Prix des denrées alimentaires et réchauffement climatique

par JM Moreau, le 02 Juin 2011 09h11
http://www.france24.com/fr/20110531-oxfam-rapport-famine-pri ...

Rapport alarmiste de Oxfam qui agite le spectre de nouvelles émeutes de la faim, que la sécheresse actuelle en France pourrait provoquer au Maghreb par exemple en raison d'une hausse potentielle des prix en cas de mauvaise récolte.
L'article au bout du lien fait une bonne analyse de la situation.
Je compléterais en mettant l'accent sur la nécessité d'une meilleure organisation du marché dans les régions citées comme problématiques où les Etats ne remplissent pas leur rôle fondamental.
Le maintien de prix bas pour favoriser les populations urbaines, la faiblesse de la recherche, la misère des infrastructures de transport et l'absence de ressources permettant d'utiliser les technologies adéquates, font que la masse des agriculteurs n'a aucun moyen d'investir, même si les prix sont bons.

vachekyrie
le 02 Juin 2011 09h33

D'ou aussi l'importance de la SOUVERAINETE ALIMENTAIRE mr moreau!!

007
le 02 Juin 2011 11h34

Même les Russes commencent à en avoir mare de cette Europe de financiers..Ils viennent d'interdire l'importation les concombres venant des pays souffrants du manque de traçabilité..
Ce ne sont pas les même personnes de L'Europe qui ont dit OUI au OGM.....!!

par le carolo
le 02 Juin 2011 11h43

Pour commencer il faut brosser devant sa porte, réguler les marchez pour commencer,avoir des ORGANISME publique de stockage et pas des priver car les priver c'est pour spéculer donner les moyen au jeune agriculteurs d'investir,pour pérenniser la profession et pouvoir entretenir l?outil, pour les moins jeune c'est pas le cas maintenant, avant tout c'est rémunérer le travail des hommes de la terre et pas les supprimer un après les autres dans une course effrénée a l'agrandissement et compétitive, les petite exploitation sont certainement plus productive a l' hectare que les très grande, vivre de prix pas de subvention...

JM Moreau
le 02 Juin 2011 22h13

Pour avoir travaillé en Afrique, avec cette majorité de petits agriculteurs, je connais la situation.
Chaque fois que l'on a organisé un système de marché correct, les résultats au niveau des recettes des exploitations étaient patents. Le problème tient de la volonté des dirigeants de garder les prix des denrées alimentaires les plus bas possibles dans les villes, de ne pas investir dans la recherche ni dans les infrastructures (routes, chemin de fer, stockage ...). En outre, les banques ne sont pas intéressées par le financement de producteurs n'offrant aucune garantie. Et lorsque c'est l'Etat qui s'en occupe, la corruption et le népotisme fait que les effets sont quasi nuls. Sans crédit, pas de semences, pas d'engrais, pas de pesticides, pas de tracteur ... Ce n'est pas à vous qu'il faut l'apprendre.
Vous avez profité des soutiens de marché qui obligeaient l'UE à exporter avec restitutions les surplus qui vous étaient achetés à un prix supérieur au prix mondial. Maintenant que ce système est condamné (OMC oblige), que c'est le marché qui fixe les prix, vous réclamez des prix supérieurs, comme au temps du protectionnisme européen. Il faudrait être logique et accepter la compétition avec ces producteurs !
Et la souveraineté alimentaire qui serait un repli sur soi n'a aucun avenir, ni pour les pays africains, ni pour les USA, ni pour l'UE.

