Lait : la part des producteurs devrait encore diminuer à l'avenir

par Ir JM Moreau, le 17 Décembre 2010 17h45

Selon le bureau international de recherche et d'analyse de marché Euromonitor, la part du producteur dans le prix de détail du lait dans l'UE continuera de se détériorer au cours des cinq prochaines années. Une étude récemment publiée prédit que la part du prix de vente au détail qui va aux producteurs devrait chuter de 42% à 38% entre 2009 et 2015, en ligne avec une tendance à la baisse qui a commencé au début de 2008. L'analyse prévoit que ce seraient les transformateurs qui récupéreraient la plus grande partie (leur part gagnant 3 points de pourcentage à 37%) tandis que les détaillants gagneraient 1 point à 25%.

Euromonitor explique ces prévisions par la diminution du nombre de producteurs laitiers de l'UE dans les prochaines années, la volatilité des prix entraînant la sortie du marché des petits producteurs. Dans le même temps, les gros agriculteurs, liés aux grandes coopératives, seront susceptibl

...

le Pay
le 17 Décembre 2010 18h14

Etant donné que je suis dans une coopérative, je ne devrais pas me tracasser puisque la différence va principalement au transformateur, donc ce que je ne toucherai pas en prix du lait, je le toucherai en dividende sur les parts ! Plus serieusement, qu'est ce que vous nous apportez avec des infos pareilles Mr Moreau, sinon nous saper le moral ce que vous vous faites un malin plaisir à faire . Encore merci pour ces 'bons voeux' de Noël ! Je viens de payer mais factures et tout est de nouveau parti ! Vous cà ne vous touche pas n'est ce pas, vous aller vous goinfrer sans vous tracasser... et bien bonne indigestion.

mirabelle
le 17 Décembre 2010 19h04

pas la peine de nous saper le moral... venez plutôt voir ce qui se passe tous les jours dans une ferme...moralement et physiquement...

jmf
le 18 Décembre 2010 03h09

Cela, c'est Euromonitor.com qui le dit avec version Moreau.... Mais que devrait dire alors Mondomonitor.net....? Y a -t-il encore des producteurs en Belgique ....

jeune agri
le 18 Décembre 2010 06h37

c'est quand même extraordinaire de voir tous ces gens travailler pendant des mois (je vous rassure pas plus de 40h/sem) pour arriver à déterminer notre avenir. J'en ai vraiment marre (Mr Moreau, je ne vous considère pas encore dedans) de ce tas de gens qui ne foutent plus qu'à nous sortir des rapports, des prévisions, des projections, .... sur notre avenir sans même connaître la réalité du terrain. Concentrez l'énergie que vous avez (le peu qu'il vous reste et je pèse mes mots) pour nous trouvez des solutions autres que de nous sortir de nouvelles subventions. A croire que ça les amuse de nous voir crever dans nos fermes comme des cons. vraiment marre de ces gens! Peut-être qu'ils pourraient encore se rattraper en regardant la réalité en face. je lance un nouveau concept de télé réalité : 'les fonctionnaires à la ferme'. Ca promet de rigoler!!

Benjy
le 18 Décembre 2010 10h19

Moi aussi j'ai payé mes factures, il me reste plus rien et morale a zero! Mais y a pas d'avance! Pq en vouloir a Mr moreau? je comprends pas! Il ne fait que vus rapporter une information. Si vous n'aviez pas internet ou ce site vous le liriez peut etre dans le plein champs un jour ou le sillon belge??? Vaut mieux voir la réalité en face que de faire la taupe et continuer sans refléchir! Quand je lis l'article, mon analyse pousse a la prudence en invesstissement non???

obelix
le 18 Décembre 2010 12h22

OUF !! il n'y a pas que des raleurs perpetuels sur ce site...... belle mise au point cul terreux! ;=)

mirabelle
le 18 Décembre 2010 12h58

D'accord Monsieur Moreau nous informe de la situation... Un message que jmf veut entre autre faire passer c'est qu'à son âge, et dont c'est l'anniversaire aujourd'hui, il a fini de payer ses investissements et devrait donc finir sa carrière plus paisiblement qu'un jeune avec encore des emprunts. Ce qui l'intéresse, c'est ne pas travailler à perte et la sauvegarde d'un maximum d'exploitations...Bref, un prix de revient rémunérateur et je peux vous dire qu'il s'y connaît en fiduciaire agricole... Comme tous, marre de la volatilité des prix... Merci de votre compréhension, cul terreux. Agricall n'aidera pas à résoudre les problèmes.

