Compétitivité de l'agro-industrie française

par lr JM Moreau, le 11 Novembre 2010 13h26

Divers Ministères français dont celui de l'agriculture, inquiets d'une évolution récente, ont fait réaliser une étude de la compétitivité des industries agroalimentaires françaises par rapport à leurs concurrentes européennes. On peut le trouver au bout ce ce lien : ICI
Je relève les conclusions suivantes (le souligné est de moi), entre autres, qui méritent réflexions quand on connait la puissance de ce secteur en France, moteur des exportations.
Comme pour l’ensemble des industries de biens de consommation, le facteur prix est l’élément essentiel de l’acte d’achat ; il est donc important de favoriser l’accroissement de la taille des PME de nos IAA. Seul un nombre plus important d’entreprises de taille intermédiaire sera en mesure de bénéficier des économies d’échelle importantes déjà réalisées par leurs concurrentes allemandes, néerlandaises ou danoises. Seul l’accroissement de leur ta...

Prophète
le 11 Novembre 2010 14h15

le lien ici dessus ne marche pas alors le voici www.processalimentaire.com/A-la-une/Rapport-Rouault-la-competitivite-passe-par-la-concentration  Il s'agit du même Rouault qui a fait 'le rapport qui dérange' dans l'article ci dessus du 5 novembre. Prolifique le gars pour son porte-feuille. Qu'il regarde ce qui se passe dans la maison du lait.....à Paris et s'entretienne avec le directeur Mr MOREAU de son prénom Jehan ....

richard'
le 11 Novembre 2010 15h06

Les industries laitières souffrent depuis quelques années d?un prix du lait élevé lorsqu?il est comparé à celui dont bénéficient leurs concurrents en Europe. depuis un an seulement le prix est plus élevé alors que pendant dix ans il a en France été moins cher, je sais bien de quoi je parle les rapports on leur fait dire ce que l'on veut

JM Moreau
le 11 Novembre 2010 15h59

@Richard La compétitivité se mesure toujours par rapport à ses concurrents, jamais dans l'absolu. Sans contester que vous estimez que le prix que vous recevez vous parait trop bas vu vos coûts de production, si les intermédiaires qui vous achètent votre lait ne peuvent le revendre une fois transformé, ils ne viendront plus le chercher. A vous alors de trouver un ou des autres clients qui accepteront de payer ce que vous souhaitez : c'est la dure loi du marché dans laquelle vos élus à l'assemblée nationale française estiment que vous devez fonctionner. Pour en sortir, organisez la révolution pour faire sortir votre pays de l'UE afin que cela change ...

FRV100
le 11 Novembre 2010 18h27

@moreau C'est de l'humour? Il n y a pas que les producteurs de lait!! C'est toutes les productions agricoles qui rament!! regarder plutot; videos.tf1.fr/jt-13h/un-arboriculteur-se-saborde-plutot-que-de-vendre-a-perte-6129642.html 

jmf
le 11 Novembre 2010 19h32

Chez nous en Belgique, c'est du pareil au même, mais le belge est moins démonstratif vu plusieurs flèches à son arc..pour se défendre encore quelques années, ils suppriment les intermédiaires et essayent le circuit court, le bio, gîte à la ferme, ils organisent une révolution, et après ...pas de succession. Donc dans le même bain, pas d'avenir sans agriculture viable. Les revenus deviennent minables par rapport aux coûts de productions qui montent en flèches. A un moment donné, l'arc est cassé et le moral est zappé, adieu veaux, vaches, cochons,couvées. Dans 10, 20 ans, que restera-t-il ? Quelques bonnes poires pour la soif ..................

tirelipimpon
le 11 Novembre 2010 22h34

Toujours plus grand pour etre plus compétitif mais qui sont les plus endettés? Il est vrai que c'est le dernier souci de nos industries laitières. Aux fonctionnaires qui trouvent normal pour un fermier de travailler plus pour un moindre prix, je leur propose de vivre avec un salaire de vietnamien pour 60 heures par semaine. La compétition, la mondialisation, la volatilité dans toute sa splendeur. La sidérurgie, le textile ont été délocalisés à cause de la compétitivité, on s'habille toujours mais on achète chinois; on construit, mais plus avec du fer belge. L'agriculture européenne s'éteindra à cause de son prix de revient trop cher par rapport aux pays émergents et on mangera de la saloperie 'compétitive'venue de l'étranger.

par le carolo
le 12 Novembre 2010 08h05

la compétitivité; dans le monde il a des zone très compétitive a elle seule elle ne nourriront pas tous le monde les autres zone moins et beaucoup moins compétitive on en a besoin aussi pour rassasier tous les habitant du monde alors il faut une agriculture qui se moque de la compétitivité si on veut supprimer la famine du tiers du monde.