007
le 03 Juin 2011 08h13

Parler des prix des légumes en ce moment et de cette bactérie due au stockage non hygiénique, devient alarmiste pour les producteurs belges.
Organiser le marché pour un désordre global !

www.rtbf.be/info/economie/detail_legumes-europeens-interdits-en-russie-le-boerenbond-en-colere?id=6213333 

Piet Van
le 03 Juin 2011 08h37

Si l'Europe est devenue la Foire à tous les excès,même le plus grave et le plus dangereux d'entre eux, comme la non protection sanitaire de ces concitoyens,il existe des nations qui ont encore un peu de morale,et qui n'ont nullement l'envie de se retrouver avec une pandémie catastrophique qui clouerait des milliers voir des millions de personnes sur leurs sièges de toilettes, pour se vider de leur sang. la Russie,dans cette réaction sensée fait preuve de maturité et dune conscience protectrice à l'égard de ses concitoyens,qualité que l'Europe et Bruxelles "siège du fric à tout prix" a totalement inhibé de sa morale politicienne, devant l'importance primordiale des échanges commerciaux avant même le risque sanitaire majeur.Si Bruxelles est devenue le siège de la folie immorale et de la prise du risque criminel épidémique, génocidaire,la Russie n'a aucun ordre à recevoir d'un consortium aussi fallacieux soumis à l'intérêt pécuniaire primordial au profit d'une pandémie planétaire. Bruxelles se doit avant d'ordonner,de contrainte ou de tenter de soumettre des états souverains et libres, à ses impératifs fallacieux,à revenir vers des comportements plus strictes en matière de protections sanitaires pour la circulation des personnes et des denrées consommables sur son territoire qui est sous la protection des accords de SCHENGEN qui s'est désormais vérifié n'être que la conception d'une Europe à l'aspect d'une passoire.

Sucellos
le 03 Juin 2011 20h29

S'il y a une conséquence certaine d'une politique protectionniste c'est que les prix des produits que vous consommez vont monter. Soit ils sont importés et donc taxés, soit ils sont produit chez nous mais ne sont plus contraints par la concurrence étrangère et donc leur prix sera plus élevé. Cette politique, c?est la population qui la paiera que l'on soit riche à millions ou pauvre comme Job. Elle se traduira par une baisse générale du pouvoir d'achat. Et donc, rien ne garantit que la consommation restera au même niveau, particulièrement celle des moins riches d'entre nous.
Ce que les apprentis sorciers qui prônent une politique protectionniste semblent négliger c?est qu?une partie considérable des biens et services que nous consommons aujourd?hui ne nous sont devenus accessible que grâce à la mondialisation. Et qu'un protectionnisme entraînera des rétorsions ...
Produire et consommer localement, on a déjà essayé : c'était le Moyen Age.

le Pay
le 04 Juin 2011 00h20

Tu trouve donc normal que tout aie augmenté de + 150% en 30 ans mais que nous recevions toujours le même prix pour notre lait sucellos ? le pouvoir d'achat c'est les gsm, vacances ... qui le grand graine pas la bouf !!
en parlant de moyen âge, tu dois être le descendant d'un jacouille plutôt que d'un Monmirail toi !

tirelipimpon
le 05 Juin 2011 09h07

Une sécheresse comme on la connait avec en plus des contrats avec les laiteries ferait flamber encore plus les cours des aliments,ça ne serait plus le couteau sur la gorge mais le couteau dans la gorge.

le wallon
le 05 Juin 2011 10h46

Tu es un français toi " tirelipimpon " !!
Il n'est pas encore question de contrat en Belgique .

tirelipimpon
le 05 Juin 2011 12h14

J'ai utilisé le conditionnel. C'est simplement pour nous faire réfléchir à quoi faire après la disparition des quotas, pour faire avancer le scmilblick. Ce fameux groupe d'experts de haut niveau ont-ils envisagé une année de sécheresse? C'est dans des situations critiques et extrèmes qu'on voit si un système marche on pas et qui sont les perdants et les gagnants?