point barre
le 18 Décembre 2010 15h19

@ cul terreux Déjà un peu dommage ce pseudo méprisable pour le paysan. Si des termes péjoratifs injurient quelqu'un, le maître censeur du site s'en charge. Le reste de ton commentaire s'adresse à de la morale mal placée. Et je me doute fort que certains propos sur le site soient alors ' pour les agriculteurs et par les agris.'.. Prendre la plume, pour enfoncer régulièrement le travailleur qui fait marcher la boutique, que se soit par de la gestion rigoureuse et réfléchie ou par par ses compétences de terrains, ne doit pas être un acharnement de particratie touchant l'âme sensible des plus faibles... mais pas forcément des plus pauvres....

le Pay
le 18 Décembre 2010 15h25

@ le Cul Terreux Vous n'avez pas compris l'enjeu je pense. Nous sommes un certain nombre à nous battres depuis 2 ans contre le système qui nous conduit, comme ce qui est les cas des poulets et des porcs, soit à disparaitre soit à nous faire intégrer. L'industie à besoin de nous comme ouvriers et pour éliminer les effluants, pour eux notre rôle se résume çà, les bénef c'est pour eux. Par respect de notre profession et par fierté, nous ne voulons pas nous laisser faire. D'ailleur, la comission européenne va nous donner la possibilité de nous regrouper pour que nous soyions en position de force face aux autres maillons de la chaîne. Bizarement, Mr Moreau n'en a jamais parlé dans ses beaux articles. Il ne fait que développer la thèse de l'utra libéralisme et entretien ainsi un sentiment de fatalisme généralisé. Alors je ne sais pas qui injurie qui. Mais si vous préférer rester statique et vous laisser conduire sagement à l'abattoire, et bien tent pis pour vous et pour nous.

JM Moreau
le 18 Décembre 2010 16h00

Merci à MM Benji et Cul terreux. Cela confirme mon opinion que d'aucuns ont la fierté de leur métier et grâce à leur bon sens ancestral sont réalistes et en mesure de faire la part des choses ce qui n'est malheureusement pas le cas de tout le monde.

JM Moreau
le 18 Décembre 2010 16h10

@le Pay, Vous avez une lecture sélective : il vous suffit de relire tous mes billets relatifs au GHN lait dans les archives de ce site (je faisais part ici de ce qui se publiait en Espagne et au Portugal le lendemain des réunions). J'ai insisté à de nombreuses reprises sur l'importance des associations en prenant comme exemple les coopératives US qui négocient avec les laiteries le lait de leurs adhérents (80% de la production des USA). Mais à chaque fois on se focalisait sur 'l'esclavage des contrats' et non sur le fait que s'associer permet d'être plus fort vis à vis des acheteurs. Mon billet du 10/11 Volatilité des prix et G20 : relisez le et dites moi où vous trouverez que je défends un libéralisme pur et dur ? Dès le 1/11 agri-web publiait un billet relatif aux propositions de la Commission suite à une fuite (en anglais) que j'avais obtenue. J'y fait la part belle aux groupements. Les réactions se sont focalisées sur les quotas bien que tout le monde sait depuis 2004 qu'ils ne seront pas reconduits. Personne ne relève l'importance de se regrouper. Pour terminer, la conclusion de mon billet du 22/10 DPU et quotas laitiers : L?enjeu principal est donc de trouver les termes futurs d?une contractualisation qui s?inscrive dans une démarche «gagnant-gagnant». Je pense qu'une conclusion s'impose. Si un consensus en faveur d?une PAC globalement orientée vers le marché semble se dégager, nombreux sont ceux, D Ciolos en premier, qui reconnaissent qu'il existe un déséquilibre du «pouvoir de négociation tout au long de la chaîne alimentaire». Aussi, seuls, face au marché, la nécessité d?organisation économique des agriculteurs, de la production à la transformation, devient certainement plus que jamais essentielle. La coopérative devient ainsi l'une des rares alternatives au capitalisme sauvage. Si c'est développer la thèse du libéralisme alors nous n'avons pas le même sens des mots! J'ai aussi répété : tous les systèmes ont leur place en fonction du marché visé.

