Label de qualité

par Faslor, le 02 Juillet 2011 13h42

Suite au marché actuel de la viande, j'aimerai savoir ce que vous conseillez comme label ? Méritus, Procerviq ou autre ?

Merci d'avance,

par le carolo
le 02 Juillet 2011 19h23

label de kadix une belle chanson... les label ne serve juste a crée de emplois pour des col blanc te pomper une cotisation et protéger le marchez des grande surface et il te donne quelque franc en plus mais en plus que quoi je ne le sais toujours pas, tous les gros engraisseur en font partie, c'est comme la QFL sa sert a payer le même a se luit qui en fait partie et payer moins a se lui qui adhère pas.

obelix
le 02 Juillet 2011 23h46

a qui vend tu tes betes???? j'ai un chevilleur qui n'a pas besoin de papier, et l'autre veut les deux.........

Faslor
le 03 Juillet 2011 00h05

On tue a Liège, et vous ?

obelix
le 03 Juillet 2011 10h56

il y a plusieurs chevilleurs à liege ... ;=)

certains magazin exige un label, donc si ton chevilleur travaille avec eux, il va te le demander... meme si on sait que la majorité des "papier" vont à la poubelle.(le premier boucher belge, Renmans, ne demande pas de label...)

les frais "administratifs" pour entrer dans le label, avaient ete prix en charge par le chevilleur.....

Propète
le 03 Juillet 2011 11h37

Là, je tiens avec un connaisseur Obélix, car Renmans, près des Aldi, offre une viande fraîche de qualité sans congélations et sans papiers superflus. Et leurs marges progressent.
Maintenant, Méritus est aussi un gage de qualité suivant le cahier de charges. Et les contrôles sont fréquents en amont. La qualité et le prix sont pour le goût et le porte-feuille du consommateur.
Quand au chevilleur, s'il en a vraiment besoin, il te mettra le prix sur pied, sans trop de papiers..

par le carolo
le 03 Juillet 2011 18h25

@ obelix ; si je lit bien ton premier commentaire tu est bien labelliser, pourquoi paye tu si tes bête se vende malgrer que tu a pas besoin de papier, ou alors c'est pas toi qui paye c'est le chevilleur qui se paye sur tes bête et puis qui paye les papier

obelix
le 03 Juillet 2011 20h42

propete;
les label ne sont pas un gage de qualité!!!!! ça sert à "habillé" le produit...
il n'y a rien dans les cahier de charge des label qui soient plus contraignant que la legislation....
pour les controle, c'est des points; si t'est bon, c'est pour 18 mois (si j'ai bien compris!).

carolo;
quand l'inscription est payee, ça ne te coute plus rien!!!

par contre les organisme certificateurs, c'est jackpot assurer..... 25 Eur par bete qui rentre dans le circuit, sans investir grand chose (et j'oublie les subsides qu'il touchent egalement...)

obelix
le 03 Juillet 2011 20h51

certains distributeurs augmente leurs chiffres sans label!!! grace à la presence d'un boucher derriere le comptoir. boucher qui est formé, pour que le client recoive ce qu'il demande et rien d'autre.... parce qu'il y a aussi un acheteur qui va voir toutes les carcasses...

d'autre grand magazin, voient leurs chiffres boucherie diminuer...
-plus d'acheteur; un cahier de charge(personne ne va voir les betes pendues)
-exigeance d'un label( pour appater le con-sommateur)
-de nombreux produits sous vide
-.................................


et entre les deux, d'autres magazin qui on un rayon boucherie qui travaille bien, et qui exige un label...... (parce qu'il pense que commercialement c'est bien??)