JM Moreau
le 05 Juin 2011 18h32

Pour revenir au sujet du billet (alarme de Oxfam au sujet des conséquences possibles de la sécheresse sur les prix, particulièrement pour les PVD), force est de constater que l'on a deux types de discours.
Le premier, très à la mode dans certains milieux de l'aide au développement et des écolos fondamentalement opposés à la technologie que certains relayent ici, est de clamer haut et fort que, si les pauvres ne mangent plus à leur faim, c'est que le commerce mondial est injuste, qu'il y assez de nourriture, mais que les plus démunis ne peuvent ni se la procurer ni, surtout l'acheter.
Le deuxième est de considérer que les pays pauvres manquent surtout de moyens efficaces de produire de la nourriture et qu'une solution serait d'améliorer la qualité des semences et de donner au paysans accès aux méthodes modernes de l'agriculture (en recourant même, lorsque cela s?avère nécessaire ou pertinent, aux OGM).
Je pense pour ma part, que l'effort doit être concentré sur le développement de l?infrastructure et des transports, la mise en place d'un Etat de droit digne de ce nom, l?augmentation la capacité d?utilisation de la nourriture disponible, son stockage et surtout l'amélioration de la qualité des semences et des techniques culturales au travers d?une recherche agronomique adéquate.
Et surtout chez nous, mettre fin aux discours de certaines ONG :
"Mourir de faim ? Mais surtout que ce soit sans OGM !"

le Pay
le 06 Juin 2011 10h54

Et comme les paysans africains n'auront pas les moyens de se payer ces semences, tout tombera à nouveau aux mains de l'industriel ce qui ruinera encore plus les paysans.
Quand je vois le mombre de camions de légumes qui sont jeté toutes les semaines, qu'on ne vinne pas me dire qu'il manque de nourriture et qu'il faut produire d'avantage. Au contraire il faut adapter
Saviez vous monsieur Moreau que des gents de monsanto sont occupé à racheter des terrains agricoles dans le monde entier, comme le Boerenbond en Belgique d'ailleur ?
Si on suit cette logique que vous cautionner, à échéances il n'y aura plus de paysans au sens noble du terme. Par vos beaux articles,, nous vous remrecions de tout coeur de de nous mener gentiment un après l'autre à l'échafaud,

le Pay
le 06 Juin 2011 11h07

.....adapter l'offre à la demande pour éviter les gaspillage de nourriture et par la même occasion gaspillage d'énergie et un prix correct.....

JM Moreau
le 06 Juin 2011 11h50

@ le Pay
Heureusement, vous avez tout compris !
Les achats de terres dans certains pays africains sont permis par les Etats. Vos affirmations témoignent d'une méconnaissance totale des conditions foncières en Afrique, reconnues même par la FAO, comme un obstacle au progrès. En Argentine et au Brésil par contre, des dispositions législatives récentes empêchent les étrangers d'acheter.
Les propositions "discours #2" (que je partage) sont justement de donner à vos collègues les moyens d'accéder aux technologies modernes de façon à produire plus. Rien de plus, rien de moins. Pas de complot caché. Et ce n'est pas parce que nous avons ici surproduction grâce aux subsides en tout genre, que les pauvres des campagnes des PVD seront en mesure d'acheter des concombres dont ils n'ont que faire.
Vous devez être bien malheureux à cultiver de la sorte une haine féroce des industriels qui déteint sur ma personne. Je connais de nombreux artisans qui ont pu profiter des opportunités de marchés pour vivre.
Il y a de la place pour tous, pour tous les types d'agriculture, en fonction du marché visé.
C'est cela ma logique et pas celle de favoriser quelque monopole que ce soit. Mais cela vous refusez de l'entendre et de le comprendre, préférant asséner des généralités simplistes, des slogans comme, par exemple, que, puisque Monsanto, cette multinationale diabolique (comme son nom le suggère), vend des OGM, tous les OGM sont des toxiques, des poisons, voir des armes de guerre destinées à asservir l?humanité, insister toujours sur les mêmes histoires et anecdotes surtout si elles ont été infirmées entre temps, affirmer (sans aucune preuve, cela ne vous paraît pas vraiment nécessaire) que les scientifiques ou fonctionnaires concernés sont « vendus » à des firmes multinationales.