JM Moreau
le 18 Décembre 2010 16h38

@le Pay Sachez que je pense que ce que vous voulez défendre représente le fondement même d'une agriculture indépendante, libérale par essence, (ne pas confondre libéralisme et dérives spéculatives). C'est aussi mon souhait : réflexions du 11/12 sur la PAC Lundi j'étais invité par FEBEV à faire un exposé sur les perspectives de la viande dans le contexte international. Voici deux extraits de mon exposé. 'Pour le secteur, il s?agira donc de faire coïncider au mieux la production à la demande, et à cette fin, l?aval doit pouvoir guider l?amont de la filière. Il conviendra de développer de nouveaux produits et diversifier les créneaux de valorisation. Attention toutefois : pour les éleveurs, la disparité entre coûts de production et rémunération est un point critique de la durabilité du système, d?autant plus que les dernières années n?ont pas été glorieuses particulièrement pour les productions animales et que la tendance du coût des aliments n?est pas à la baisse' [...] 'J?ajouterai à ces défis, le nécessaire engagement en matière de « production durable », en veillant toutefois à ne pas se focaliser sur un seul des composants de ce concept devenu incontournable. Je compare le DD à un tabouret à trois pattes : si l?une d?entre elles est bancale ou manque, on risque de se retrouver, comme on dit populairement «le cul par terre». Un secteur agricole amont durable requiert que soient sécurisés des revenus les plus élevés possibles, garants d?une rentabilité suffisante pour les producteurs et d?une continuité d?une production de haute qualité. Il importe donc que l?aval puisse trouver les débouchés en convaincant les consommateurs qui recherchent le meilleur en termes de qualité et de standards environnementaux et attendent une transparence en termes de durabilité, que cela vaut la peine de payer une prime pour leurs produits' Plus de 200 personnes du secteur viande (transformation et distribution) ont entendu ce message qui rappelle qu'on ne peut oublier les producteur

xyz
le 18 Décembre 2010 16h44

En incitant les producteurs de lait à négocier.... C'est d'abord négocier le prix rémunérateur et pas l'inverse : produire et produire pour une peau de chagrin, pour recréer des stocks et encore faire pression sur le marché... Alors faire partie d'une grosse coopérative, votre part est une goutte dans le tank... Créer sa propre coop, c'est déjà nettement plus malin.. Et mieux si vous avez des débouchés courts. Pour être positif, Mr Moreau, comment obtenir un prix rémunérateur en livrant son lait à sa coopérative par exemple Milcobel ...OUI en ayant déjà 500000 litres de quota . Voilà une question précise ?

JM Moreau
le 18 Décembre 2010 17h02

@le Pay, Puisque vous semblez vous intéresser au porc, vous n'ignorez sans doute pas que vendredi 3 une journée de réflexion a été organisée à l'initiative du Ministre Président flamand K Peeters. Les conclusions de cette journée ont été présentées au conseil du 13/12. Les discussions vont se poursuivre au niveau européen. Vous trouverez au bout de ce lien le communiqué conjoint COPA (organisations de producteurs) UECBV (industrie de la viande) et FEFAC (fabricants d'aliments) : www.uecbv.eu/doc/Joint%20Press%20Release%20COPA%20COGECA%20-%20UECBV%20-%20FEFAC%20-%20Pork%20Reflection%20Day%203.12.2010.pdf  Bonne lecture.

JM Moreau
le 18 Décembre 2010 18h01

@xyz Prix rémunérateur : comme je l'expliquais dans une réponse à Zohra, c'est un concept qui varie d'exploitation à exploitation étant donné la grande variabilité constatée des coûts de production. 29 cts peut être rémunérateur pour X alors que 35Cts ne le sera pas pour Y. Vous seul pouvez dès lors déterminer à partir de quel niveau vous recevez un prix rémunérateur. Je suppose que Milcobel, comme les autres coopératives ont un règlement d'ordre intérieur qui détermine les modalités de payement du lait collecté chez ses membres. Le prix dépend probablement de la valorisation de la production (lait de consommation, beurre, poudres, fromages, crème glacée, lactosérum) et des revenus tirés des autres activités, notamment les conditionnements de fromages et les produits pour la boulangerie. Les paramètres de qualité du lait jouent certainement un rôle (le contraire serait étonnant), de même peut-être que d'autres critères tels que quantités livrées ou distance. N'étant ni membre, ni administrateur, ni conseiller de cette coopérative, je ne connais pas ces modalités et ne peut donc que vous conseiller de vous adresser à ses responsables (Eddy Leloup) pour en connaître les conditions et, dans votre cas particulier, faire les simulations pertinentes. Quant à un système de négociation, il faudrait pouvoir représenter plus que 500.000 litres pour avoir une certaine puissance de négociation, Milcobel collectant plus d'un milliard de litres.

