OGM et société

par Ir JM Moreau, le 30 Mai 2011 15h29

Ce dernier WE, nous avons assisté à une double manifestation dans la région de Gand : celle de faucheurs, rétifs aux progrès de la science, relayée par la presse, et celle de "Save our science", entendant mobiliser les citoyens concernés par la liberté de la science.
Ailleurs dans le monde, la rumeur sur les suicides d'agriculteurs indiens liés à l'utilisation de semences de cotonnier Bt, argument souvent employé par les premiers, est une nouvelle fois démentie par des études et des investigations rigoureuses.
Une étude de Glenn Stone, professeur d'anthropologie à l'Université de Washington menée de manière indépendante sur une longue durée et publiée en mars 2011 dans la revue World Development, infirme à nouveau l'hypothèse selon laquelle les OGM seraient à l'origine d'une vague de suicides.
Cette étude, comme bien d'autres, ne nie pas les suicides de paysans indiens qui sont hélas une réalité, mais qui ...

le Pay
le 30 Mai 2011 16h48

Mr Moreau,
Voous qui avez bien le temps, je vous invite chaleureusement à visionner le film "le monde selon monsanto" :
www.dailymotion.com/video/xf4as1_le-monde-selon-monsanto-divx_news 
Défendre les ogm comme vous le faites c'est vous rendre complice de criminels mr Moreau.
Je ne veux pas de réponse de votre part si vous n'avez visionné le film.
J'invite d'ailleur tout les agriculteurs a le regagarder consciencieusement pour se faire une idée, mais c'est au législateur de prendre les bonnes décisions.


JM Moreau
le 30 Mai 2011 20h48

suite
ne se montre ainsi perméable qu'aux seuls arguments allant dans le sens de ses a priori et expose aux téléspectateurs l?image d?un monde binaire, avec des bons et des méchants.
Si vous examinez un tant soit peu la situation sans préjugé, vous constaterez que Monsanto n'est pas seul sur le marché des PGM dans les pays où leur culture se généralise. L'Inde, le Brésil et la Chine ont une recherche publique fort développée : les cotons Bt, par exemple, sont produits par le public en Chine (100% - les chinois ne voient pas d'un bon oeil que les semences soient vendues par une firme privée) et en Inde, mais dans ce pays, vos 6.300.000 collègues fermiers préfèrent acheter la semence Monsanto, plus productive.
Personnellement je n'achète pas de produits Monsanto. Si j'ai besoin de glyphosate, j'achète un produit blanc nettement moins cher et tout aussi efficace. Je ne contribue donc nullement à leurs profits. Je n'ai par ailleurs aucune sympathie particulière pour cette société. Je déjà précisé sur ce site que être "pour ou contre" n'a aucun sens : l'évaluation d'une plante transgénique doit toujours s'effectuer au cas par cas : on distinguera l'espèce (maïs, colza, papaye, poirier, pomme de terre, etc), le caractère introduit (résistance à des insectes ravageurs, à des virus, tolérance à un herbicide, etc), les pratiques agricoles associées (l'herbicide associé à la plante transgénique a t-il moins d'impacts sur l'environnement que ceux utilisés sur les plantes conventionnelles ? Est-il utilisé de manière raisonnable ?). Un OGM donné peut donc procurer des bénéfices aux agriculteurs, être meilleur pour l'environnement, etc..., à un endroit donné. A un autre endroit, la même variété de plante peut n'avoir aucun intérêt.

Vous insultez les dizaines de millions de vos collègues fermiers qui ont librement choisi de cultiver des PGM en les traitant de criminels. Je ne parlerai pas des autres OGM lesquels sont une source de progrès en médecine et pour lesquels des positio

JM Moreau
le 30 Mai 2011 20h53

suite
Vous insultez les dizaines de millions de vos collègues fermiers qui ont librement choisi de cultiver des PGM en les traitant de criminels. Je ne parlerai pas des autres OGM lesquels sont une source de progrès en médecine, permettent la production de médicaments et pour lesquels des positions rétrogrades font que notre recherche européenne est larguée par rapport aux USA et aux pays cités plus haut.
L'atmosphère morale dominante dans l'UE, dominée par les campagnes catastrophistes alimentant des peurs, empêche les biotechnologies végétales d'être perçues comme un enjeu stratégique pour construire l'avenir de notre agriculture. Qui sont les criminels ?

JM Moreau
le 30 Mai 2011 21h21

@ M le Pay
Si vous avez la curiosité de vous informer, je vous recommande la lecture du livre de JC Jaillette "Sauver les OGM" . Cet auteur fut responsable en novembre 1996 de l?article de Libération intitulé « Alerte au soja fou », un titre considéré par les sociologues comme ayant largement participé à la création du mouvement de peur qui s?était alors emparé de la population française au sujet des OGM.