JM Moreau
le 06 Juin 2011 17h56

Apprenez à lire M le Pay : je ne préconise aucun type d'agriculture : c'est un de vos fantasmes.
Je suis d'avis qu'il y a de la place pour tout le monde, en fonction du marché que chacun vise (malheureusement certains se croient encore à l'époque où l'Etat s'occupait de commercialiser lorsque les prix étaient en baisse). Je suis d'avis qu'il faut laisser à chacun, agriculteurs et consommateurs, le libre choix. Je suis d'avis que les monopoles, qu'ils soient d'Etat [ici ou en Afrique - "la grande fiction à travers laquelle tout le monde s?efforce de vivre aux dépens de tout le monde." ? Frédéric Bastiat (1801-1850)] ou privés, ne sont pas favorables aux libertés individuelles et ne favorisent pas le développement (cas de l'électricité chez nous). Je suis d'avis que les progrès en agriculture sont une des causes de l'accroissement de l'espérance de vie dans nos pays et ceux qui ont assuré cela méritent le respect, tout comme ceux qui en Afrique ont réussi à développer des systèmes qui leur ont permis de survivre dans des conditions difficiles.
Historiquement, c'est le commerce et non les restrictions au commerce qui ont assuré la croissance. Et je ne suis pas un supporter des spéculateurs, qui, en général, ne contribuent en rien au développement ou aux libertés individuelles. Mais ce qui est certain, c'est que celui qui ne parvient pas à produire moins cher que le prix que le marché offre (c'est à dire l'équilibre entre offre et demande), il doit revoir son système ou changer de métier. C'est vrai dans tous les secteurs d'activité, agriculture compris. Et ce n'est mépriser personne ni vouloir conduire qui que ce soit à l'échafaud que de le dire.
La fécondation qui rendrait les cultures stériles est un fantasme de plus : en maïs, vous ne réutilisez jamais les graines récoltées, c'est le principe même des hybrides qu'ils soient OGM ou pas. En colza, M Shmeiser a été condamné plusieurs fois par la justice car il a utilisé en connaissance de cause du soja récolté sur se

JM Moreau
le 06 Juin 2011 18h16

Et hier, 5 juin, j'ai répondu à votre autre argumentation concernant les antibiotiques : www.agri-web.be/2011-05-30_ogm-et-societe 

le Pay
le 06 Juin 2011 19h14

La production au meilleur prix voilà votre plaidoyer, mais à quel prix, avec quelles dérives.
Déjà l'europe nous a mis des balises a tout niveau envirronemental et autres pour protéger le consommateur et la nature, mais ne nous demandez pas de produire au prix mondial a conditions inégales. Les dérives sont déjà nombreuses : combien d fermiers n'ont ils pas une surcharges de bétail dans leur étable de + de 20%, parce que pour eux c'est la seule manière de s'en sortir : produire plus mais sans pouvoir investir. et le bien être animal là dedans....
La preuve que vous êtes un vilain menteur Mr Moreau :
En 2005 une affaire survient entre l'agriculteur Percy Schmeister et Monsanto, au sujet de pollinisation fortuite de colza par des PGM. Une première proposition d'indemnisation de Monsanto ne convient pas à Percy Schmeiser, qui porte l'affaire devant la justice. Juste avant l'audience, un accord à l'amiable est trouvé entre les deux parties, il y avait donc bien une contamination involontaire. (source Wikpedia )

