGES, le 14 Mai 2022 02h39

Reneg\'eat, un projet YEP des étudiants de la Haute Ecole Charlemagne, HECh Isia de Huy, a remporté le 2ème PRIX du LJE-YEP Challenge 2022 et le Groupe One Ecolabel Award. Romain Tittelbach, Maelle

Colz\'iso a remporté le 1er PRIX du YEP Challenge 2022

par Benoît GEORGES, le 14 Mai 2022 01h50

Colz\'iso, un projet des étudiants de la Haute Ecole Charlemagne, Isia de Huy a remporté le 1er PRIX du YEP Challenge 2022. Arthur Clarenne, Arthur Geerts, Alexandre Donnay, Marvin Minsier et Lucas

\"Sauvons Bambi\", des drones pour sauver les faons

par Benoît GEORGES, le 24 Avril 2022 10h09

Que tous les agriculteurs sachent qu\'il est possible d\'intervenir gratuitement grâce à des #drones pour repérer les animaux (faons, chevreuils, levrauts, nids) qui peuvent se cacher dans les hautes

PROTECT’eau recrute deux bacheliers en agronomie (H/F/X)

par Benoît GEORGES, le 23 Avril 2022 19h28

???? OFFRE D’EMPLOI ???? Vous avez la fibre environnementale et une expérience en agronomie ? Le rôle de conseiller vous va comme un gant ? ???? PROTECT’eau propose l’emploi qu’il vous faut

Les plus commentés

    29 commentaires
  1. Engrais
  2. 6 commentaires
  3. Les circuits courts : une filière encore rentable?
  4. 6 commentaires
  5. La sécheresse complique le travail des agriculteurs,...

Les plus aimé

    21 j'aimes
  1. par Stechou : Peut être, mais je n'ai pas l'impression que nous soyons les principaux bénéficiaires du travail bi...
  2. 21 j'aimes
  3. par Phil.0: La sécheresse floute,
    L'inflation floute,
    La guerre floute,
    La covid floute,
    La nouvelle pac floute....
  4. 18 j'aimes
  5. par Phil.0: Ha les gaillards, toutes les excuses sont bonnes pour nous fourrer leurs foutues haies. ; ) ; )