Sucellos
le 03 Juillet 2011 20h56

@Faslor
Quel que soit votre choix, le défi sera de contrôler vos coûts de production afin de rencontrer les exigences du programme de marketing qui se cache derrière la certification demandée. Comme la consommation actuelle ne semble pas évoluer vers plus de morceaux de boeuf noble, la pertinence de certaines exigences peut être remise en question, les carcasses ne sachant pas se valoriser au maximum sur les pièces labellisées. Alors voyez ce que les chevilleurs demandent et négociez ...
Pour le reste, rappelons que ces divers labels sont nés pour rassurer le consommateur suite à la crise de l'ESB, maladie qui semble pouvoir être rangée au rayon des souvenirs (voir communiqué de S Laruelle).
Par contre, si les consommateurs se mettaient à demander de la viande plus "verte" (cad plus respectueuse de l'environnement et pas avariée), on peut parier que les distributeurs feront preuve d'imagination pour verdir leur étiquette !

obelix
le 03 Juillet 2011 22h37

-je ne vois pas le rapport entre les cout de productions et le "programme marketing" !!!??
j'ai dit plus haut qu'il n'y a pas plus de contrainte!! donc cout de production identique....

-pourquoi les carcasses labellisee ne sont pas valorisee au maximum???????
pour les memes classement de carcasses, il y a de la demande pour du label et du non label!!!

sucellos, tu connais l'elevage parce que tu avait un tonton agriculteurs............................

obelix
le 03 Juillet 2011 22h38

autre precision, le culard se tien tres tres bien en terme de prix......

JM Moreau
le 04 Juillet 2011 09h37

@ obelix
Selon les prix officiels que vous pouvez suivre sur le site du BIRB (onglet mercuriales). Prix carcasses entrée abattoir, standardisés selon la réglementation européenne)
carcasses AS2 en semaine 25/2010 : 480,83 euros/100 kg
carcasses AS2 en semaine 25/2011 : 471,37 euros/100 kg
soit une diminution de près de 2% par rapport à l'an passé (vos coûts aussi je suppose ?)
En vaches de réforme (DO3 - semaine 25) 227,40 en 2010 contre 256,20 en 2011 soit une hausse de 12,6%.
Le contraste est clair.
Plus : voyez le fichier au bout de ce lien : www.office-elevage.fr/prixprod/courbes.PDF 
Il concerne la France (il n'y a pas de cotations AS2) : vous pourrez voir le différentiel de prix pour la même semaine pour le "jeune bovin U" qui est la référence viande en France : c'est aussi très clair, il y a ± 20 cts en plus au kg sur un an, contrairement à la Belgique et même si on assiste à une diminution depuis le début de l'année. Ailleurs en UE, on assiste au même phénomène.
La hausse des prix sur un an pour la viande bovine ne semble pas être effective pour nos culards : c'est un marché limité à la Belgique (ailleurs on préfère une viande plus grasse avec du goût), la consommation de morceaux nobles est en baisse et on ne parvient pas à valoriser l'ensemble de ces morceaux nobles qui font que l'on peut payer une carcasse à un meilleur prix.
Voyez aussi les promotions actuelles sur ces morceaux nobles un peu partout dans la distribution car depuis la semaine 25 l'offre n'a certainement pas diminué, sécheresse oblige.
Bien à vous.

obelix
le 05 Juillet 2011 00h14

mr moreau,
ne comparer pas des jeunes bovins viandeux avec des reformes laitiere, c'est pas vraiment le meme marché...
comparer des races viandeuse entre elle!!

je vois peu de changement de prix sur le site du birb... sur le terrain, les S er E on perdu 3 fr, et les U (race française) 15 à 20 fr!!!

les prix de la viande son plus bas que chez nous depuis pres de deux an en france (exepter certaines petites filiere ) et sur le terrain, je croi qu'il attende la hausse que vous presenter!!!

la consommation diminue, et la production aussi (beaucoup moins de velage en BBB)
j'ai commencer avec une race française, dans deux an je n'aurais olus que du BBB................

