Question d'un consommateur

par un consommateur, le 03 Juin 2009 13h01

Quelqu'un pourrait-il m'expliquer ou va la différence entre le prix du lait (yaourt, fromage,...) au producteur qui a baissé de 50% et le prix au magasin qui ne bouge pas ? Sans vouloir les défendre je trouve un peu court d'accuser les intermédiaires et la distribution de s'en mettre plein les poches. Si c'est la cas, c'est grave, c'est un réel problème de société !

Willy
le 03 Juin 2009 21h34

Et vous trouvez normal de travailler a pertes ???

anne-marie
le 04 Juin 2009 08h15

regardez le prix que vous payez le lait au magasin et regardez le prix au fermier c'est à dire le lait nous est payé 0,19 cent le litre il faut soigner les vaches les traire cela fait en principe deux personnes ensuite l'électricité, les normes auquelles il faut se soumettre car l'afsca nous traitent comme les pires criminels de la terre hors que nous faisons notre métier parce que nous l'aimons mais le reste de la société ne le fait pas regadez le dernier scandale campina avec l'encre des étiquettes qui transperce le plastique de la bouteille et sur qui cela retombe -t-il? je vous donne un autre exemple faites un 4/4 chez vous et achettez en un autre dans le commerce lequel sera le meilleur mais question des prix moi je voudrais que vous ayez le courage de venir dire votre opinion maintenant

laitier
le 04 Juin 2009 10h25

nous on touche 0.19 cent le litre de lait ENTIER cru mis à la laiterie et on est comme vous consommateur on voudrait savoir où va la différence enfin nous on s'en doute... L'an dernier à pareille époque nos 'politiques' voulaient une commission pour analyser les prix et la transparence .... Mais on n'est pas sorti de l'auberge car Louis Michel pour ne pas le citer, a clairement annoncé sur les ondes de vivacité avant hier qu'un retours aux quotas pour réguler le marché ne serait jamais accepté par l'UE et que toutes les promesses électorales étaient utopiques !!!

anne-marie
le 04 Juin 2009 15h26

et je complète que le même louis michel a dit ce n'est que passager comme si l'on ne devait pas s'en faire alors nous allons lui porter toutes nos factures qui attendent pour être payées

benjy
le 09 Juin 2009 18h03

Le problème est typique belge, certaines laiteries font de la poudre de lait, et beurre, ces produits sont produit pour l'exportation, mais le marché de ces produits sont très mal coté! de ce fait le prix aux producteurs est très mauvais! meme si ces laiteries vendent un peu de lait en boite vendu plus cher, celà permet à la laiterie de faire une petite plus value sur l'ensemble des produits vendu, sinon nous aurrions encore moins que les 19 cents.Mais ce qui n'est pas juste, ce sont les laiteries qui font des produits à haute valeur ajoutée, celle la suivent la concurence, et si cette concurence ne sais pas payer, alors pourquoi donner plus aux producteurs!??Maintenant ces laiteries qui font en grande quantité cette masse de poudre et de beurre et qui ont leur rentabilité axé en grande partie sur des produits exporté, ou basé sur le prix mondial, devraient ce remettre en question! Il faut qu'elles songent à diversifier vers des produits à haute valeur ajoutée pour ce garantir un meilleur prix sur une partie de leur collecte! certe celà ne donnerait pas un surprix du lait quand le marché est meilleur, mais celà permettrait de ne pas tomber si bas lors d'une pareil crise! Nous allons voir fleurir de grandes exploitations laitières qui pourront réduire leurs frais fixe, adieux les exploitations familliales. Comment voulez-vous amortir de nouveaux batiments quand il sont nécéssaires pour traire 500.000 litres de lait(ce qui est déjà pas mal) pour 300.000 euros diviser ce montant en 20 ans, ajouter les intérets, les frais de fonctionnements, électricité, élevage, si vous voulez donner un montant pour votre main d'oeuvre? Et bien j'ai beau retourner les chiffres, ont est perdant! Qui veut travailler à perte? C'est déjà trop juste sans faire des nouvelles constructions! Pourquoi ces mises aux normes? Alors que nous sommes confronté avec des produits de pays sans toutes ces normes européenne!! Pour info, au USA, ils abattent des troupeaux en masse car c'est plus possible..