le Pay
le 06 Juin 2011 19h16

Dr Alexey Surov et son équipe ont nourri pendant deux ans et d'une manière classique les petits mammifères, à l'exception près que certains d'entre eux ont été plus ou moins nourris avec du soja OGM (importé régulièrement en Europe) tolérant à un herbicide.
Au départ, quatre groupes de cinq paires (mâles / femelles) ont été constitués : le premier a été nourri avec des aliments qui ne contenaient pas de soja, le second a quant à lui suivi un régime alimentaire qui comportait du soja conventionnel, le troisième a été alimenté avec en complément du soja OGM et enfin le quatrième groupe a eu des plateaux repas dans lesquels la part de soja transgénique était encore plus élevée que dans ceux du troisième. A la fin de cette première phase, l'ensemble des quatre groupes a eu en tout 140 petits. L'étude s'est poursuivie dans une deuxième phase par la sélection de nouvelles paires issues de chacun de ces premiers groupes. Et dans la logique du déroulement, les nouvelles paires de la deuxième génération ont elles aussi eux des petits, créant de fait la troisième et dernière génération de cobayes. Ainsi, il y a eu au final 52 naissances parmi les spécimens de troisième génération qui n'ont pas consommé du tout de soja, 78 parmi ceux qui ont consommé du soja conventionnel. Mais le troisième groupe, celui qui a été nourri avec du soja OGM, n'a eu que 40 petits, dont 25% sont morts. Et pire, dans le groupe qui a mangé le plus de soja génétiquement modifié, une seule femelle a réussi à donner naissance, soit 16 petits au total dont 20% sont finalement morts. Ainsi, à la troisième génération, les hamsters qui, pour les besoins de l'étude ont eu dans leur menu une part importante de soja OGM, n'étaient plus capables de se reproduire... Mais une autre surprise de taille a été observée : certains de ces hamsters issus de la troisième génération se sont retrouvés avec des poils... dans la bouche, un phénomène d'une extrême rareté.......

le Pay
le 06 Juin 2011 19h18

suite:
Quelles conclusions peut-on tirer de cette expérience ? A ce stade, aucune, comme le reconnaissent eux-mêmes les scientifiques qui ont fait ces observations. D'ailleurs, leur étude qui doit être rendue public dans ses détails en juillet prochain, ne pourra être reconnue comme valide uniquement dans la mesure où elle sera publiée dans une revue scientifique internationale avec un comité de relecture par des pairs. Cependant, même si cette récente étude ne permet pas de tirer de conclusions définitives, elle pourrait avoir un impact non-négligeable dans l'approche globale des OGM agricoles qui sont aujourd'hui consommés dans le monde par des millions d'animaux d'élevage et d'être humains depuis leur avènement en 1996. Car en effet, pouvoir effectuer une étude d'une durée aussi longue (deux ans) est tout à fait rare tant les semenciers qui en font la promotion veillent au grain, de peur que l'étude en question ne soit pas en leur faveur : « Des scientifiques qui découvrent que des OGM provoquent des effets inattendus sont régulièrement attaqués, tournés en ridicule, voient leurs crédits de recherches stoppés, et sont mêmes renvoyés », explique Jeffrey Smith dans son billet repris notamment par The Huffington Post et qui évoque l'étude du Dr Surov et de son équipe en Russie. Et pouvoir effectuer des tests pendant deux ans est d'importance capitale selon les associations écologistes. Celles-ci estiment que deux ans représentent une durée suffisante pour mesurer les effets chroniques d'un produit ou d'une molécule, et donc d'un pesticide. Or, jusqu'à présent, les plantes OGM qui sont consommés dans le monde sont dans une très large majorité des plantes qui accumulent dans leurs cellules un ou plusieurs pesticides (soit par absorption extérieure soit par une production permanente). De plus, les études de plus de trois mois sur des mammifères (généralement des rats) nourris à ces OGM-pesticides (de première génération) sont toutes aussi rares. C'est pourquoi des « la

JM Moreau
le 06 Juin 2011 19h32

En 2005, c'est la DEUXIEME affaire entre les protagonistes. M Schmeiser, agriculteur de colza dans le Saskatchewan, a arraché lui même les plants plutôt que de signer l'accord que lui proposait Monsanto. Il a alors réclamé à Monsanto le remboursement de ses frais en justice. Monsanto a accepté, à la suite d?une entente conclue le 19 mars 2008, de payer les 660 dollars canadiens que M. Schmeiser réclamait au titre du nettoyage de ses parcelles, contaminées par du colza GM de Monsanto.
Dans la PREMIERE affaire qui a été jusqu'à la cour suprême en 2004, après 5 années de procédures, M Schmeiser a bien été condamné lors des TROIS procès qui se sont succédés (1ère instance, appel, cour suprême) au motif "qu'il avait violé le brevet de Monsanto dans la mesure où il avait exploité le gène et la cellule brevetés par Monsanto sans payer de droit."
Apprenez à lire l'entièreté des information au lieu d'insulter les gens !

