Cipans à implanter pour le 15 septembre ?

par Prophète, le 10 Septembre 2011 18h40

Quand je lis la presse agricole : "c'est l'heure à l'implantation des cultures intermédiaires pièges à nitrate. Des couverts d'autant plus efficaces qu'ils auront été semés dans de bonnes conditions" je vois une belle machine sur un champ à perte de vue.
Je ne sais pas à quelle date a été prise la belle photo, mais il me semble qu'elle n'est pas récente avec toute cette météo capricieuse...Peut -être demander plus d'infos auprès de Cadco ou Nitrawal car comment satisfaire à leur date imposée ?
La moisson vient à peine de se terminer ,que le stress vient de diminuer, que déjà pour satisfaire aux mesures légales, on doit implanter les cipans si épandage de matières organiques. Bravo pour les rapides mais la météo ne nous convient plus ... et les dates d'implantation n'ont plus. L'horloge tourne pour les administratifs et journalistes. Les agriculteurs ne trouvent plus le tempo. L'année automnale 2010 se répétera t-elle ?

obelix
le 11 Septembre 2011 08h29

sur dechaumage ou sur labour, un simple quad avec un epandeur d'antilimace... convient tres bien pour epandre les semences de moutarde... s'il pleut, cela va lever tout seul, s'il fait sec, passer un coup de rouleau....

007
le 11 Septembre 2011 10h07

Le Dieu de l'agriculture... ne fait plus que du vent, de la pluie et parfois se montre orageux .
Et les tracteurs restent au repos pour ne pas salir les routes de boues. Cette année météo est complétement folle, mais il faut tirer betteraves pour une telle date déterminée, il faut faucher les parcelles pour le fourrage d'hiver.... et après nous sommes tributaires du temps et cela beaucoup de culs sur chaise ne le comprenne pas. Il faut revoir le calendrier de toutes ces mesures dictatrices et ce n'est pas un contribuable, consommateur,observateur qui va faire tourner la girouette..........

JM Moreau
le 12 Septembre 2011 21h52

La normalisation de pratiques est la négation même de l’agronomie, car la variété des situations ne permet pas d'encadrer les pratiques de façon trop prescriptive. Si le sol est trop humide, cela entraîne souvent une
structure dégradée pour un effet quasi nul. Personnellement, je suis d'avis qu'il vaut mieux préserver une bonne structure du sol, qui permet de mieux utiliser l’azote, et donc de réduire les apports, mais surtout de réduire les risques d'érosion.

Envoyer
Fermer

Adaptations à la sécheresse - Améliorer la résilience fourragère sur l\'exploitation

par Benoît GEORGES, le 29 Juillet 2022 02h02

agriwalinfo.wixsite.com/website-1/résilience-fourragère  Face aux sécheresses, il est envisageable de réagir de manière anticipative ou réactive. Selon la sévérité du phénomène, les disp

Reprise ferme

par Reprise , le 22 Juillet 2022 07h21

Bonjour, Comment s\'y prendre pour bien estimer la valeur du matériel et des animaux d\'une ferme ? Sachant que les prix varient un peu en période incertaine. On pensait faire venir au moins 3 marchan

Une plante éteinte depuis plus de 80 ans ressuscite à Ciney

par Benoît GEORGES, le 18 Juillet 2022 14h12

Le \"Brome des Ardennes\" était une espèce endémique de la Wallonie. C’est-à-dire qu’on ne la trouvait nulle part ailleurs dans le monde. Très courante au 19e siècle, elle s’était particuli

Appel à projet : soutenir la transition environnementale en Wallonie – Groupements d\'agriculteurs en agroécologie (GAA)

par Benoît GEORGES, le 15 Juillet 2022 17h37

L’objectif de l’appel à projet est d’augmenter la recherche-action participative et en situation réelle (i.e. au sein de fermes réelles). Cette transition agroécologique s’appuie de façon

Paiement du solde des aides relatives à l\'agriculture biologique, aux MAEC, aux zones à contraintes naturelles et spécifiques et à Natura 2000 pour la campagne 2021

par Benoît GEORGES, le 13 Juillet 2022 00h39

L’Organisme payeur de Wallonie communique que le versement du solde des aides relatives à l’agriculture biologique (BIO), aux mesures agroenvironnementales (MAEC), aux zones à contraintes nature

Le SORGHO

par Benoît GEORGES, le 12 Juillet 2022 14h12

Le recours au maïs sous forme d’ensilage permet de sécuriser les stocks fourragers avec un produit de bonne valeur alimentaire. En sol à réserve hydrique moindre et en situation de sécheresse f

Les plus commentés

    26 commentaires
  1. Remise
  2. 25 commentaires
  3. Le fiasco des entrées à la foire
  4. 13 commentaires
  5. Sécheresse

Les plus aimé

    24 j'aimes
  1. par Pride: Honteux de dire ça....
    Ils oublient les 25 dernières années en arrière ou on a dû cravacher pou...
  2. 22 j'aimes
  3. par Phil.0: On entend vraiment toutes conneries contradictoires à la télé. En 5 minutes, ils parviennent à f...
  4. 21 j'aimes
  5. par Stechou : Je l'ai vu également, on est pas le premier avril ? Je pense que c'est la sécheresse qui lui fait mi...