anne-marie
le 10 Juin 2009 07h19

oui mais aux USA il n'y a pas de quotas donc nous savons à quoi nous attendre après 2015

benjy
le 10 Juin 2009 12h22

Il n'y a pas de quota, mais certains gros financiers n'ont que des vaches laitières et achètent tout leurs fourrages et concentré dans d'autres exploitations qui ne font elles que de la culture, et cette achat ne couvre plus le prix du lait. Pour perdre moins, ces gros laitiers abattent leurs vaches, comme ca ils ne perdent plus d'argent, vu qu'elle ne mangent plus! Plus de quota pour 2015, on aura beau nous énerver tant et plus, nous ne changerons pas la décision! Il faut essayer de s'adapter petit à petit, mais comment??diminutions des coût de production, mais pour ma part je suis au bout! Que faire? Une chose est sur, il faut que les agriculteurs s'entendent pour acheter du matériel ensemble pour diminuer une partie des coûts, et ou, traire ensemble sur une seul exploitation pour les meme raisons, sauf si tout le monde a déjà fait les mises aux normes, ou a fait de gros investissements, alors c'est un peu trop tard, mais peut-etre pas pour du matériel ensemble! A méditer...

anne-marie
le 10 Juin 2009 16h45

mais tous les agriculteurs sont à bout il n'y a que le syndicat qui jubile car les cotisations sont rentrées et eux ne bougent pas

Benjy
le 10 Juin 2009 21h16

Je ne dirai pas que le syndicat ne bouge pas, mais pourrait mieux faire! J'ai parlé avec le représentant de ma laiterie, il ne voit pas de solution a court ou moyen terme, il y a trop de lait. Le problème est la, et le prix s'effondre! Et l'europe va encore nous donner un peu plus de quota! celà va encore axcélérer la diminution du prix! Mais comment faire pour éviter cette surproduction? Allé dire a des éleveurs de ne pas produire la totalité de leur quota alors que les fins de mois sont difficile! Pour ma part, je ne vois pas de remontée du prix avant un, voir deux ans, sauf si il y a une catastrophe climatique dans le monde, ou une grande disparition de bon nombre de producteur laitier.(c'est triste)Tant que ce stock est aussi important, poudre et beurre, celà ne se sollutionera pas. Diminution de la consommation, augmentation de la production! Moi je vous dis que nous courrons à une catastrophe dans les fermes, vous aller voir! (J'èspère me tromper)...

Benjy
le 10 Juin 2009 21h20

J'aurais voulu savoir si ce consommateur qui a lancé ce débat à un peu mieux compris le soucis de nos fermes laitières?

Envoyer
Fermer

VENTE DE LÉGUMES BIO - INFRASTRUCTURES ET ATTITUDES

par Crabe, le 11 Juin 2021 18h24

???? Pour qui? Les maraicher.e.s qui commercialisent déjà leurs légumes et qui souhaitent questionner/améliorer leurs systèmes de vente. ???? Quel contenu? Une formation alliant théorie ainsi que

[Vidéo] Quand des drones volent au secours de Bambi

par Benoît GEORGES, le 05 Juin 2021 18h21

www.rtc.be/article/info/environnement/quand-des-drones-volent-au-secours-de-bambi_1509417_325.html  Chaque année, lors du fauchage des prés, les agriculteurs blessent et tuent des animaux. Pour lut

Orage carabiné , pluie diluvienne .

par PA25, le 03 Juin 2021 01h21

Une alerte ORANGE était annoncée pour la région , innondation d \' un village ,en cause les champs non recouvert encore de végétation sur les hauteurs . RESPONSABLE , L AGRICULTEUR, le fermier

Formation PNPE \"Comment optimiser son interculture ?\" 1/06 13h30 Laplaigne

par MB, le 21 Mai 2021 09h45

En collaboration avec Greenotec, le Parc naturel organise une formation « Comment optimiser son interculture ? » le mardi 1 juin à 13h30 à la maison de village de Laplaigne (Marais de l’Eglise 1

Evolution de la filière viande bovine sur les 10 dernières années : analyse chiffrée

par College des producteurs, le 18 Mai 2021 12h33

Lors de l\'assemblée des producteurs bovins viande ce jeudi 20 mai à 19h30, une analyse des 10 dernières années sera faite par rapport à la filière des bovins viandeux en Wallonie. Vous êtes é

Wallonie : la sécheresse de 2020 reconnue comme calamité agricole

par Benoît GEORGES, le 15 Mai 2021 19h42

Le gouvernement wallon a reconnu ce 15 mai (1ère lecture) la période de sécheresse du 15 mars 2020 au 15 septembre 2020 comme calamité agricole, mais a reporté le volet budgétaire de cette recon

Les plus commentés

    23 commentaires
  1. Orage carabiné , pluie diluvienne .
  2. 23 commentaires
  3. 2em coupe
  4. 15 commentaires
  5. Tracteur d'occasion

Les plus aimé

    31 j'aimes
  1. par 1000: C edt bien beau ça.
    Mais il faut financer tout ce matériel très coûteux!!! Et dont la durée d...
  2. 21 j'aimes
  3. par Pipo: Tout à fait juste pa25 . Par chez nous ils construise 700 habitations sur 9ha,... Tous l égouttage...
  4. 21 j'aimes
  5. par PA25: @ Le réaliste ; C' est votre raisonnement qui n ' a pas de sens , à défaut d ' etre en flandre ...