Si vous n'avez pas le temps, voyez le commentaire au bout de ce lien : www.com-agri.fr/documents/sauvez%20les%20ogm.pdf 

Il est temps d'échapper au discours idéologique, sans pour autant mépriser les questions éthiques posées par les biotechnologies. La production agricole plafonne depuis plusieurs années ; la crise alimentaire a déjà provoqué des émeutes ; le prix de l'énergie flambe, sans espoir réaliste de retour en arrière. Sans nouvelle révolution, l'agriculture ne pourra faire face aux besoins, au risque de graves tensions internationales. Passer à côté de ce que laissent espérer les OGM serait suicidaire, à défaut d'être criminel. Et laisser se développer des entreprises quasi monopolistiques comme Monsanto sans organiser une concurrence serait tout aussi fou.

Vacciné
le 30 Mai 2011 21h24

Nous sommes mal documentés par des étiquettes pas très corrects sur des produits déjà commercialisés avec OGM intégrés .
Les recherches vont bon train, mais peut-être donner des indicateurs sur les souris d'abord, avant les humains.
Les médecines douces comme homéopathie sont également critiquées, mais elles ont aussi une autre place que l'effet placebo.
La patate de Wetteren ne m'inspire pas très confiance car cela reste un prototype d'essai...
Je n'oserais la manger sans avoir fait goûter au préalable mon serviteur dégustateur journaliste... mais aussi en connaître la portée pécuniaire future pour nos frites.
Mais le Roundup est devenu un produit utilisé régulièrement dans l'exploitation.

JM Moreau
le 30 Mai 2011 21h55

Et pour édifier les lecteurs de ce site sur les "qualités" journalistiques de Mme Robin, une analyse au sujet de son dernier film, "Du poison dans nos assiettes" : afis-ardeche.blogspot.com/2011/03/du-poison-dans-nos-assiettes-ou-dans.html 
Les spectateurs adhèrent à la thèse de Robin non parce qu'elle paraît juste, mais parce que, d'une part, elle est livrée avec un message politique alléchant (la lutte du petit peuple contre les grosses multinationales, le rejet d?une mondialisation inhumaine), et, d'autre part, parce qu'elle s'appuie sur cette peur paradoxale du « produit chimique » alors que tout ce qui nous entoure est chimique.
A propos de produits chimiques, savez-vous que le chocolat bio contient, notamment, du monoxyde de dihydrogène en grande quantité (provoquant en inhalation la mort par asphyxie, le contact prolongé avec sa forme solide provoque des lésions des tissus et ce produit est rejeté en grande quantité par les centrales nucléaires), de la théobromine (outre qu'il a des effets similaires au cannabis, ce produit chimique provoque à haute dose et même à faible dose chez les chiens par exemple une intoxication parfois mortelle), de la synéphrine (très proche chimiquement de l'éphédrine ? un produit interdit à la vente depuis 2003 à cause de ses effets néfastes ? elle présente des dangers importants, créant notamment des troubles cardiaques, nausées, insomnies, maux de tête).
On peut aussi inquiéter des gens, et en faire paniquer certains, en leur annonçant que leur jus d?orange bio contient de l?acide ascorbique, qui n?est que de la vitamine C?

le Pay
le 31 Mai 2011 13h00

Mais quel acharnement Mr Moreau.
Contrairement à ce que vous voulez me faire dire, ce ne sont pas les agriculteurs qui utilisent les produits les responsables, mais bien les organes certifieurs corrompus qui les autorisent, c'est prouvé par a+b dans le film, alors un bon conseil à tout le monde ne vous laissez pas influencer par les commentaires comme toujours subjectifs de Mr Moreau, regarder le film et faites votre idée, l'enjeu est énorme, car au Canada par exemples tout les maïs sont contaminés par les ogm et c'est irréversible.
Sortons l'agriculture e l'OMC pour nous et nos consommateurs, sauvegardons une agriculture raisonnable de qualité.

JM Moreau
le 31 Mai 2011 15h58

@ M le Pay
Imperméable à toute analyse scientifique, vous illustrez la phrase de La Fontaine qui disait "Chacun croit fort aisément ce qu'il craint ou ce qu'il désire". En ce sens vos croyances sont bien l'expression de vos émotions, une manifestation non pas purement intellectuelle mais avant tout affective. La croyance est associée à une réponse biologique toute faite qui, lorsqu'elle est installée, est semblable à une forte émotion, c'est-à-dire inatteignable par le raisonnement, hors d'atteinte de toute discussion.
Aucun animal ou humain ayant consommé maïs, soja, colza, papaye, tomate, huile ou tourteau de coton, etc obtenus par les techniques de biotechnologie ne s'est retrouvé à l'hôpital. Les 15 millions de vos collègues qui en Europe ou ailleurs gagnent leur vie et celle de leur famille mieux qu'avant ne partagent certainement pas votre avis.
Et sachez bien que ce n'est pas l'autorité (scientifique) qui a force de loi, ni la réputation de celui ou de ceux qui soutiennent telle ou telle thèse, mais les protocoles de validations sérieux et honnêtes établis par la communauté scientifique, les comités de lecture et des publications irréfutables, argumentées, vérifiables.
Mais c'est votre droit de croire au complot universel, à la corruption généralisée, y compris des chercheurs de la sphère publique qu'ils soient belges, chinois, brésiliens, français, indiens ou américains et de déifier Mme Robin ...