JM Moreau
le 06 Juin 2011 19h52

Votre texte relatif à l'étude Surov (un copié collé) se retrouve tel quel sur des dizaines de sites anti-OGM.
Curieusement, tous datent de mai/juin 2010. Depuis, plus rien, aucune confirmation de votre annonce de publication en juillet 2010.
Puisque vous savez tout concernant le soja RR et ses effets sur les rongeurs, merci de me donner la référence de la publication dans la "revue scientifique internationale avec un comité de relecture par des pairs" car je ne l'ai pas trouvée. Par contre Info OGM qui n'est pas réputé pour défendre cette technologie, publie le 30/11/2010 le billet suivant (copié tel quel avec son orthographe d'origine) de M Sébastien Portal qui avait lancé l'info sur Médiapart le 25/04 :
"Bonjour,
A l'origine du billet de blog posté sur Mediapart le 25 avril évoquant les travaux du Dr Surov, je souhaite apporté un élément.
Voyant que l?étude n'était pas publiée alors qu'elle aurait dû l'être ce mois de juillet, j'ai contacté le Dr Surov, mais pas de réponse... Je me suis alors tourné vers Jeffrey Smith qui a reçu de la part de Dr Surov des extraits des travaux évoqués dans le billet. Et il m'a répondu. Il me dit que le Dr Surov et son premier équipier seront de retour dans leur camp de base à Moscou en septembre, et qu'il n'ont pas fini de peaufiner leurs travaux... Ainsi, pas de date précise de publication pour le moment.
Donc la prudence reste de mise, et vous avez raison de le souligner."
Le 14/10, M Portal écrit encore : "J'ai également parlé au Dr Surov au mois de septembre, quelques minutes au téléphone. Il tente de savoir d'où vient ce qu'il a constaté et pense pour une contamination indirecte liée à la nourriture (OGM, pesticides). Il ne sait pas encore quand il pourrait publier ses travaux."
Il est important de recouper les infos et de ne pas essayer à tout prix de faire confirmer par de pseudo études scientifiques ses préjugés.
Encore une fois, je ne suis ni pour ni contre les OGM car c'est un débat qui n'a pas de sens.

JM Moreau
le 06 Juin 2011 19h55

Correction : le premier billet de M Portal date du 30/07, le second du 14/10.
www.infogm.org/spip.php?article4493 

tirelipimpon
le 06 Juin 2011 20h16

j'en arrive à me demander pourquoi tant de problèmes de fertilité dans les élevages à haute production, ceux qui consomment pas mal de correcteur, je vais voir sa composition, formidable la tracabilité et le gmp, tourteaux d'extraction de soja (2) produits à base de soja ogm. Et une vache laitière, c'est pas comme un porc ou un taureau d'engraissement,elle consomme des correcteurs pendant plusieurs années. D'ou accumulation des problèmes.

le Pay
le 06 Juin 2011 22h39

Je me suis fait la même réflexion tirlipimpon en découvrant l'article. En poussant plus loin, on parle d'une baisse catastophique de fertilité chez les hommes, à mettre en parallèle avec une hausse de consomation de "lait" et autres dérivés du de soja ?
Mr Moreau, vous dites:
" Il est important de recouper les infos et de ne pas essayer à tout prix de faire confirmer par de pseudo études scientifiques ses préjugés."
C'est exactement ce que font les firmes comme Monsanto, ne pas trop reciouper leurs études etessayer à tout prix de blanchir les OGM.
Mr Moreau, vous dites:
"Encore une fois, je ne suis ni pour ni contre les OGM..."
Eh ben dis donc, dire une chose pareil après tout ce que vous avez écris sur ce site depuis moins d'une semaine, faut être culoté !!

