Question d'un consommateur

par un consommateur, le 03 Juin 2009 13h01

Quelqu'un pourrait-il m'expliquer ou va la différence entre le prix du lait (yaourt, fromage,...) au producteur qui a baissé de 50% et le prix au magasin qui ne bouge pas ? Sans vouloir les défendre je trouve un peu court d'accuser les intermédiaires et la distribution de s'en mettre plein les poches. Si c'est la cas, c'est grave, c'est un réel problème de société !

Willy
le 03 Juin 2009 21h34

Et vous trouvez normal de travailler a pertes ???

anne-marie
le 04 Juin 2009 08h15

regardez le prix que vous payez le lait au magasin et regardez le prix au fermier c'est à dire le lait nous est payé 0,19 cent le litre il faut soigner les vaches les traire cela fait en principe deux personnes ensuite l'électricité, les normes auquelles il faut se soumettre car l'afsca nous traitent comme les pires criminels de la terre hors que nous faisons notre métier parce que nous l'aimons mais le reste de la société ne le fait pas regadez le dernier scandale campina avec l'encre des étiquettes qui transperce le plastique de la bouteille et sur qui cela retombe -t-il? je vous donne un autre exemple faites un 4/4 chez vous et achettez en un autre dans le commerce lequel sera le meilleur mais question des prix moi je voudrais que vous ayez le courage de venir dire votre opinion maintenant

laitier
le 04 Juin 2009 10h25

nous on touche 0.19 cent le litre de lait ENTIER cru mis à la laiterie et on est comme vous consommateur on voudrait savoir où va la différence enfin nous on s'en doute... L'an dernier à pareille époque nos 'politiques' voulaient une commission pour analyser les prix et la transparence .... Mais on n'est pas sorti de l'auberge car Louis Michel pour ne pas le citer, a clairement annoncé sur les ondes de vivacité avant hier qu'un retours aux quotas pour réguler le marché ne serait jamais accepté par l'UE et que toutes les promesses électorales étaient utopiques !!!

anne-marie
le 04 Juin 2009 15h26

et je complète que le même louis michel a dit ce n'est que passager comme si l'on ne devait pas s'en faire alors nous allons lui porter toutes nos factures qui attendent pour être payées

benjy
le 09 Juin 2009 18h03

Le problème est typique belge, certaines laiteries font de la poudre de lait, et beurre, ces produits sont produit pour l'exportation, mais le marché de ces produits sont très mal coté! de ce fait le prix aux producteurs est très mauvais! meme si ces laiteries vendent un peu de lait en boite vendu plus cher, celà permet à la laiterie de faire une petite plus value sur l'ensemble des produits vendu, sinon nous aurrions encore moins que les 19 cents.Mais ce qui n'est pas juste, ce sont les laiteries qui font des produits à haute valeur ajoutée, celle la suivent la concurence, et si cette concurence ne sais pas payer, alors pourquoi donner plus aux producteurs!??Maintenant ces laiteries qui font en grande quantité cette masse de poudre et de beurre et qui ont leur rentabilité axé en grande partie sur des produits exporté, ou basé sur le prix mondial, devraient ce remettre en question! Il faut qu'elles songent à diversifier vers des produits à haute valeur ajoutée pour ce garantir un meilleur prix sur une partie de leur collecte! certe celà ne donnerait pas un surprix du lait quand le marché est meilleur, mais celà permettrait de ne pas tomber si bas lors d'une pareil crise! Nous allons voir fleurir de grandes exploitations laitières qui pourront réduire leurs frais fixe, adieux les exploitations familliales. Comment voulez-vous amortir de nouveaux batiments quand il sont nécéssaires pour traire 500.000 litres de lait(ce qui est déjà pas mal) pour 300.000 euros diviser ce montant en 20 ans, ajouter les intérets, les frais de fonctionnements, électricité, élevage, si vous voulez donner un montant pour votre main d'oeuvre? Et bien j'ai beau retourner les chiffres, ont est perdant! Qui veut travailler à perte? C'est déjà trop juste sans faire des nouvelles constructions! Pourquoi ces mises aux normes? Alors que nous sommes confronté avec des produits de pays sans toutes ces normes européenne!! Pour info, au USA, ils abattent des troupeaux en masse car c'est plus possible..

anne-marie
le 10 Juin 2009 07h19

oui mais aux USA il n'y a pas de quotas donc nous savons à quoi nous attendre après 2015

benjy
le 10 Juin 2009 12h22

Il n'y a pas de quota, mais certains gros financiers n'ont que des vaches laitières et achètent tout leurs fourrages et concentré dans d'autres exploitations qui ne font elles que de la culture, et cette achat ne couvre plus le prix du lait. Pour perdre moins, ces gros laitiers abattent leurs vaches, comme ca ils ne perdent plus d'argent, vu qu'elle ne mangent plus! Plus de quota pour 2015, on aura beau nous énerver tant et plus, nous ne changerons pas la décision! Il faut essayer de s'adapter petit à petit, mais comment??diminutions des coût de production, mais pour ma part je suis au bout! Que faire? Une chose est sur, il faut que les agriculteurs s'entendent pour acheter du matériel ensemble pour diminuer une partie des coûts, et ou, traire ensemble sur une seul exploitation pour les meme raisons, sauf si tout le monde a déjà fait les mises aux normes, ou a fait de gros investissements, alors c'est un peu trop tard, mais peut-etre pas pour du matériel ensemble! A méditer...