Piet Van
le 31 Mai 2011 16h53

A se demander, Mr Moreau, quelle abeille vous a piqué ? S?il en existe encore une pour coloniser les fleur d?Amflora vers les patates voisines ?
Ne vous emportez pas, c?est Jeudi l?Ascension..
Mais pour des concombres infectés de la bactérie connue, nous ne savons pas encore leurs origines.. comme quoi la traçabilité n?est pas toujours celle que l?on croit et on a tendance à incriminer le plus faible espagnol..
Pour le cas ici, Wetteren, il ne sera pas difficile de déterminer les dégâts si la maladie était irréversible ? Concernant cette contamination pour les futures maladies à venir, en espérant qu?il n?y en ait pas, car ce serait une catastrophe pour les patatiers belges.
Vous comprenez, la police Belge a clôturé le champ et surveille les Toulousains défenseurs des futures hé moreau ïdes??.

le Pay
le 31 Mai 2011 17h29

revisionnez donc le film mr Moreau, tout y est, mais vous préférez vous voiler la face et rester dans vos convictions évidemment ! pour ne citer qu'un exemple, comment se fait il qu'un juriste employé par monsanto se retrouve par hasard quelques années plus tard certificateur ? le ministre sous Busch père qui à sous pression autorisé les ogm en amérique reconnais aujourd'hui le regretter amèrement ! ...etc, etc il faut rgarder le film et vous comprendrez mais vous êtes braqué. la réalité dixit Amid faljaoui du journal trends tendance, c'est qu'il y a en moyenne 35 lobyistes par politien en Amérique, alors permettez moi mr Moreau de supecter la corruption, tout ces gents ne financent pas les élections des représentants pour leur beaux yeux.

JM Moreau
le 31 Mai 2011 18h29

Tout est dans le film dites-vous. Marie-Monique Robin, selon des journalistes français, ne supporte même pas la contradiction de la part d?experts. Parce que, eux, c?est bien évident, ils ont tous été achetés !
www.agriculture-environnement.fr/spip.php?article344 
L'auteur a aussi été acheté je suppose, puisqu'il conclut son billet ainsi : Comme Voleurs d?yeux, le reportage Le monde selon Monsanto apparaît in fine être « l?illustration d?une thèse », celle d?un militantisme anti-OGM radical qui fait de Monsanto le c?ur d?une menace planétaire. C?est sûrement ce qui explique pourquoi sa diffusion auprès des parlementaires, le 31 mars 2008, n?a suscité qu?un faible intérêt. Comme le soulignait en son temps Talleyrand, « tout ce qui est excessif devient insignifiant ».
Quant au pdt testées par l'UGent, le facteur de résistance provient d'une solanacée sauvage. Les blés résistants au piétin verse proviennent de l'introgression d'un gène de résistance de Aegilops ventricosa, une graminée aussi appelée Triticum ventricosum. Cherchez l'erreur !
La domestication des espèces végétales et animales par l?homme remonte à plus de 10.000 ans. Dès le début de l?agriculture, les végétaux ont été transformés par l?homme qui a choisi, puis créé des mutants, a utilisé très tôt les aptitudes des végétaux à la multiplication végétative ou au greffage pour régulariser les productions ou les protéger au plan sanitaire. Dès qu?elles ont été découvertes, les lois de la génétique ont été utilisées pour raisonner la sélection sur descendance. La transgénèse est donc arrivée dans la suite logique de l?appropriation des progrès de la science pour l?amélioration des plantes.
Encore une fois, Monsanto, cible de Mme Robin, n'est pas la seule entité à fournir des semences OGM dans le monde. Et 15 millions de fermiers voient leurs revenus assurés de la sorte, sans que cela pose le moindre problème de santé.