JJ
le 12 Novembre 2010 21h58

Non Richard, le prix payé en France et plus élevé depuis des années, même en tenant compte du gramme de gras, c'est un peu normal vu la production fromagère mais à toujours vouloir un prix trop élevé vous vous tirez un balle dans le pied aux plus grands profits des pays voisins.

richard3
le 13 Novembre 2010 11h04

désolé de vous contredire jj mais nous vendons notre lait depuis plus de 15ans chez micobel et nous sommes coopérateur depuis 3ans à par l'année 2009 notre prix a toujours été supérieur de peu mais supérieur aux laiteries de l'avesnois

jmf
le 13 Novembre 2010 19h36

j'ai déjà parlé avec un un producteur français frontalier qui disait ceci : mais comment faites- vous en Belgique pour vous en sortir avec un prix si bas !!!! Le prix est pondéré par d'autres intervenants fiscaux qui vous avantagent, et c'est le point névralgique de notre Europe. Si Richard 3 a choisi Milcobel, c'est qu'il est sûr de son choix par rapport à la politique fransquillonne qui ne lui donne pas satisfaction. ALORS jj, ne tires pas sur la gâchette pour ta petite laiterie qui n'a plus de cartouche..........;

Culto
le 14 Novembre 2010 11h30

Mr Moreau : autant les résumés de chaque spéculation agricoles dont vous nous gratifiez sont intéressantes, autant vous semblez habiter la planète Mars quand il s'agit de nous proposer des projets d'avenir. De l'avis unanime de ceux qui en sont les témoins les ogm sont une catastrophe économique et d'après José Bové l'Europe ne dispose d'aucun budjet pour contôler les fausses études fournies par les multinationales semencières. Idem pour la spéculation laitière : dans un récent discourt, mr Dacian Ciolos lui-même déclarait que les multinationales agro-industrielles sont à ce point controlées par la grande finance qu'elles ne se préoccupent même plus de produire de la nourriture mais uniquement de faire des dollars et des euros. La vérité sur notre avenir, à mon avis, c'est que les entreprises dont nous dépendons pour la vente de nos produits sont plus puissantes que les Etats sensés les contrôler. Alors aide toi et peut-être que le ciel t'aidera disaient déjà nos grands parents. Bref on est mal !

007
le 14 Novembre 2010 12h23

@ culto Tu as raison, la politique libérale prônée par nos décideurs actuels n'envisagent que le pèse pour gonfler leur porte -feuille. Nos états membres sont peu convaincants pour revoir la politique des multinationales qui engrangent aux détriments des producteurs non unifiés sur la façon de nourrir ce monde alors que l'opération 11/11 fait appel au coeur des particuliers, les puissantes multinationales s'en moquent éperdument . A quoi sert la compétitivité, si elle ne s'adresse qu'à une minorité de petits producteurs......perdue dans les dédales européens de ces spéculateurs industriels ...

richard3
le 14 Novembre 2010 15h43

dans un récent discourt, mr Dacian Ciolos lui-même déclarait que les multinationales agro-industrielles sont à ce point controlées par la grande finance qu'elles ne se préoccupent même plus de produire de la nourriture mais uniquement de faire des dollars et des euros. merci culto ou peut on retrouver se discourt de Ciolos je trouve cette phrase d'une vérité !!!!!!!!!!