anne-marie
le 10 Juin 2009 16h45

mais tous les agriculteurs sont à bout il n'y a que le syndicat qui jubile car les cotisations sont rentrées et eux ne bougent pas

Benjy
le 10 Juin 2009 21h16

Je ne dirai pas que le syndicat ne bouge pas, mais pourrait mieux faire! J'ai parlé avec le représentant de ma laiterie, il ne voit pas de solution a court ou moyen terme, il y a trop de lait. Le problème est la, et le prix s'effondre! Et l'europe va encore nous donner un peu plus de quota! celà va encore axcélérer la diminution du prix! Mais comment faire pour éviter cette surproduction? Allé dire a des éleveurs de ne pas produire la totalité de leur quota alors que les fins de mois sont difficile! Pour ma part, je ne vois pas de remontée du prix avant un, voir deux ans, sauf si il y a une catastrophe climatique dans le monde, ou une grande disparition de bon nombre de producteur laitier.(c'est triste)Tant que ce stock est aussi important, poudre et beurre, celà ne se sollutionera pas. Diminution de la consommation, augmentation de la production! Moi je vous dis que nous courrons à une catastrophe dans les fermes, vous aller voir! (J'èspère me tromper)...

Benjy
le 10 Juin 2009 21h20

J'aurais voulu savoir si ce consommateur qui a lancé ce débat à un peu mieux compris le soucis de nos fermes laitières?

Envoyer
Fermer

Abattre les animaux à la ferme : lancement d’une étude de faisabilité.

par Benoît GEORGES, le 23 Septembre 2020 18h03

L’abattage à la ferme devrait constituer une étape supplémentaire en vue de maitriser la philosophie des circuits-courts dans sa globalité. Afin d’étudier les conditions de faisabilité techn

[Synthèse] Le travail en élevage, un facteur de production à davantage prendre en compte dès l\'installation.

par Benoît GEORGES, le 20 Septembre 2020 15h14

Alors que la production de lait a de plus en plus de mal à attirer des jeunes pour remplacer les éleveurs partant à la retraite ou répondre au besoin de main-d\'œuvre du secteur, notamment salari

Enquête : disponibilités en fourrage

par Benoît GEORGES, le 19 Septembre 2020 23h30

Biowallonie souhaite évaluer la situation par région et faire un état des lieux pour proposer le service le plus adéquat possible. L’objectif premier est de mettre en relation l’OFFRE avec la

Madame Irma

par Stechou , le 14 Septembre 2020 07h35

Quel avenir pour le secteur agricole actuel ? Encore et encore rabâché notre secteur est mis à mal pour divers raisons, à tort ou pas, mais les attaques sont nombreuses et de toutes parts, même l

Enquête TRAVAIL et MAIN-D’ŒUVRE en agriculture.

par Benoît GEORGES, le 09 Septembre 2020 22h54
Enquête TRAVAIL et MAIN-D’ŒUVRE en agriculture.

Agriculteurs, à vos claviers ! Les projets Interreg FWVL CowForme et Agreen-Job s’associent pour mettre en ligne une enquête commune auprès des agriculteurs et des éleveurs de bovins sur les ter

Visite Autonomie : \"Elever des poules pondeuses en plein air\"

par FUGEA Autonomie, le 04 Septembre 2020 08h55

Avec le soutien de la Wallonie, la FUGEA a le plaisir de vous annoncer la prochaine visite « Autonomie » le vendredi 11 septembre 2020 à 13h30. Au programme : Visite d’une exploitation bio de pou

Les plus commentés

    37 commentaires
  1. Sécheresse
  2. 21 commentaires
  3. Milcobel ?
  4. 18 commentaires
  5. COMMENT PASSER MA FERME EN BIO ? RENDEZ-VOUS DÈS 13H. (PLUSIEURS DATES ET LIEUX)

Les plus aimé

    44 j'aimes
  1. par Lucky: Faut -il s'étonner de cela ? De nos jours quoi de plus normal après tout !
    On se fait voler , injur...
  2. 31 j'aimes
  3. par Kiko: Pfffff TOUJOURS RIEN TOUCHÉ POUR 2018 !!!!! Faut pas venir me dire qu'ils le font pas exprès. C'es...
  4. 28 j'aimes
  5. par arel: Aujourd'hui dans le plein champ la FWA se lance encore des fleurs par brassées entières ( c'est une ...