Terres de culture : un mauvais investissement ?

par JM Moreau, le 23 Juillet 2011 17h26
http://www.lalibre.be/economie/actualite/article/674732/inve ...

Considérations sur le bail à ferme et la propriété des terres de culture, avec la conclusion suivante :
"Entre une terre libre et une soumise au bail à ferme, le différentiel dépasse les 50 %, voire passe du simple au double." Ceux qui mènent la danse et alimentent la concurrence sont tantôt des investisseurs purs et durs, tantôt des particuliers en quête d’une prairie pour leurs chevaux, mais bien plus souvent des agriculteurs qui achètent leur outil de travail et s’offrent, dans la foulée, une plus-value à la revente puisqu’ils sont les seuls à pouvoir libérer la terre.
Que chacun se rassure, je ne suis pas un propriétaire terrien !

Charlène
le 24 Juillet 2011 20h14

Les bons de caisse au porteur ne sont plus attrayants avec la perspective de 2013 de voir tout cela connu pour les droits de successions...alors vous pouvez toujours acheter de l'or..et le cacher dans votre bas de laine..pour faire don à vos chouchous..
La terre reste un atout financier stable et vous avez encore un loyer intéressant.
Quand aux banques, le marketing des bonus ou malus de sicav et autres actions vous laisse dans le marasme d'un investissement stressant et pas toujours gagnant...
Je vous conseille, mr Moreau, un petit investissement durable dans la terre et ce n'est pas poussière...........mais durable comme le rocher..........d'Albert qui a aussi une grande ferme.

le wallon
le 24 Juillet 2011 20h56

Moi je le suis propriétaire terrien (enfin tout est au nom de mes enfants ) et je pense que je vais encore investir dans 20 autres ha (les derniers de ma vie ) .Cela me fera 70 ha que mon épouse et moi auront en usufruit jusqu'à notre mort .
Tous nos efforts de notre carrière, la plus grosse partie de notre argent se trouve dans la terre .
Il peut avoir un crash boursier, une guerre ..... Notre bien sera toujours là .
Même si nous aurons pu éviter les problèmes de successions à nos propres enfants, leur descendance ne sera pas logé à la même enseignes, à moins que..... ?????


JM Moreau
le 24 Juillet 2011 21h01

@ Charlène
Je constate que vous avez une bonne connaissance de tout ce que les capitalistes doivent savoir pour prospérer et je vous remercie pour vos conseils ... encore faudrait-il avoir de quoi investir. Je ne m'appelle pas Albert et n'ai pas eu, comme certains qui critiquent ici les affreux libéraux qu'ils assimilent aux capitalistes, un père ou une mère qui était propriétaire de dizaines d'hectares. Je me contente de ce que mon travail m'a apporté pour vivre.

tirelipimpon
le 24 Juillet 2011 22h39

il y a vingt ans, j'ai acheté du quota laitier et puis j'ai du acheter des terres. tous les deux à crédit. Aujourd'hui, il n'y a pas photo entre ces deux types d'investissements . Le quota a perdu 90% de sa valeur et la terre a doublé et pourtant Bruxelles s'acharne à faire disparaitre la valeur quota pour sauver les jeunes tandis qu'elle laisse faire la spéculation sur les biens immobiliers, l'élevage laitier étant lié au sol, 20000 litres max par hectare et 170 unités d'azote organique max par hectare fourrager. De plus, le lissage des primes priviliégerait le foncier par rapport à l'élevage.

le wallon
le 25 Juillet 2011 21h14

Sauf erreur dans les dates de ma part, les quotas laitiers étaient garantis jusqu'en 1995, ensuite jusqu'en 2000, 2006 et pour terminer, 2015 .
Tout producteur savait qu'ils ne seraient pas éternel mais tout le monde avait de l'espoir qu'ils continueraient indéfiniment ...
Je me rappel dans les années 90 avant l'instauration du fond, certains agri ont vendu leur quota (bien avant de leur pension ! ), ils en ont profité pour acheter une belle baniole, un beau tracteur ...., les plus intelligent ils ont placé leur argent dans terrains à batir ou des terres agricoles, plus de vingt plus tard, c'est le jakpot pour eux .

Sucellos
le 26 Juillet 2011 09h31

Je constate qu'il n'y a pas que les vilaines multinationales qui spéculent !
Les uns ont parié sur la pérennité des quotas, les autres sur l'immobilier ...
N'en déplaise à M Tirelipimpon, il a spéculé (parié) comme les autres et se plaint en se réfugiant derrière des slogans tels que "j'ai été obligé" et "les vilaines banques m'ont réduit en esclavage".

