Réflexions

par lr JM Moreau, le 28 Juin 2010 13h59

Columelle, célèbre agronome romain auteur de traités agricoles au milieu du Ier siècle, disait « L’important dans une entreprise, est de savoir ce qu’il faut faire ». C’est toujours vrai 20 siècles plus tard ! L’objectif essentiel d’une entreprise, et les fermes n’échappent pas à cette règle, doit être d’obtenir à long terme la plus forte rémunération des ressources employées. A cet effet, une analyse critique des points forts et faibles de l’entreprise, en fonction des risques et chances dues à l’environnement externe (marché, législation, …), des capacités managériales et des ressources disponibles est essentielle. Etant donné l'évolution sociétale et économique actuelle, les développements prévisibles des réglementations devraient faire l’objet d’une attention spécifique car elles sont susceptibles d'influencer directement la profitabilité de nos exploitations. Ceci est par...

xyz
le 28 Juin 2010 17h21

je crois qu'un plan financier établi par une banque concernant un investissement important à réaliser n'est pas basé sur des chiffres objectifs car qui peut encore parler de rentabilité avec toute cette volatilité. Par contre si l'investisseur peut présenter des solides garanties hypothécaires, et autres, la banque s'en lave les mains et savoure son poisson...

jmf
le 28 Juin 2010 17h51

OUI mais encore une fois, qui sont ces experts de la profession avicole ? Connaissent-ils les impondérables difficultés du secteur ? Vont-ils voir ce qui se passe sur le terrain ? Qui fournit l'aliment et à quel prix ? Les usines d'aliments. Travail correct = Rentabilité mais le producteur prend tous les risques, de faillite aussi. Pourquoi tant de temps pour imposer et informer les producteurs ? Que cache encore le marché pour écraser le produit belge !!!

prophète
le 28 Juin 2010 20h01

Les organisations syndicales se la coulent douce avec René . Est-ce que ce délai peut encore courir 2 ans ?. Et nous sommes à la veille de cette directive.. Mare de tous ces gens qui rigolent de nous. Le problème du lait est similaire. Personne de sérieux dans ce petit pays. Ce sont les producteurs qui encore une fois doivent boire le calice jusqu'à' à la lie... Adieu poulet. Merci les bureaucrates.

prophète
le 28 Juin 2010 20h08

MERCI les BOUREAUCRATES !!!!

becassine
le 28 Juin 2010 20h34

beau jeu de mot : se la couler douce avec René. Porte bien son nom.

obelix
le 28 Juin 2010 23h21

il suffit d'etre dans une filiere avec cahier de charge genre 'belplume' ( bref un peu de paperasse ), et d'etre en dessous d'un certain pourcentage de perte (incontrolable !!) pour pouvoir avoir des chargement jusque 42 kg/m2............. donc rien ne va changer pour les producteurs....

obelix
le 28 Juin 2010 23h30

pour xyz !!! si tu te renseignait un peu, tu saurais que les banques ne demande pas de garantie pour les porcs ou les poulets!!!! pour eux, la rentabilité de ces filieres est sure..... regarde combien de producteurs ayant investi dans ces secteurs il y a quelques annees, continue dans de nouveaux projets qui arrive maintenant a 1 million d'Eur............... projet qui permette a becassine et ces cousines de radoter sur ces voisins qui investissent trop a leurs gouts......... LOL

XYZ
le 29 Juin 2010 03h12

@ obélix : je vois que tu lis le sillon Belge et que tu les collectionnes dans tout ton foutoir de paperasserie pour arriver à sauver la donne de densité de bien-être animal à la noix. Par tes propos de Monseigneur à investir vers le million d'euros, il ne s'agit plus là de petits producteurs privés qui sont encore propriétaires de leur bien mais de SOCIETES qui se font intégrer par le système productiviste intense manigancé par les usines d'aliments. Esclave tu deviens et la banque se sucre si tu en es encore le responsable principal Alors, je crois que tu pourrais devenir un bon syndicaliste si tu écoutais les petits et humbles producteurs..