JM Moreau
le 14 Novembre 2010 17h14

@Culto Proposer des solutions 'clé sur porte' serait très présomptueux ! Une leçon que j'ai retenue tout au long de ma carrière, c'est que le conseilleur n'est jamais le payeur. Je pense qu'il appartient à chacun, en fonction des informations dont il dispose et de sa situation personnelle, de ses espérances, de ses capacités tant techniques que financières et de son projet de vie, de trouver, en fonction du marché qu'il vise, la voie qu'il estime la meilleure pour atteindre ses objectifs. Ce que j'essaye de faire, c'est de fournir des informations qui aident à prendre les décisions qui paraissent les meilleures. Il est patent que ceux, fermiers, coopératives et autres agents économiques, qui opéraient sur les marchés agricoles européens ont longtemps été protégés des fluctuations de prix grâce à la PAC, tout spécialement grâce aux systèmes de soutien par les prix et aux régimes de limitation de l'offre par les quotas. La diminution progressive du niveau des prix garantis et la fin prévisible des quotas exposent naturellement ces agents, généralement averses au risque, à plus de variabilité de leur prix et revenus. L'avenir est difficile à prévoir : sont en présence diverses positions que j'ai essayé de présenter. A côté de ceux qui prônent un statu-quo (avec une faible probabilité de succès), on trouve une large gamme de positions selon les sensibilités de leurs supporters, mais qui toutes dépendront de l'enveloppe budgétaire dont disposera la Commission. Des solutions 'privées' existent aussi pour diminuer l?ampleur de la volatilité qui découle de l'évolution actuelle - mon billet du 10/11 - comme par exemple le stockage, les échanges internationaux, les marchés de l?assurance, les marchés à terme. Dans ce contexte, votre conclusion est remplie de bon sens.

Envoyer
Fermer

Prévention

par Phil.0, le 04 Juillet 2022 10h48

Encore un incendie dramatique ce week-end. Des bovins sont restés dans les flammes. Il ne faut pas attendre pareil drame pour éviter le plus possible de stocker ballots et animaux sous le même toi

Visite de terrain 4/07 : élevage de porcs en plein air et découpe à la ferme à Fosse (Trois-Ponts)

par Benoît GEORGES, le 04 Juillet 2022 09h47

???? Ingénieurs agronomes de formation, après quelques années de travail en tant que salariés, Céline et Bernard ont choisi de revenir à la terre afin d\'élever des porcs dans le respect du bien

Les premières noisettes sèches 100% belges arriveront en 2024

par Benoît GEORGES, le 12 Juin 2022 15h56

Des noisettes locales produites en Belgique, qui l\'aurait cru ? Benoit Genin, ce jeune agriculteur qui aime relever de nouveaux challenges l’a fait ! Très beau projet innovant et local. Vivement 2

Hauteur de fauche (épisode 5) Faune

par Benoît GEORGES, le 10 Juin 2022 19h02

La fauche est une action brutale qui impactera fortement la faune sauvage présente sur la prairie et aux alentours. Le premier effet de la fauche concerne la mortalité des animaux vivant dans le cou

SONDAGE du Centre de Michamps

par Benoît GEORGES, le 10 Juin 2022 18h24

Répondez via le lien : forms.gle/W6xPRGp7ZiVQo9Je6  Le Centre de Michamps (Bastogne) met en place différents essais sur ses propres parcelles mais aussi directement chez des agriculteurs. Ce qu

Face aux loups, quels effets sur la santé des éleveurs et bergers ?

par Benoît GEORGES, le 10 Juin 2022 15h05

idele.fr/rmt-travail/publications/detail-article  Institut de l\'Elevage (idele) sur Linkedin : \"Surmenage, angoisse, relations conflictuelles, incompréhension, sentiment de solitude… Autant de f

Les plus commentés

    22 commentaires
  1. Nouveaux passeports bovins
  2. 19 commentaires
  3. Le beurre au lait cru de la ferme de Warde primé par la Province de Hainaut
  4. 8 commentaires
  5. Pulpes?

Les plus aimé

    24 j'aimes
  1. par Résistant : Ce sont juste des communistes qui ont pris le pouvoir sur nos biens privés.... Obéis ou crève c'es...
  2. 20 j'aimes
  3. par Arel: Tout à fait d'accord avec polémique, je trouve honteux qu'il y a autant de discussions à ce sujet. ...
  4. 18 j'aimes
  5. par Polémique: Comme naisseur, j'aurais voulu une case sur les nouveaux passeports qui me permette de refuser que m...