JM Moreau
le 31 Mai 2011 20h42

Voir l'avis d'un agriculteur, Jacques Beauville (200 ha près de Toulouse) : www.terre-net.fr/dossier_special/?idDoss=91&idrub=1788&id=47383 
Il précise aussi :
"J?ajoute que pour ma santé je préfère une semence de maïs résistante aux insectes que de faire des pulvérisations d?insecticides qu?on inhale forcément malgré les mesures de protection que je prends. Il en est de même pour mes voisins puisque mon exploitation se trouve en zone péri-urbaine." et
"le maïs Bt va dans le bon sens puisqu?il élimine les insectes parasites comme la pyrale et la sésamie et qu?il épargne en même temps les autres insectes souvent très utiles comme les abeilles, les coccinelles ou les scarabés grands amateurs d??ufs de limaces. C?est très important pour moi qui implante mes cultures sans labour avec un travail superficiel. Je dois protéger l?ensemble des arthropodes (insectes compris) ; j?ai réussi à créer un écosystème favorable à la culture et à la vie dans les premiers centimètres du sol ; il faut donc que je le préserve à tout prix."

le Pay
le 01 Juin 2011 11h58

Il n'y a pas que le film mr Moreau,
pas plus tard qu'il y a un mois, un agriculteur Canadien (conventionnel, pas bio) est venu témoigner des dégats occasionnés par le maïs transgénique. Ce monsieur s'est rendu compte que son maïs était mal formé alors il a laissé analyser et le résultat était que son maïs avait été polénisé par du maïs transgénique. Il a donc porté plainte. C'est passé au tribunal et au lieu d'être indemnisé, c'est lui qu'on a fait payer parce que monasanto est arrivé a obtenir que soi disant c'est lui qui aurait utilisé des semences ogm sans brevet !!! est ce que vous vous rendez compte de ou on va ????
Qui a à gangner du pognion dans cette confrontation ? Quand ils auront tout pollué c'est nous qui devrons payer mais ça comme d'ab vous vous en foutez mr Moreau.

obelix
le 01 Juin 2011 12h43

tu as des lients sur cette histoire de maïs ??????? jamais entendu parler!!!

il ya eu plusieurs agriculteurs canadiens condamné pour utilisation illegale de semence OGM (non payement des royalties ) .
les mouvements antiogm on utiliser à leurs faveur le plus mediatique d'entre eux Percy Schmeiser . ce monsieur qui se presente comme un pauvre paysans qui se fait attaquer par monsanto a ete condamné par la plus haute cour de justice de son pays.....
dans son pays, il n'y a personne pour le defendre!!!!!!!!!
il a ete prouver qu'il avait selectioner de la semence ogm, et qu'il l'avait fait trier... pour en semer pas moins de 500 Has.............

je t'invite a te rendre sur les forum canadiens, mes informations viennent de la....

le Pay
le 01 Juin 2011 14h16

voici un article qui traite d'un des problèmes au canda.
Syngenta au Canada ?
Sur cette page Communiqué de presse - 30 mars, 2005
Amsterdam et Montréal, 31 mars 2005? L?entreprise de biotechnologie Syngenta a tenté d?induire en erreur le public lorsqu?elle a admise la semaine dernière que son maïs OGM Bt10 avait été cultivé illégalement pendant 4 ans (2001-2004) aux États-Unis. Notamment, Syngenta a négligé de dire que le Bt10 contenait un marqueur résistant à un antibiotique. Il est fort probable que ce maïs OGM ait contaminé également les cultures au Canada.
Syngenta déclarait « ce qui est unique est le fait que le Bt10 et leBt11 sont physiquement identiques » [notre traduction]. Des recherchesfaites notamment par des ONG ont révélé que le marqueur de résistanceantibiotique du Bt10 était de l'ampicilline.

L'ampicilline est un antibiotique important et utilisé trèslargement pour traiter les infections chez l'humain et les animaux. Ladirective 2001/18 de l'Union européenne exigeait que ce type demarqueur résistant à un antibiotique (qui pourrait avoir des effetsnégatifs pour la santé) soit retiré des OGM avant la fin de 2004. Mêmel'Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (AESA) qui est rarementcritique des OGM a déclaré que ce type d'antibiotique « ne devrait pasêtre présent dans les plantes OGM mises sur le marché » (AESA, 2004).

Lindsay Keenan, responsable de la campagne OGM pour Greenpeacedéclare : « il est incroyable que Syngenta, après 4 mois de préparationpour rendre publique la contamination illégale par du maïs OGM Bt10 de37 000 acres affirme qu'une plante OGM soit physiquement identiquequ'elle contienne ou non un marqueur résistant à un antibiotique. »

Éric Darier, responsable de la campagne OGM à Montréal déclare :«Basé sur le fait que le maïs Bt11 soit autorisé au Canada et qu'ilexiste un marché transfrontalier des semences entre le Canada et lesÉtats-Unis, on peut présumer que le maïs Bt10 a également contaminé lescultures aux Canada. Le fait q

le Pay
le 01 Juin 2011 14h30
JM Moreau
le 01 Juin 2011 18h35

M le Pay est vraiment tourné vers le passé : son "actualité" date de plus de 6 ans !!