FRV100
le 07 Juin 2011 00h05

Je n'ai même plus envie de réagir a qlq'un qui a le cerveau aussi lourd que lui mouillé, c à dire très léger, au vu de sa taille! Merci

JM Moreau
le 07 Juin 2011 17h03

Depuis l'origine de l'agriculture et de l'élevage l'homme n'a pas cessé de sélectionner (aidé parfois par les conditions agroclimatiques d'ailleurs, ce que certains appellent sans doute « nature ») et a donc modifié le cours de ce qu'aurait fait la « nature ». D'abord empirique, la sélection, avec la découverte des lois de l'hérédité, s'est faite scientifique ce qui a permis de cultiver des plantes avec des qualités améliorées tant sur le plan gustatif que nutritionnel (suppression de l'amertume des endives, concombre sans pépins, teneur en sucres des melons, suppression de l'acide érucique chez le colza, résistance au piétin verse, ? etc ?). Pas une seule variété commercialisée qui n'ait pas bénéficié d?améliorations lentes et patientes mais voulues cependant par l?homme.
Le travail de tous les sélectionneurs du monde entier vise à obtenir des nouvelles variétés plus économes en intrants et en utilisation de ressources naturelles (eau par exemple), répondant au changement climatique, capables de se défendre toutes seules contre leurs multiples agresseurs qui ne cessent d?évoluer d?année en année et conduisant à des produits de qualité. La transgenèse constitue un outil sans précédent dans l?histoire de l?amélioration des plantes et donc de l?humanité pour arriver plus sûrement à atteindre ces multiples objectifs. Comme toutes les technologies, c'est surtout l'application que l'on en fait qui est susceptible de provoquer des résultats non attendus. Est-ce une raison pour la rejeter au nom de ce qui apparaît comme un "déni de la science", une posture idéologique, une volonté de discréditer politiques et scientifiques ?
Pour relever les défis qui nous attendent (énergie, climat, respect des libertés individuelles, mondialisation économique et culturelle, etc ...), il ne suffira pas de croire, d'émettre des v?ux, ni encore de prier, pour trouver des solutions. S'il fut un temps où le dogme, la superstition et la pensée magique étaient le mieux de ce que les humains pou

JM Moreau
le 07 Juin 2011 17h04

Pour relever les défis qui nous attendent (énergie, climat, respect des libertés individuelles, mondialisation économique et culturelle, etc ...), il ne suffira pas de croire, d'émettre des v?ux, ni encore de prier, pour trouver des solutions. S'il fut un temps où le dogme, la superstition et la pensée magique étaient le mieux de ce que les humains pouvaient mobiliser, ce temps est révolu.
Ce n\'est pas avec une vision réductrice, en déniant les avancées scientifiques, en imaginant les pires complots, en assénant des généralités simplistes, des slogans, des insultes et des contrevérités que l\'on aidera à trouver les solutions aux vrais problèmes.
Je n'ai aucun a-priori, je ne suis ni pour ni contre le bio, les OGM, l'industrie : il faut considérer chaque situation, dans son contexte, mesurer avantages et inconvénients en se basant sur une expérimentation transparente et sur les expériences obtenues dans d'autres pays et en tirer des conclusions objectives. Utiliser ou non telle ou telle variété selon tel ou tel parcours technique relève du choix des producteurs, en fonction de leurs convictions éventuelles, de leurs attentes en termes de résultat financier et des souhaits de leurs clients.

Point barre
le 07 Juin 2011 17h25

Le principe économique est simple pour un agriculteur, mr Moreau, il écoute les scientifiques, il écoute les représentants du monde phyto par son représentant en qui il veut faire confiance.
Mais s'il produit une récolte honnête, c'est pour être rétribuer en fonction de son choix qu'advienne que pourra, la nature nous réservera un gain ou pas ?
Mais pour l'instant, le climat nous tourne le dos et des faillites augmentent car de plus en plus de frais fixes, de taxes et rien dans le bénéfice alors dans quelques temps, adieu veaux, vaches, moutons. Entretenons le paysage et foutons cette surproduction aux enfers...qui fait l'affaire des multinationales.... car sécheresse sera dans le porte -feuille pour cette année de merde et personne pour vous aider..............