becassine
le 29 Juin 2010 06h44

@ obelix : t'en fais pas, les investissements, je connais. Viens à la ferme et compare-la par rapport aux cinq dernières années et même jusqu'en 1950, tu verras le progrès réalisé chez nous...J'ai eu la chance de réaliser mes investissements pour augmenter le bien-être de mon cheptel ainsi que le nôtre point de vue charge de travail les années où le prix du lait se situait à un bon niveau... les investissements des autres, je m'en moque...j'en ai assez de mon exploitation agricole. Je connais bien des situations où c'est facile d' investir avec l'argent de papa et maman ou suite à des héritages successifs... ce que je constate seulement : je suis jeune, j'ai pas choisi un métier facile, je veux un prix du lait correct.... Me dis pas que tu sais investir avec un prix du lait à 25 centimes... retourne dans tes lectures du sillon belge, obélix.. lol

obelix
le 29 Juin 2010 10h43

'...de SOCIETES qui se font intégrer par le système productiviste intense manigancé par les usines d'aliments. ...' bref!! c'est le grand complot......... et celui qui signe pour un poullalier aujourd hui, c'est parce qu'on la forcer.........

xyz
le 29 Juin 2010 12h50

le mot ' intégration' est plus à la mode en temps de crise, pour ton poulailler à venir avec tes propres moyens !!!

Iconoclaste
le 29 Juin 2010 15h44

@xyz Si vous avez besoin de votre banque et de votre fournisseur d'aliment pour faire vos plans financiers, ne venez pas vous plaindre après coup que les chiffres ne sont pas objectifs !

vachekyrie
le 29 Juin 2010 22h32

@ carolo iconoclaste ne répondra peut etre pas aujourd'hui car il n' a peut etre pas de PC chez lui, il se sert de celui du boulot!! Celui qu'il a acheté avec nos petits sous!!

Laraison
le 04 Juillet 2010 14h36

OK, tous ensemble, réduire par ex de 5 % la production par rapport à notre quota quel qu'il soit. Qui va être en mesure de controler le non-dépassement individuel? Ca doit venir du coté des producteurs. A mon avis, les syndicats sont bien placés pour cela, quels qu'ils soient. Chaque producteur devrait désigner un syndicat qui effectuerait le suivi pour lui. Evidemment, chaque syndicat devrait participer à une sorte de controle supérieur des syndicats. Sinon, on pourrait encore en accuser un ou l'autre de ne pas respecter la règle.

Laraison
le 04 Juillet 2010 14h38

OK, tous ensemble, réduire par ex de 5 % la production par rapport à notre quota quel qu'il soit. Qui va être en mesure de controler le non-dépassement individuel? Ca doit venir du coté des producteurs. A mon avis, les syndicats sont bien placés pour cela, quels qu'ils soient. Chaque producteur devrait désigner un syndicat qui effectuerait le suivi pour lui. Evidemment, chaque syndicat devrait participer à une sorte de controle supérieur des syndicats. Sinon, on pourrait encore en accuser un ou l'autre de ne pas respecter la règle.

Laraison
le 04 Juillet 2010 14h43

OK, tous ensemble, réduire par ex de 5 % la production par rapport à notre quota quel qu'il soit. Qui va être en mesure de controler le non-dépassement individuel? Ca doit venir du coté des producteurs. A mon avis, les syndicats sont bien placés pour cela, quels qu'ils soient. Chaque producteur devrait désigner un syndicat qui effectuerait le suivi pour lui. Evidemment, chaque syndicat devrait participer à une sorte de controle supérieur des syndicats. Sinon, on pourrait encore en accuser un ou l'autre de ne pas respecter la règle.

Laraison
le 04 Juillet 2010 14h44

OK, tous ensemble, réduire par ex de 5 % la production par rapport à notre quota quel qu'il soit. Qui va être en mesure de controler le non-dépassement individuel? Ca doit venir du coté des producteurs. A mon avis, les syndicats sont bien placés pour cela, quels qu'ils soient.