Sollecus
le 26 Juillet 2011 21h06

Sucellos constate tjs quand c'est trop tard...
Pour vous demander d'être positif : pouvez-vous donner un tuyau intéressant qui va faire en sorte que votre objectif à atteindre soit un bonheur à venir..................... par exemple j'ai mis un plant de patate dans mon jardin et j'espère en récolter une petite dizaine..........
En banque mon 1 franc deviendra 1, 025 que du bonheur ahahahah à mourir de rire....

Sollecus
le 27 Juillet 2011 06h59

Mais qui sont ces intermédiaires qui vident les poches des producteurs ?
Même les Sénégalais s'en rendent compte. Réponse après constat : Les nationalistes ou les multinationalistes ?
www.walf.sn/economique/suite.php?rub=3&id_art=74042 

JM Moreau
le 27 Juillet 2011 20h46

@ Sollecus
M Samba Guèye dénonce les intermédiaires qui détournent les aides que l'Etat sénégalais destine à soutenir l'agriculture. Pas les multinationales ni ceux qui leur achètent leur production : "Ce qui pose problème dans nos pays, c’est qu’il y a trop d’intermédiaires. L’appui n’arrive généralement pas à la base, aux ayants droit. Donc, tant qu’il y aura des intermédiaires entre l’Etat ou les partenaires au développement et les acteurs, il y aura toujours des problèmes."
Vous avez une lecture déformée des faits !

Sollecus
le 28 Juillet 2011 17h51

Si ce n'est pas l'Etat qui détourne les budgets alloués aux ayants droits, je ne vois pas qui sont les intermédiaires qui se sucrent à part les sorciers des tribus....pour leur Totem..?????????
C'est quand on fait une opération humanitaire pour dégager des fonds pour la bonne cause, on remarque que cet argent n'arrive pas non plus.... il y de quoi ne plus vouloir la solidarité...
En Belgique, ce phénomène existe aussi ... et alors ben chacun pour soi ... c'est honteux.

JM Moreau
le 28 Juillet 2011 20h57

@ Sollecus
Vous avez besoin de faire un stage dans un pays en voie de développement où l'étatisme est la règle pour comprendre que ce type d'organisation génère une multitude de parasites. L'Etat se mêle de tout mais est incapable d'être efficace. Souvent la corruption règne en maître et les paysans supposés être aidés, soutenus dans leurs investissements ne voient rien venir. C'est ce que dénonce M Guèye.

Envoyer
Fermer

Paroles de producteurs avec Didier Gustin

par Benoît GEORGES, le 07 Août 2022 17h15

Dans cet épisode, le Collège des Producteurs est à nouveau en compagnie de Didier Gustin, éleveur de vaches laitières à Raeren. www.facebook.com/watch?v=433825425350722  ou www.youtube.co

Reprise ferme

par Reprise , le 22 Juillet 2022 07h21

Bonjour, Comment s\'y prendre pour bien estimer la valeur du matériel et des animaux d\'une ferme ? Sachant que les prix varient un peu en période incertaine. On pensait faire venir au moins 3 marchan

Une plante éteinte depuis plus de 80 ans ressuscite à Ciney

par Benoît GEORGES, le 18 Juillet 2022 14h12

Le \"Brome des Ardennes\" était une espèce endémique de la Wallonie. C’est-à-dire qu’on ne la trouvait nulle part ailleurs dans le monde. Très courante au 19e siècle, elle s’était particuli

Foire de Libramont - Comment obtenir vos places via PAC-ON-WEB

par Benoît GEORGES, le 13 Juillet 2022 00h15

L’Organisme payeur de Wallonie tient à préciser les modalités d’obtention de places pour la Foire de Libramont pour les agriculteurs. A la rubrique « Soumission » de la déclaration de superf

Le SORGHO

par Benoît GEORGES, le 12 Juillet 2022 14h12

Le recours au maïs sous forme d’ensilage permet de sécuriser les stocks fourragers avec un produit de bonne valeur alimentaire. En sol à réserve hydrique moindre et en situation de sécheresse f

Fortes chaleurs - Les conseils de l\'Institut de l\'élevage idele

par Benoît GEORGES, le 11 Juillet 2022 19h17

Cette semaine, il va faire dans beaucoup de régions avec des niveaux de THI élevés sans rafraîchissement important la nuit. Dès 22°C à 25°C, les ruminants entrent en situation de stress thermi

Les plus commentés

    26 commentaires
  1. Remise
  2. 25 commentaires
  3. Le fiasco des entrées à la foire
  4. 13 commentaires
  5. Sécheresse

Les plus aimé

    24 j'aimes
  1. par Pride: Honteux de dire ça....
    Ils oublient les 25 dernières années en arrière ou on a dû cravacher pou...
  2. 22 j'aimes
  3. par Phil.0: On entend vraiment toutes conneries contradictoires à la télé. En 5 minutes, ils parviennent à f...
  4. 21 j'aimes
  5. par Stechou : Je l'ai vu également, on est pas le premier avril ? Je pense que c'est la sécheresse qui lui fait mi...