Européen
le 07 Juin 2011 18h16

Je regrette un peu de vous décevoir, mais comme l' a déjà rappelé Mr Le Pay que j'apprécie, vous êtes pas clean, vous vous foutez des gens de terrains. Vous êtes resté le chef de tribu dans votre harem non contradictoire puisque vous en étiez le sachem .... mais ici vous vivez des allocations qui vous sont dévolues, pas de sécheresse, vu que vous touchez votre salaire régulier sans indexation européenne ..... ni bactérie....
réfléchissez, vous êtes pas sur la même onde que le petit terrain européen qui subit votre dictat.....

JM Moreau
le 07 Juin 2011 18h37

@Européen
Vous ne me décevez pas : je n'attends rien d'autre de vous que des injures.
Stratagèmes 29 et 38 de Shopenhauer "L'art d'avoir toujours raison" ! (www.philo5.com/Mes%20lectures/Schopenhauer,%20L'art%20d'avoir%20toujours%20raison.htm) 

Envoyer
Fermer

Maïs

par Stechou , le 15 Août 2022 19h18

C\'est parti pour la récolte de maïs, le gibier est dedans, le soleil a fait son œuvre, on va voir le résultat.. je n\'ai pas été voir les miens. Les betteraves sont toujours là, les prairies la

Ronde des producteurs des collines de Trois-Ponts

par Benoît GEORGES, le 06 Août 2022 11h18

Week-end des 6 et 7 août! Rendez-vous chez les producteurs participants : - La ferme bio Lacasse (Chemin de Thiers 1, Basse-Bodeux) - Ferme Bio Noël (Fosse 4a, Trois-Ponts) - Li Binamé pourcê (Fos

Adaptations à la sécheresse - Améliorer la résilience fourragère sur l\'exploitation

par Benoît GEORGES, le 29 Juillet 2022 02h02

agriwalinfo.wixsite.com/website-1/résilience-fourragère  Face aux sécheresses, il est envisageable de réagir de manière anticipative ou réactive. Selon la sévérité du phénomène, les disp

CePiCOP : l\'actu en céréales de cette semaine

par Benoît GEORGES, le 27 Juillet 2022 14h22

CePiCOP asbl : \"Pour l\'actu en céréales de cette semaine, c\'est par ici!???? centrespilotes.be/msg/299  ???? Au programme cette semaine : 1. ????Agenda???? -Foire de Libramont, passez nous v

Appréhender l’évolution des sécheresses en Belgique

par Benoît GEORGES, le 20 Juillet 2022 17h56

[Vidéo article] … Une sécheresse agricole se caractérise par un déficit entre les précipitations et l’évapo-transpiration potentielle, soit la demande en eau des cultures. La réponse poss

Une plante éteinte depuis plus de 80 ans ressuscite à Ciney

par Benoît GEORGES, le 18 Juillet 2022 14h12

Le \"Brome des Ardennes\" était une espèce endémique de la Wallonie. C’est-à-dire qu’on ne la trouvait nulle part ailleurs dans le monde. Très courante au 19e siècle, elle s’était particuli

Les plus commentés

    89 commentaires
  1. La secheresse le gouvernement wallon va t il bouger
  2. 14 commentaires
  3. Sécheresse
  4. 14 commentaires
  5. Lisier

Les plus aimé

    22 j'aimes
  1. par Phil.0: Non, non, c'est bien la grenouille qui veut paraître aussi grosse que le bœuf.
    Fout un peu la paix ...
  2. 19 j'aimes
  3. par Phil.0: La prochaine fois que vous devrez voter pour lui, dites vous aussi que c'est encore prématuré.
  4. 19 j'aimes
  5. par abcd: Une terre agricole s est vendue à un jeune agri qui a une petite ferme et la région wallonne a pri...