JM Moreau
le 05 Juillet 2011 08h59

@ obelix
Je ne compare pas les AS2 avec les DO3. Ce n'est pas à moi que vous devez expliquer que les marchés sont différents, quoique de plus en plus, des pièces du viandeux ne trouvent des débouchés que vers l'industrie de la seconde transformation, ce qui explique les tensions sur les prix.
Je tenais à faire remarquer l'évolution différente des prix de ces deux types de bétail d'une année à l'autre. Les réformes laitières sont en phase avec le marché européen de ce type de viande (60% de la viande produite en UE). Par contre, les cours de notre "fleuron" viandeux vont à sens contraire par rapport aux autres marchés du bétail viandeux que ce soit en France, en Irlande, en Grande Bretagne, en Allemagne. Dans ces pays, le jeune bovin mâle voit ses cours situés plus haut que l'an passé comme il fallait s'y attendre au vu de l'évolution du marché et de l'offre/demande internationale (voyez mes billets sur le sujet).
Quant au prix en France, ce sont les prix constatés entrée abattoirs, tout comme chez nous.
Si vous êtes satisfait du prix que l'on vous paye, tant mieux ! Ce n'est pas tous les jours que cela arrive.
En ce qui concerne le BBB, cette tendance à la diminution du nombre de vaches est constatée depuis plusieurs années, avec même une diminution plus importante de la catégorie mâles 1 an à 2 ans qui ressort des chiffres des enquêtes de STATBEL. Cela signifie que de nombreux veaux mâles partent dans les filières d'engraissement veaux ou jeunes bovins (veaux rosés aux PB - 8 à 12 mois) plutôt que vers les ateliers jeunes taureaux.
Le magazine de la FVBW "Côté Boeuf" a publié dans son n° de décembre 2010 (www.fvbw.be/images/Infos/Magazine/REP_1210/Default.html)  un article de réflexion relatif à la production de viande que je leur avais proposé. Cette piste a aussi été suggérée récemment par un consultant ayant réalisé une étude pour France Agrimer qui a été présentée à l'assemblée générale d'Interbovi Bretagne. Il en ressort, selon le consultant français, l

JM Moreau
le 05 Juillet 2011 09h00

Suite
Il en ressort, selon le consultant français, la nécessité pour les producteurs de viande de revoir leur stratégie pour adapter l'offre à la demande, laquelle privilégie la vache de réforme plutôt que les animaux des races viandeuses.
Et cela passe peut-être vers les croisements industriels en s'appuyant sur les progrès de la génomique et du sexage des semences pour coller à la demande des marchés et améliorer la rentabilité du troupeau.

par le carolo
le 05 Juillet 2011 23h05

@ Jm Moreau; quand vous demander la carte d'un resto,9 fois sur 10 pas de bbb que des viande sud américaine, par faciliter de conservation la Belge un mois l'importée des Amérique 3 mois les transformateur Européen sont il tous des manchot ???

obelix
le 06 Juillet 2011 01h46

l'offre de reforme laitiere n'est pas extensible.... elle diminue aussi je pense (baisse du nombre de vache laitiere).
et on ne va pas creer une race allaitante classe O...... ;=)

le prix des U revient de loin!!!
et si les S et E ne bouge guerre pour l'instant, il ne sont pas mauvais .......

entre eux, les eleveurs comparent souvent le prix des broutard (et les frais en plus ou moins suivant la race)......
mais le gros avantage du BBB par rapport au autres race à viande, c'est de valoriser beaucoup mieux les femelles, par une mise à la reproduction precose, et une reforme precose... qui permet de vendre des vaches dans la tranche d'age ou elle sont le plus cher.....

obelix
le 06 Juillet 2011 01h49

quoi que pour la classe O,
certains pays font du croisement de leurs race allaitante avec des holstein !!!!!!! souvenir de rencontre avec un eleveur texan....

par le carolo
le 06 Juillet 2011 09h05

@ Jm Moreau; le budget PAC 2013à 2020 a le même montant ... mais c'est une baisse car la valeur réelle a diminuer de 16 % en terme réel ( dévaluation de la monnaie) et tous les productions sont aussi payée avec la même MONNAIE DE SINGE . a quand la revalorisation sur nos productions .

par le carolo
le 06 Juillet 2011 09h05

@ Jm Moreau; le budget PAC 2013à 2020 a le même montant ... mais c'est une baisse car la valeur réelle a diminuer de 16 % en terme réel ( dévaluation de la monnaie) et tous les productions sont aussi payée avec la même MONNAIE DE SINGE . a quand la revalorisation sur nos productions .