Je préfère les entrepreneurs tournés vers l'avenir. En effet, qu'on le veuille ou pas, nous avons besoin en permanence de nouvelles variétés (ne fut-ce que pour de simples raisons biologiques). Dès lors, le problème essentiel qui se pose est de savoir par quelle technique on les obtient ! Est ce que les sélectionneurs doivent continuer à utiliser les recettes empiriques des illustres sélectionneurs des siècles précédents qui ont fait avec leurs moyens, leurs connaissances du moment, beaucoup de chances aussi, un travail remarquable en améliorant peu à peu toutes les variétés actuellement cultivées ou utilise t-on les techniques ultra performantes actuelles (beaucoup moins empiriques) telle la transgenèse ?
Le travail de tous les sélectionneurs du monde entier vise à obtenir des nouvelles variétés plus économes en intrants, moins exigeantes en eau, capables de se défendre toutes seules contre leurs multiples agresseurs qui ne cessent d'évoluer d?année en année et conduisant à des produits de qualité dans un contexte de changement climatique. La transgenèse constitue un outil sans précédent dans l'histoire de l?amélioration des plantes et donc de l'humanité pour arriver plus sûrement à atteindre ces multiples objectifs.
Cessez donc d'être le thuriféraire d'une idéologie basée sur un dogme, à savoir "les OGM c'est de la m... et les chercheurs-experts des merdeux corrompus, tous des pourris qui plus est financés par le grand capital, des savants fous qui veulent anéantir la planète (et leurs femmes et leurs enfants avec!)". De tels dogmes n'ont jamais fait progresser l'humanité, que du contraire.
Aucun agriculteur n'est obligé d'utiliser les semences de Monsanto ou autres. S'ils le font, c'est un choix délibéré, qu'ils doivent effectivement payer (semences plus chères que des semences conventionnelles) et, par contrat, ils s'engagent à ne pas les ressemer. C?est clair, net, précis et

le Pay
le 01 Juin 2011 19h01

Il ne faut jamias oublier le passé mr Moreau, vous parlez comme ces flamingants qui voudraient qu'on oublie la collaboration ou Le Penne les chambres à gazs.
Les erreurs du passé doivent nous empêcher de faire les mêmes dans l'avenir mr Moreau, et surtout qu'ici nous nous engageons vers quelque chose d'irrévesible.
Voici 2 produits "miracles" qui laissent encore de lourds séquels aujourdh'ui pour ne citer qu'eux.
- Les PCB ou polychlorobiphényls sont des dérivés chimiques chlorés, regroupant 209 substances apparentées. Entre 1930 et le début des années 80, les PCB ont été produits pour des applications liées aux transformateurs électriques et aux appareils hydrauliques industriels. Leurs propriétés remarquables en matière d?isolation électrique et de stabilité thermique, leur lubrification excellente et leur résistance au feu y furent bien utiles. Cependant, leur production a été interdite en 1985 lorsqu?il est apparu qu?ils présentaient un danger pour l?homme et pour l?environnement. Ils doivent être éliminés de manière contrôlée par des entreprises agréées de destruction des déchets et leur utilisation doit être définitivement arrêtée pour 2010.
-l'agent orange (officiellement désherbant mais a servit a défricher les foret au Vietnam se qui a au passage déformé les vietnamien le Vietnam a encore des enfants mal formé naissant a cause de ça)
Ce que vous définissez comme clair net et précis, j'appelle çà de l'asservissement des peuples, de la manipulation de masse et de l'hypocrisie totalitariste.

JM Moreau
le 01 Juin 2011 19h54

Suite
Aucun agriculteur n'est obligé d?utiliser les semences de Monsanto ou autres. S'ils le font, c'est un choix délibéré, qu'ils doivent effectivement payer (semences plus chères que des semences conventionnelles) et, par contrat, ils s'engagent à ne pas ressemer. C?est clair, net, précis et annoncé à l?avance.
Racheter ses semences chaque année n'est pas nouveau? le maïs hybride nécessite d'être ressemé chaque année tout comme tous les hybrides F1 réalisés sur différentes espèces (pour qui a fait un tant soit peu de génétique élémentaire et aura appris les lois de Mendel comprendra aisément pourquoi !). Mais il y a toujours des personnes malhonnêtes pour ne pas respecter les contrats qu'ils signent et cela partout dans le monde et dans tous les domaines d?activité.
Ces fameuses multinationales ne s'emparent nullement des ressources vivantes de la planète? A partir d?une ressource donnée (qu'ils ne font donc pas disparaître) ils en créent une nouvelle ! Ensuite, c?est la loi du marché qui joue ! Comment imaginer que des technologies qui n'offriraient aucun avantage hormis à celui qui les vend trouvent preneurs sur un marché, même faussé par des logiques monopolistiques ?
C'est probablement cela qui dérange certains.
Quant aux erreurs du passé, je partage votre opinion : leurs leçons doivent nous empêcher de les reproduire. Mais vous n'avez donné aucun exemple de conséquences négatives comparables à l'agent orange (un mélange de 2,4-D et de 2,4,5-T que vous avez certainement utilisé pour éliminer chardons, rumex et autres dicotylées indésirables dans vos prairies ...) ou au PCB (ou à la dioxine ou à l'amiante ou aux phtalates que vous avez oublié de citer) résultant de la consommation de maïs, de soja, de colza, de papaye, de tomates, de pommes de terre etc .. OGM. Rien que des diatribes contre Monsanto et ses pratiques, tellement évidentes pour vous qu'elles n'ont pas besoin d'être démontrées. En réalité cette attitude traduit une opposition fondamentale à la tech