Laraison
le 04 Juillet 2010 14h53

(Sorry, probl d'ordi) ...Bon, supposons que ça marche en Belgique. Alors, il faut travailler avec les autres pays via une sorte de syndicat supra-nationnal qui aurait des connections dans chaque syndicat de chaque pays. Etant d'un naturel optimiste, je pense que ça pourrait marcher. Alors, par quoi on commence? ? ? En premier à arrêter de se tapper les uns sur les autres!!!!Et à arrêter de tapper sur le syndicat de l'autre. (on se plaint maintenant de FWA, mais il y a 5 ou 10 ans, où étions-nous lorsqu'il y avait des réunions pour élire des représentants? Posons-nous la question! Qui nous représente aujourd'hui là? Est-ce assez professionnel?...

zohra
le 04 Juillet 2010 23h05

la fwa n'a qu'à défendre ses membres, on arrêtera de taper dessus...

Envoyer
Fermer

Reneg\'eat a remporté le 2ème PRIX du YEP Challenge 2022

par Benoît GEORGES, le 14 Mai 2022 02h39

Reneg\'eat, un projet YEP des étudiants de la Haute Ecole Charlemagne, HECh Isia de Huy, a remporté le 2ème PRIX du LJE-YEP Challenge 2022 et le Groupe One Ecolabel Award. Romain Tittelbach, Maelle

Colz\'iso a remporté le 1er PRIX du YEP Challenge 2022

par Benoît GEORGES, le 14 Mai 2022 01h50

Colz\'iso, un projet des étudiants de la Haute Ecole Charlemagne, Isia de Huy a remporté le 1er PRIX du YEP Challenge 2022. Arthur Clarenne, Arthur Geerts, Alexandre Donnay, Marvin Minsier et Lucas

Vidéos des Journées de Printemps 2022 de l’AFPF

par Benoît GEORGES, le 14 Mai 2022 00h12

Vous étiez absent lors des journées de printemps de l’Association Francophone pour les Prairies et les Fourrages des 23 et 24 mars derniers à Paris ? Ou vous souhaitez revivre ces deux jours ? Al

Transmission d\'exploitations agricoles - Enquête pour les cédants et les repreneurs

par Benoît GEORGES, le 07 Mai 2022 16h16

Dans le cadre de son TFE en agronomie à la Haute Ecole Charlemagne, Isia de Huy, et de son stage à la FJA, Léa Rouxhet réalise une enquête. Si vous avez transmis votre exploitation agricole ou a

\"Sauvons Bambi\", des drones pour sauver les faons

par Benoît GEORGES, le 24 Avril 2022 10h09

Que tous les agriculteurs sachent qu\'il est possible d\'intervenir gratuitement grâce à des #drones pour repérer les animaux (faons, chevreuils, levrauts, nids) qui peuvent se cacher dans les hautes

PROTECT’eau recrute deux bacheliers en agronomie (H/F/X)

par Benoît GEORGES, le 23 Avril 2022 19h28

???? OFFRE D’EMPLOI ???? Vous avez la fibre environnementale et une expérience en agronomie ? Le rôle de conseiller vous va comme un gant ? ???? PROTECT’eau propose l’emploi qu’il vous faut

Les plus commentés

    29 commentaires
  1. Engrais
  2. 6 commentaires
  3. Les circuits courts : une filière encore rentable?
  4. 6 commentaires
  5. La sécheresse complique le travail des agriculteurs,...

Les plus aimé

    21 j'aimes
  1. par Stechou : Peut être, mais je n'ai pas l'impression que nous soyons les principaux bénéficiaires du travail bi...
  2. 21 j'aimes
  3. par Phil.0: La sécheresse floute,
    L'inflation floute,
    La guerre floute,
    La covid floute,
    La nouvelle pac floute....
  4. 18 j'aimes
  5. par Phil.0: Ha les gaillards, toutes les excuses sont bonnes pour nous fourrer leurs foutues haies. ; ) ; )