JM Moreau
le 06 Juillet 2011 11h19

@ obelix
Comme pour toute production, il s'agit de rencontrer la demande.
@ le carolo
je pense avoir déjà expliqué une raison de la quasi absence de BBB dans les restaurants : la taille des pièces est trop grande. Une entrecôte BBB de 2 cm d'épaisseur pèse entre 500 et 600 gr, ce qui est de trop. C'est ce que m'avait expliqué un restaurateur. Autre explication : si la viande BBB est tendre, elle a peu de goût par rapport à un Angus, une Blonde d'Aquitaine ou une autre race à viande. Et si la ménagère belge rechigne à acheter de telles viandes parce qu'elles sont trop rouges par rapport au BBB quasi anémique, surtout si c'est du bétail à l'herbe, lorsque la viande a été grillée, cela ne se voit pas dans l'assiette, mais cela se goûte dans la bouche.
J'ai eu l'occasion de manger du contrefilet de boeuf irlandais "dry aged" (c'est à dire maturé à sec plusieurs semaines à 0°), avec une bordure de 1,5 cm de gras, à côté d'un contrefilet de bleue des prés. Si vous êtes amateur de viande, il n'y a pas photo : la bleue des prés, était plus ferme, sans goût alors que l'irlandais fondait en bouche et nous a procuré beaucoup de plaisir. Et je ne suis pas le seul : lacuisineaquatremains.blogs.lalibre.be/archive/2009/10/23/du-boeuf-dry-aged-a-bruxelles.html 
Au prix que l'on paye au restaurant, on recherche le plaisir de manger : les restaurateurs le savent bien.

JM Moreau
le 06 Juillet 2011 15h57

@ obelix
J'entends souvent cet argument de la bonne valorisation des femelles après 2 ou 3 vêlages. C'est souvent l'argument massue, celui qui clôt la discussion car il est supposé ne laisser aucune place au doute ...
Le revers de la médaille, c'est que vous devez conserver toutes vos jeunes femelles vu le très haut taux de réforme du système BBB. Cela agit aussi sur les paramètres environnementaux qui à l'avenir ne s'adouciront certainement pas (verdissement annoncé de la PAC, diminution des gaz à effet de serre, etc ) ...
Les éleveurs de races à plus faible taux de réforme ont, quant à eux, la possibilité de vendre les jeunes femelles non nécessaires pour le renouvellement sous forme de broutardes, certains marchés étant demandeurs de ce type de bétail (Espagne par exemple). Celui qui se cantonne à un système naisseur avec de telles races, peut, par "matrice" qu'il entretient, vendre 5 à 7 broutards/broutardes en plus de la réforme en fin de carrière contre 1 ou 2 broutards avec une BBB réformée à 5 ans qui sera peut-être mieux valorisée.
Le coût d'élevage de la femelle de remplacement dans l'un ou l'autre système a aussi forcément une répercussion différente : réformer à 25% cela signifie moitié moindre de génisses d'élevage qu'à 50% et donc la possibilité de plus de vêlages pour une superficie donnée.
Le bilan devrait donc être analysé en tenant compte de tous les paramètres, l'ultime étant le revenu net par hectare, la valorisation étant, bien entendu, dépendante du type de bétail.

Jmf
le 06 Juillet 2011 18h20

Je constate, Mr Moreau, que l'Angus ou Gallowé d'Aberdeen a votre préférence comme viande rouge persilée..
Pourriez- vous m'expliquer, quel est le chemin à parcourir pour valoriser ce type de bétail présent dans mon exploitation pour en retirer un revenu intéressant sans trop de frais d'abattoir ? et d'intermédiaires. Les marchands ne sont toutefois pas intéressés... alors quelles filiales envisageriez-vous pour ce type de bétail ?