JM Moreau
le 01 Juin 2011 20h01

Suite
En réalité cette attitude traduit une opposition fondamentale à la technologie que vous rendez responsable de la dégradation de la nature et à ce que considérez comme les méfaits du capitalisme : revenir à un ordre naturel où l'Homme produit essentiellement pour lui-même, un ordre naturel qui n'a nul besoin de technologie, d'écoles et où le commerce se réduit à un commerce de proximité. Décroissance, facteur de progrès !
Les pays qui n?auront pas investi dans la production de variétés nouvelles adaptées aux évolutions climatiques seront totalement dépendants de ceux qui auront réalisé ces investissements. La souveraineté alimentaire mise en avant en permanence par les tenants de la décroissance aboutit à la dépendance économique et à la soumission politique.
C'est cela l'asservissement des peuples, pas la liberté de pouvoir choisir ce que l'on veut cultiver.
Et finalement, ce sont les entreprises américaines de biotechnologie comme Monsanto qui sont les grandes gagnantes, leurs concurrents européens ayant été évincés par les campagnes d?arrachages et autres interdictions idéologiques ou obligés de se délocaliser. Cherchez l'erreur !

Piet Van
le 01 Juin 2011 20h47

A contrario, celui qui travaille honnêtement dans les serres de concombres, se voit lyncher par des souverains alimentaires allemands sur des accusations médiatiques...à tort.
La société Frunet avec les 170 ouvriers au chômage technique peut mettre la clé sous le paillasson. Et tout le secteur des légumes espagnols est attaqué .Qui va indemnisé ces entreprises saines contre les géants industriels.
Ne pensez-vous pas que ce scénario ressemble aussi au combat des anti ogm...... ?

le Pay
le 02 Juin 2011 11h03

Vous dites que l'on nous laisse le choix mr Moreau, encore une fois FAUX !!
Les OGM qui émettent des insecticides sont présentés par les chercheurs et par les industriels comme formidables car on n?aurait alors pas besoin de mettre d?insecticide.
La reproduction sexuée des plantes fait intervenir, pour une bonne part d?entre elles, la pollinisation croisée, ce qui a pour conséquence qu?une plante OGM peut parfaitement transmettre les nouveaux gènes à une autre plante voisine non transgénique appartenant à la même espèce.
C?est ce qu?on appelle la pollution génétique.
Celle-ci contrairement à toute les autres pollutions crées par l?homme est irréversible : elle se transmet de plantes en plantes sans qu?aucun contrôle soit possible.
Exemple : Au Canada le colza sans OGM n?existe pratiquement plus du fait de la pollution génétique.

le Pay
le 02 Juin 2011 11h06

Mr Moreau, Vous voulez toujours défendre l'indéfendable aux yeux tout qui à le bon sens paysan.
Oxfam le rapelait encore à la radio aujourd'hui, la majorité des africains sont des paysans, et notre surproduction à nous exportée là bas au rabais les tue.
Combien de miliers de paysans brésiliens n'ont ils pas disparus au profit des grosse sociétés productrices et exportatrices de soja ogm.
Si on continue dans cette voie, la révolution arabes va se propager dans le monde entier.
Mr Moreau Toutes vos théories thèses ou je ne sais comment on doit les apeler ont pour conséquences des riches de plus en plus riches et des pauvres de plus en plus pauvres.
la société Detry a, à l'image de certaines grosses fermes, liquidé presque tout les petits marchands, moulin, transformateurs de viandes autour de lui il y a 35 ans.
Et maintensnt c'est lui qui disparait progressivement parce que trop gros ou pas gros assez
Ou est la morale la dedans ? A mon sens il est grand temps de dire STOP trop is te veel.