mirabelle
le 18 Décembre 2010 18h08
xyz
le 18 Décembre 2010 18h20

Vous avez pas répondu à ma question pertinente. Si contexte coopératives d'agriculteurs, ils reçoivent un jeton de présence et quelques dividendes occasionnels.... Mais n'ont pas la majorité des suffrages au sein des administrations. Le Boerenbond s'engage dans des filières étrangères avec l'aval des producteurs minoritaires. Alors la négociation n'existe pas.... Le pain est à 2 euros et c'est la farine, c'est le syndicat qui fait évoluer le prix..... Alors pour faire monter le prix du lait, il faut aussi un syndicat puissant mais si ce syndic est intégré dans le système, on tourne en rond... avec Piet, Karel et la gangrène a touché la wallonie, donc mettre de l'ordre dans toute cette mafia de loups que autant chasseur ne veut cibler mais tout le monde le pense......

tirelipimpon
le 18 Décembre 2010 20h12

Bienvenue dans un monde ou l'endettement des agriculteurs représente l'arme la plus efficace pour les faire travailler peu importe leur revenu. Et j'ajouterais, comment pousser un fermier à s'endetter; mises aux normes,agrandissement., Pour ça, les boerebonders sont des champions.ils vendraient lmeur àme à kbc. Les livreurs francais du Nord quittaient Milcobel l'année dernière parce qu'ils étaient trop bien payés en Belgique. Quand le Boerenbond signait un accord pour du lait à 20 cents,ca ne s'appelle plus du syndicalisme mais une ........

le Pay
le 19 Décembre 2010 00h14

Mr Moreau a dit : N'oubliez pas les mécanismes de décision : la position de la Commission, constante depuis 2003, et rappelée ci-après 'Les quotas laitiers étant de moins en moins pertinents, l'offre de lait de l'UE peut mieux répondre aux possibilités du marché, la réaction des agriculteurs aux signaux donnés par les prix est moins faussée et il est possible de gagner en efficacité en effectuant des restructurations' est soutenue par une majorité d'EM au Conseil. Je doute que ce soutien de la part de gouvernements élus démocratiquement se fasse contre la volonté de leur population. Les représentants des producteurs de ces pays soutiennent majoritairement l'évolution et s'y préparent depuis plusieurs années. J'ai fait part sur ce site des ambitions irlandaises partagées par l'IFA, puissante association des fermiers irlandais, d'augmenter la production laitière irlandaise de 50% d'ici 2020. Idem en ce qui concerne l'ambition de Campina, pour ne citer que ces deux exemples. Tirelipimpon signale les investissements en Flandre. Les producteurs qui s'engagent dans cette voie ne sont certainement pas des inconscients et ont certainement mûri leur projet Monsieur Moreau a aussi dit : 2. J'ai répondu à cricri de façon claire : c'est le marché qui déterminera où se produiront les hausses de production nécessaires pour fournir la croissance de la demande et bien malin celui qui peut aujourd'hui préciser quand, combien et où et à quel prix. Je ne m'appelle pas Nostradamust Le moins que l?on puisse dire c?est que les conseilleurs ne sont pas les payeurs !