JM Moreau
le 06 Juillet 2011 18h41

Ce type de viande devrait intéresser l'HORECA, au moins les découpes dites nobles (morceaux à griller, rôtir, poêler), peut-être d'autres morceaux pour des préparations spéciales.
C'est donc de ce côté qu'il faut chercher, notamment des chevilleurs qui seraient orientés vers la fourniture directe de ce secteur ou via des centrales.
Personnellement, je n'en connais pas.
Si j'apprends que quelqu'un souhaite se lancer dans la production de "dry aged beef", je l'informerai de votre recherche de débouchés, mais il faudra pour cela autre chose qu'un pseudo ...

bbb
le 06 Juillet 2011 21h54

Le gros avantage du BBB je le tire depuis que je vends les veaux mâles à 3 semaines aux prix ou certains vendent leur tourrillon français qui ont 1 an!!!

obelix
le 07 Juillet 2011 00h02

les français on quelques petites filieres qui valorise bien les genisses, mais c'est marginal...
l'italie, l'espagne ou la hollande.... a quel prix depard ferme?? faut presque donner des sous avec...
les pousser jusque deux ans?? les engraisser? pas de deboucher, resultat nul...

en bbb, mettre tout à taureau est la meilleure maniere de valoriser ces femelles...

l'argument environnemental comme vous le presenter ne tien pas la route... si je vous suis, comme je vend des genisses de moins d'un an, j'ai moins de betes donc je pollue moins!! donc il faut vendre le maximum de veau et ne rien engraisser sur l'exploitation???

Envoyer
Fermer

Maïs

par Stechou , le 15 Août 2022 19h18

C\'est parti pour la récolte de maïs, le gibier est dedans, le soleil a fait son œuvre, on va voir le résultat.. je n\'ai pas été voir les miens. Les betteraves sont toujours là, les prairies la

Newsletter SPW Agriculture en Province de Luxembourg du 26/07/22

par Benoît GEORGES, le 29 Juillet 2022 01h08

Les informations et évènements agricoles en Province de Luxembourg et en Wallonie susceptibles de vous intéresser et diffusés par le SPW Agriculture, Direction de la Recherche et du Développement

CePiCOP : l\'actu en céréales de cette semaine

par Benoît GEORGES, le 27 Juillet 2022 14h22

CePiCOP asbl : \"Pour l\'actu en céréales de cette semaine, c\'est par ici!???? centrespilotes.be/msg/299  ???? Au programme cette semaine : 1. ????Agenda???? -Foire de Libramont, passez nous v

Le fiasco des entrées à la foire

par Jeune agri , le 22 Juillet 2022 19h03

Encore un grand coup de nos autorités et de la foire pour la distribution des cartes d\'entrées. Malgré avoir coché la \'bonne\' case, il semble que de nombreux agriculteurs n\'aient toujours pas re

Reprise ferme

par Reprise , le 22 Juillet 2022 07h21

Bonjour, Comment s\'y prendre pour bien estimer la valeur du matériel et des animaux d\'une ferme ? Sachant que les prix varient un peu en période incertaine. On pensait faire venir au moins 3 marchan

Appréhender l’évolution des sécheresses en Belgique

par Benoît GEORGES, le 20 Juillet 2022 17h56

[Vidéo article] … Une sécheresse agricole se caractérise par un déficit entre les précipitations et l’évapo-transpiration potentielle, soit la demande en eau des cultures. La réponse poss

Les plus commentés

    89 commentaires
  1. La secheresse le gouvernement wallon va t il bouger
  2. 14 commentaires
  3. Sécheresse
  4. 14 commentaires
  5. Lisier

Les plus aimé

    22 j'aimes
  1. par Phil.0: Non, non, c'est bien la grenouille qui veut paraître aussi grosse que le bœuf.
    Fout un peu la paix ...
  2. 19 j'aimes
  3. par Phil.0: La prochaine fois que vous devrez voter pour lui, dites vous aussi que c'est encore prématuré.
  4. 19 j'aimes
  5. par abcd: Une terre agricole s est vendue à un jeune agri qui a une petite ferme et la région wallonne a pri...