JM Moreau
le 02 Juin 2011 21h57

Ce qui me rassure, c'est que dans le monde, notamment au Brésil (avant l'autorisation officielle par Lula, les petits fermiers allaient acheter de la semence de soja en Argentine et la passait en fraude), c'est une majorité de petits agriculteurs qui cultivent soja, coton, maïs OGM, par choix délibéré, en toute connaissance de cause, et payent plus cher pour ces semences. Il y en a plus de 14 millions qui ont certainement autant de bon sens paysan que vous. Je ne suis donc pas seul à penser que c'est une solution.
Au Brésil, 25,4 millions d'hectares ont été semés sous OGM en 2010. Pour suivre de près l'actualité agricole brésilienne, vos affirmations sont une fois encore de la propagande.
Je répète une fois de plus : être "pour ou contre" n'a aucun sens : l'évaluation d'une plante transgénique doit toujours s'effectuer au cas par cas : on distinguera l'espèce (maïs, colza, papaye, poirier, pomme de terre, etc), le caractère introduit (résistance à des insectes ravageurs, à des virus, tolérance à un herbicide, etc), les pratiques agricoles associées (l'herbicide associé à la plante transgénique a t-il moins d'impacts sur l'environnement que ceux utilisés sur les plantes conventionnelles ? Est-il utilisé de manière raisonnable ?). Un OGM donné peut donc procurer des bénéfices aux agriculteurs, être meilleur pour l'environnement, etc..., à un endroit donné. A un autre endroit, la même variété de plante peut n'avoir aucun intérêt.
Enfin, les OGM Bt n'émettent pas d'insecticide dans la nature. Il s'agit de la substance bien connue des agriculteurs bio ou ceux pratiquant la lutte intégrée, caractéristique de Bacillus thuringensis spécifique contre certaines noctuelles ou pyrales qui est produite par la plante (coton, maïs) suite à l'introgression du gène codeur de cette substance du B thuringensis dans leur patrimoine. Et Monsanto n'en n'a pas le monopole : en Chine, en Inde et au Brésil, la recherche publique produit aussi des variétés Bt.

bilout
le 03 Juin 2011 06h07

videos.tf1.fr/jt-20h/secheresse-le-gouvernement-lance-un-plan-d-urgence-6511658.html 
Dans ma région tout les pensionnés gardent leurs terrain pour faire de la vente d'Herbe. Et il n'y a pas qu'eux. certains investisseur achètent ou plutôt blanchissent de l'argent en achetant des terrains à trois fois la valeur et vendent l'herbe sur pied, ça rapporte beaucoup plus que la location. Même la Donation royale ne reloue plus ses fermes et vendent l'herbe sur pied par soumission, l'année dernière à 150€/ha et cette année à 350.
C'est quand même pas normal qu'un pensionné touche toujours des DPU en plus de sa pension. Ca devrais être interdit . Mais évidement à la FWA la moitie de ses membres sont pensionnés alors ils laisse faire..

FRV100
le 03 Juin 2011 09h03

@ Bilout
Tu es gentil quand tu dit la moitié!!
Il suffit de regarder la moyenne d'âge à l"assemblée générale", elle reflete bien la tendance!

ardennais
le 04 Juin 2011 11h55

le ministre devrais supprimé le paiement des MAE et redistribuer l'argent en fourrage pour les fermier qui sont dans le besoin comme la Famenne et l'Ardenne 1 FOURRAGE EQUITABLE

Agro
le 05 Juin 2011 11h13

@ mr Moreau : Les OGM sont eux-même la preuve de leur inutilité et d'un problème de système de fonctionnement de l'agriculture : la monoculture. Au lieu d'essayer de rassembler les gènes de plusieurs plantes dans une seule et de créer des monstres, pourquoi ne pas simplement semer des mélanges assortis en fonction des besoins et des nécessités? L'utilisation de trieurs à densité ne pose plus de problèmes pour ensuite séparer les différents composants après la récolte. Mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?

JM Moreau
le 05 Juin 2011 17h39

@Agro
Inutilité ?
Posez la question aux plus de 15 millions de vos collègues qui les cultivent eu Europe ou ailleurs dans le monde. Posez la question à vos collègues hawaïens qui depuis qu'il existe une papaye résistante au « Ringspot virus (PSRV) » ont retrouvé une rentabilité perdue : non seulement les plantes ne sont plus malades, mais il n'est plus nécessaire de traiter contre les insectes vecteurs et contre les maladies fongiques qui accompagnent souvent une infection. Aux USA et en Chine, l'utilisation de variétés de maïs et de coton Bt a pour effet de diminuer les populations de pyrales et de noctuelles, ce qui est tout bénéfice pour ceux qui cultivent les variétés traditionnelles (voir Hutchison W. D.et al (2010). Areawide Suppression of European Corn Borer with Bt Maize Reaps Savings to Non-Bt Maize Growers. Science, 8 October 2010, Vol. 330. no. 6001: 222-225 et Wu K.-M.et al (2008). Suppression of Cotton Bollworm in Multiple Crops in China in Areas with Bt Toxin?Containing Cotton. Science Vol. 321. no. 5896, pp. 1676 ? 1678.). J'ai aussi donné le témoignage d'agriculteurs du Burkina en rapport avec la culture de coton Bt. Vous avez un lien ci-dessus vers le témoignage d'un agriculteur français, M Beauville.
C'est vraiment faire peu de cas du fameux bon sens paysan. A moins que vous considériez que vous êtes seul détenteur de ce bon sens, puisque technophobe, et que tous les autres ne sont que des c.. ou des vendus.
Je répète une fois de plus : il y a suffisamment de place pour tous les types d'agriculture et personne ne devrait s'arroger le droit de dicter leur conduite aux fermiers et aux consommateurs surtout en bénéficiant de subsides publics : laissons le droit de choisir, fondement de la liberté individuelle, à tout un chacun.