Sucellos
le 19 Décembre 2010 18h39

@le Pay Vous, vous n'avez pas besoin de conseils : vous savez tout, mieux que tout le monde semble-t-il et n'écoutez que ce que vous voulez entendre. Vous devenez lassant. Il est cependant bon que de temps en temps soient rappelées les règles de base du marché dans lequel chacun doit fonctionner, même si vous ne les acceptez pas. En attendant, pendant que vous discutez, d'autres avancent, s'adaptent au monde qui change, aux demandes de la société et ne vous attendront pas. Ainsi va la vie depuis que l'homme existe.

le Pay
le 19 Décembre 2010 21h26

@ Sucellos, J'ai connu avec mon père la décadence et l'intégration du secteur porc, je l'ai vu pleurer quand il a du demander à un intégrateur de lui racheter ses porcs et faire le 'mandail' pour eux j'usquà sa pension, heureusement il y avait les vaches laitières ! Et voilà qu'on est parti pour la même tradgédie.. désolé si je deviens lassant... mais dans 10 ans je me regarderai dans un mirroir en me disant que j'aurai tout fais pour notre corporation malgré elle, Je ne me bats pas pour moi, j'ai divesifié et en 2015 je serai loin assez, je me bas pour les jeunes, et je ne peut me résigne à les voire tomber dans ce trac narre.

mirabelle
le 19 Décembre 2010 21h49

merci le Pay de penser aux jeunes. La solidarité n'existera jamais entre producteurs en Belgique. En 2015,on réévaluera la situation des producteurs laitiers, Sucellos. Si tu trouves que tu gagnes assez à l'heure actuelle avec ton prix du lait, tant pis pour toi... Viens pas me parler de diversification, elle est pratiquée 7 jours sur 7...

007
le 19 Décembre 2010 22h32

@sucelos Il vaut mieux parfois prendre le temps de discuter avec plus malin que soi que de travailler tête baissée en rampant les murs.. Je m'adresse à Sucelos pour lui demander quelles sont les règles de base du marché pour fonctionner et surtout comme vous le dites pour avancer dans la vie, pour continuer à exister, voyons ? Là il va pas falloir le sucer de ton pouce, j'attends ta réponse. Merci

par le carolo
le 20 Décembre 2010 10h52

pour ne pas tomber dans l'intégration c.a.d il a une piste ou plut o un sentier c'est la vente directe .Rien ne sert de faire un volume énorme a perte pour les producteurs, et tous bénéfique pour l'agroindustries . Vendé vous même si les coopérative redistribue un bénéfice substantiel comme au canada alors on peut faire du volume jusque un petit peut avant excédant ou le marchez s'effondre et patatras...nous voila revenu aujourd'hui, il faut se reprendre tous ensemble facturer nous même collecter nous mémé réguler les volumes nous même et alors c'est seulement comme ca que le respect sera revenu, en étant le passage OBLIGER pour que l'industrie DISPOSE de la marchandise a transformer et seule si on se regroupe en une entité unique un comptoir unique des producteurs offrant a la vente c'est productions .

Sucellos
le 20 Décembre 2010 10h59

Prenez le temps de lire le rapport de la Commission sur le secteur lait, leur communication 'La PAC à l'horizon 2020' et leur document de consultation et et essayez de les comprendre : vous aurez la réponse à votre question. Aucun Ministre n'a réagi négativement au rapport sur le lait dont Moreau vous a cité un extrait qui lui a valu l'ire de le Pay alors qu'il n'en n'est pas l'auteur. La Communication et la consultation vous permettront d'avoir une idée des conditions dans lesquelles nous devrons fonctionner. Je suppose que vous êtes assez intelligents pour en tirer les conclusions qui s'imposent : plus de volatilité, concurrence accrue et nécessité de bien connaître ses coûts. Aussi nécessité de s'organiser si on veut avoir son mot à dire.

007
le 20 Décembre 2010 11h42

Je te croyais plus réaliste mais l'horizon 2020 c'est dans 10 ans ...et avant cela tout aura changé... Je constate que tu n'as rien de concret à dire, j'ai perdu mon temps... Alors continue de fonctionner à ton rythme pépère, moi je vais m'organiser autrement pour avoir mon mot à dire.....

Sucellos
le 20 Décembre 2010 15h31

Si vous aviez lu les documents, vous auriez compris que c'est dès maintenant que l'on se prépare à l'horizon 2020. La nouvelle Pac, la diminution des DPU, le découplage probable des VA, la fin des quotas, c'est bientôt. La volatilité, c'est déjà maintenant. En se connectant sur le site www.milkprices.nl  de LTO qui publie les prix communiqués par les producteurs laitiers membres de European dairy Farmers, standardisés pour comparaison on peut [1] constater qui paye le mieux en Europe et [2] comparer avec ce que les laiteries wallonnes payent. Les coopératives engagées à l'international et ayant investi dans les produits à haute valeur ajoutée ne sont pas les dernières de la classe ! xyz va certainement y trouver un complot ou une explication idéologique pour expliquer que c'est du vent, qu'ils bâtissent sur du sable ! En attendant, les collègues laitiers aux Pays-Bas, en Irlande et ailleurs, investissent et se préparent à l'après quota. Mais peut-être n'ont-ils rien compris et sont-ils comme l'agneau qui va se faire dévorer tout cru par le loup tandis que vous, contrairement à la chèvre de M Seguin, vous allez terrasser loups et autres dragons. Vous allez certainement citer que certains ont des difficultés aux PB, au DK ou ailleurs. C'est vrai, comme partout, mais pour la majorité, ce n'est pas le cas. Même au paradis des producteurs laitiers, le Canada, la concentration des exploitations progresse : 31% des exploitations laitières ont disparu au cours des 10 dernières années (voir www.dairyinfo.gc.ca/pdf/milk_shipments.pdf),  en raison de problèmes de rentabilité. D'accord aussi avec le carolo : si on en a l'occasion, la vente directe est une solution, mais il faut avoir la clientèle suffisante.

par le carolo
le 20 Décembre 2010 19h08

@ jm moreau, si on a le courage, la vente directe est une solution ? 80% des fruit et légumes dit BIO consommer en Europe sont issus de l'importation extra communautaire pour la grande distribution comme sa il sont a la auteur pour oppresser les prix pour oppresser la vente directe pour ne pas perdre des part de marchez et l'AFSCA marches dans la combine...

Envoyer
Fermer

Dérogations accordées en Wallonie : interculture courte et #épandage en prairie.

par Benoît GEORGES, le 01 Octobre 2022 21h04

www.protecteau.be/fr/actualites/derogations-accordees-le-3009  1) Interculture courte. Suspension de l’obligation de semer un couvert après une culture de légumineuses récoltée avant le 01/08

Projet APIFERME - Appel aux agriculteurs

par Benoît GEORGES, le 25 Septembre 2022 18h51

Vous êtes agriculteur(-trice), et souhaitez évoluer vers une gestion agricole favorable aux pollinisateurs ? Ceci est pour vous. Si vous désirez partager votre expérience sur le sujet ou vus fair

L\'attache des bovins interdit en agriculture biologique !

par Un agri bio, le 22 Septembre 2022 22h21

Copier / coller d\'un partie de la nouvelle réglementation bio: Attache des bovins: comme dans le précédent règlement, l’attache des animaux d’élevage reste interdite, à moins que ces mesures

Crise

par Stechou , le 13 Septembre 2022 08h38

Les laiteries de milcobel et campina sont a la recherche de producteurs en Belgique et surtout en France au le lait est moins chers (420€ T ) l\'Allemagne rentre en récession, il parle même d\'une

Tracteur

par Pfff, le 08 Septembre 2022 19h14

Me voilà probablement à environ 1/3 de ma carrière ... Et j\'envisageais avec la fin d\'un premier gros crédit de conforter mon parc tracteur avec l\'achat d\'un neuf. C\'était bien parti en misant su

Avec les agriculteurs, tous à la foire!

par Benoît GEORGES, le 07 Septembre 2022 05h47

Son retour était attendu. La 32e foire agricole de Battice-Herve s’est tenue sans aucune restriction. \" L’agriculture, j’en fais mon affaire\", voilà d’ailleurs le thème choisi cette année

Les plus commentés

    25 commentaires
  1. L\'attache des bovins interdit en agriculture biologique !
  2. 23 commentaires
  3. Nouvelle PAC
  4. 12 commentaires
  5. Prix d herbe sur pied

Les plus aimé

    26 j'aimes
  1. par PINPIN: Stetchou et Pipo Mais ça rapporte les tas de fumier voilà tout Ici dans mon coin, tous les fer...
  2. 15 j'aimes
  3. par Résistant : Vive Poutine,
    Lui au moin il défend son peuple et sa patrie.

    Ici nos dirigeants font de l'autodest...
  4. 15 j'aimes
  5. par PA25: Gardez l ' esprit ouvert à tous les modes de productions , et dites vous bien , que vous etes parmis...