JM Moreau
le 05 Juin 2011 17h49

M Le Pay, dans son "argumentaire", revient avec la fameuse résistance aux antibiotiques que les OGM, selon ses sources, développent dans l'environnement.
Dans une publication de 2008 (Antibiotic-resistant soil bacteria in transgenic plant fields, PNAS, March 11, 2008, vol. 105, no. 10 pages 3957?3962 - www.pnas.org/content/105/10/3957.full),  des chercheurs suisses (Genève) et français (Lyon) ont étudié les bactéries du sol dans des champs dans lesquels du Maïs Bt avait été cultivé pendant plus de 10 années consécutives. Ils ont voulu savoir si le transfert de gène de la résistance aux antibiotiques d'une plante OGM aux bactéries du sol était vraisemblable, comme l'affirment depuis longtemps, contre toute évidence, les opposants aux OGM. Leur conclusion est la suivante " ? nous, comme d'autres avant nous, n'avons détecté aucune évidence, au niveau cellulaire ou moléculaire, d'un transfert du gène blaTEM116 du mais transgénique Bt176 de Syngenta vers des bactéries. Si un tel transfert (bien qu'indétectable) devait malgré tout se produire il serait apparemment sans conséquence sur la structure de la communauté bactérienne ?" ; ce qui veut dire simplement que les plantes transgéniques ne contribuent pas à la présence d'une résistance aux antibiotiques chez les bactéries du sol.
Le gène bla a été identifié au niveau moléculaire par la méthode PCR dans plus de 87 % des bactéries du sol résistantes à l'ampicilline. Le gène blaTEM116 utilisé par Syngenta dans la construction du maïs Bt176 an été trouvé dans de nombreux isolats à plusieurs centaines de kilomètres des cultures OGM. Ce n'est pas surprenant puisque ce gène a été isolé par les chercheurs de Syngenta à partir de souches de bactéries du sol.
Encore un mythe démasqué.

Envoyer
Fermer

Les futures prime vaches allaitantes

par Louisleon, le 22 Mai 2022 20h23

A partir de 2023 toutes vaches ou genisses seront primables avant cela il fallait une referance minimun. Il est bien malheureux qu il aie fallut attendre tous ce temps pour que celui qui avaient je va

Surchargé travail

par Travail, le 20 Mai 2022 14h11

Parmi les forumeurs, certains ont-ils plus vite recours au service de remplacement plutôt qu\'à l\'entreprise ou un indépendant ? Quand on est équipé bien sûr. Par exemple, remplacement pour les t

[Vidéo] Des cultures plus résistantes au manque d\'eau,...

par Benoît GEORGES, le 17 Mai 2022 23h04

À Gembloux, RTL Info s\'est rendu sur une plateforme d\'expérimentation consacrée à la culture du blé dur. C\'est ici que Guillaume Jacquemin, ce sélectionneur de céréales au Centre wallon de Rec

[Vidéo] Des cultures plus résistantes au manque d\'eau,...

par Benoît GEORGES, le 17 Mai 2022 22h57

À Gembloux, RTL Info s\'est rendu sur une plateforme d\'expérimentation consacrée à la culture du blé dur. C\'est ici que Guillaume Jacquemin, ce sélectionneur de céréales au Centre wallon de Rec

Transmission d\'exploitations agricoles - Enquête pour les cédants et les repreneurs

par Benoît GEORGES, le 07 Mai 2022 16h16

Dans le cadre de son TFE en agronomie à la Haute Ecole Charlemagne, Isia de Huy, et de son stage à la FJA, Léa Rouxhet réalise une enquête. Si vous avez transmis votre exploitation agricole ou a

De la crasse

par Stechou , le 27 Avril 2022 08h40

J\'ai le levier de clignotants qui déconne, il fait tout le temps des appel de phare, rien de grave, je demande à la concession pour un nouveau levier !! Le prix htva 483 € ????? Pour un morceau d

Les plus commentés

    29 commentaires
  1. Engrais
  2. 9 commentaires
  3. Surchargé travail
  4. 6 commentaires
  5. Les circuits courts : une filière encore rentable?

Les plus aimé

    30 j'aimes
  1. par Jacques Martin : Perso je fais appel à l'entreprise. S'équiper coûte trop pour une ferme d'élevage de taille moyenn...
  2. 18 j'aimes
  3. par Phil.0: Ha les gaillards, toutes les excuses sont bonnes pour nous fourrer leurs foutues haies. ; ) ; )
  4. 15 j'aimes
  5. par Stechou : Et 25 hectares de sûr, qui ne souffriront plus de la sécheresse a Villers le bouillet, pour commen...